Mode sombre

Les ciboulettes

Une réalisation proposée par SNCF Gare & connexions

Bâtiments Conception Économie durable Vie locale

Contributeur

Référent :  Antoine MARTIN, Responsable programme coworking · SNCF Gares & Connexions
Contact : 

Descriptif

C’est l’histoire de deux sœurs qui souhaitent accompagner la transition écologique de chacun vers un Monde pérenne et qui pensent que le changement dans le plaisir c’est quand même mieux !
En partenariat avec SNCF Gares&Connexions, elles ont donc créé dans la gare de Chelles-Gournay un Tiers-lieu ouvert aux voyageurs et aux habitants pour y créer des occasions d’expérimenter des pratiques écologiques, d’apprendre à prendre soin de soi, des autres et de la planète tout en se faisant plaisir.

Chez les Ciboulettes, on trouve plein d’activités pour les adultes et les enfants : Fresques du climat, ramassage de déchets sur les bords de Marne, cours de yoga, diners collaboratifs, éveil musical, philo pour enfants, permaculture (jardin pédagogique), cuisine végétarienne et zéro déchet, etc.

Thématiques : 
  • Rénovation / Réhabilitation
  • Renouvellement urbain
  • Économie sociale et solidaire
  • Renforcement du lien social et de la solidarité
  • Culture et loisirs
Échelle : 
  • Bâtiment

Fiche d'identité

marker  Île-de-France / Chelles
Type de territoire : 
  • > 20 000 < 100 000 habitants
Date de livraison :  30/10/2021
Surface bâtie :  77 m²
Coût du projet :  115 500 €
Maîtrise d'ouvrage :  SNCF Gares & Connexions
Maîtrise d'oeuvre :  AREP
Partenaires associés :  Ville de Chelles

Distinctions

Concours / récompenses :  Lauréat du Challenge Gare Partagée 2018 (intégré à 1001 Gares depuis la création du programme en 2019)

Médias

 

 

Évaluation du projet*

sur la base du déclaratif du contributeur

Critère n°1 : SOBRIÉTÉ

Le projet s’est installé dans des locaux vacants de la gare de Chelles-Gournay qui n’étaient plus occupés depuis une dizaine d’année (ancien guichets de vente) afin de faire des gares des lieux de vie ouverts sur la ville.

Une partie de l’aménagement du local a été réalisé en bois recyclé.
Tous les meubles et objets de décoration sont seconde main : achats chez Emmaüs, don de
l’entreprise Leboncoin, dons de particuliers…

Le local est relié aux installations techniques de la gare sans pour autant viser la neutralité carbone.

Les appareils électroménagers ont tous été choisis pour leur consommation la plus basse possible.

En ce qui concerne l’entretien ménager, nous utilisons bien sûr des produits en vrac et les plus naturels possibles (bicarbonate, soude, vinaigre).

Critère n°2 : INCLUSION

Quelques mois avant l’ouverture du Tiers-Lieu, plusieurs réunions ont été réalisées pour développer
la programmation d’ateliers en intelligence collective : à la Mairie, avec des parents d’élèves, et
dans la brasserie locale, avec les Chellois intéressés.
Notre structure fait également partie des « 3C », association des commerçants et autres acteurs du
territoire engagés pour l’éco-responsabilité.

Les activités à destination des enfants et adultes du territoire sont toutes associatives et nous
proposons une adhésion à prix solidaire pour ceux qui en ont besoin. Enfin, beaucoup de nos
ateliers sont en participation libre pour favoriser l’ouverture et la mixité.

Les Seniors sont particulièrement vulnérables en cette période de distanciation sociale. Avec nos
activités « à emporter » ou « en extérieur », nous maintenons un lien social pour ces populations et
sommes les seules personnes à qui certains parlent de la semaine.
Nous allons dès que ce sera possible aussi lancer une permanence pour les mamans isolées.

Les usagers disent « vous avez créé de la vie, merci » ou encore « Les Ciboulettes, c’est le lieu que
tout le monde voudrait avoir près de chez soi ». Dans notre territoire de Nord Seine et Marne, c’est
un concept unique.
La Mairie fait par exemple appel à nous pour organiser un grand Escape Game sur le thème des
Abeilles pour les familles, dans Chelles.

Critère n°3 : RÉSILIENCE

Le territoire de Nord Seine et Marne et la ville de Chelles sont très mixtes socialement. C’est capital
de proposer des lieux de lien sociaux, des expérimentations d’activités écologiques, à des
populations qui vivent au ban de la société, en ban-lieue.
La biodiversité est incroyable sur ce territoire, avec les bords de Marne. Nous voulons participer à créer un territoire exemplaire en éco-responsabilité.

Le diagnostic du territoire et de ces enjeux a été réalisé, comme notre vision du Monde, en
écosystème :
– Nos besoins à nous, créatrices
– Besoins des habitants du territoire
– Besoins de la biodiversité
– Besoins des acteurs locaux engagés

Critère n°4 : CRÉATIVITÉ

Aujourd’hui, le Tiers-Lieu n’a pas encore créé d’emplois mais cela est prévu pour l’année prochaine.
En revanche, notre programmation et nos partenariats avec d’autres structures contribuent
beaucoup au dynamisme du territoire : Table Ouverte tous les vendredis, cuisine avec des
bénévoles tous les jeudis, ramassage des déchets sur les bords de Marne, collecte pour le Secours
Populaire et d’autres associations locales, Escape Game avec la Mairie…

Nous utilisons pour notre fonctionnement les outils de la gouvernance partagée : décision au
consentement, écoute active, rôles de secrétaire et facilitateur…
Notre structure même est innovante car tous les ateliers adultes et enfants sont associatifs pour
être accessibles au plus grand nombre et être au service du territoire. Et ce sont les ateliers et
formations pour entreprises qui financent nos coûts fixes et le remboursement de nos emprunts.

Critère n°5 : POTENTIEL DE RÉPLICABILITÉ

Nous souhaitons répliquer Les Ciboulettes, sans en être les auteurs. Dans cette optique, nous avons
sollicité de l’aide dans le cadre de l’appel à projets « Fabriques de territoires » pour pouvoir créer
un poste « partage et essaimage » qui mettrait à disposition de tous les porteurs de projet de Tiers-Lieu le contenu et les résultats de nos expérimentations.

Formée aux affaires internationales et européennes entre l’Angleterre et la France dans le cadre d’un double diplôme Sciences-Po Lille / Université du Kent, Marion a débuté sa carrière en plaidoyer et relations institutionnelles des organisations non gouvernementales, dans le secteur du commerce équitable (Label Max Havelaar France). Ses expériences sont aussi en lien avec les territoires, avec un passage en coopération décentralisée à l’échelle d’un conseil départemental.

Voir son profil Linkedin

Issue des sciences sociales, de l’histoire de l’art et de l’architecture, après diverses expériences dans la gestion de projets culturels et la production audiovisuelle, Camille a travaillé dans la communication au sein du groupe VINCI : depuis les grands projets à l’international jusqu’à La Fabrique de la Cité, think tank dédié à la prospective urbaine

Voir son profil Linkedin

Carla DONCESCU

Diplômée d’un master 2 en Economie du Développement à Panthéon-Sorbonne, et actuellement en formation alternance du Master 2 Relation Internationale et Action à l’Etranger dans la même Université, c’est à travers ces différents prismes et ses expériences à l’internationale qu’elle approche les problématiques de villes et territoires durables.

Voir son profil Linkedin

 

Manon EXBALIN

Diplômée d’un Master en sociologie de la communication, Manon a travaillé précédemment pour Greenpeace, la Mairie de Paris (en particulier pour venir en aide aux étudiants), et le Ministère de la Transition Ecologique (DGALN – Mission Communication).

Voir son profil Linkedin 

Géographe de formation (Université d’Etat de Saint-Pétersbourg), elle a débuté au poste de géographe économiste à l’Académie d’Économie Agricole (Russie), avant de poursuivre sa carrière en France, en tant qu’assistante administrative et comptable (Air Liquide, Association TGV Provence Côte d’Azur, COFHUAT, Groupe Hervé)

Voir le profil Linkedin

Avant de rejoindre l’équipe FVD, il a occupé plusieurs postes dans la gestion des collectivités  locales. Allant d’élu et adjoint au maire de sa ville natale Besançon, chargé des relations universitaires et de la coopération internationale puis Directeur du Développement économique de la Ville de Pantin, pour ensuite être directeur de cabinet à Montreuil où il a notamment piloté la refonte en profondeur du projet urbain vers davantage d’écologie et de développement durable, Il continue son parcours en tant que Haut Responsable de la Résilience de la Ville de Paris.

Il promeut une vision holistique et systémique du développement durable et apporte son expérience/expertise en résilience territoriale et en transition écologique et sociale.

Voir son profil Linkedin

 

X