Mode sombre

ZAC du village olympique et paralympique

Une réalisation proposée par MTE

Bâtiments Conception Économie durable Réseaux Vie locale

Contributeur

Référent :  Nicolas Ferrand, Directeur Général Exécutif

Descriptif

Le projet déclenché à l’occasion de l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024 vient reconstruire la ville sur elle-même. La Solideo avec ses partenaires, crée sur ce territoire anciennement industriel un démonstrateur de la ville durable.

A proximité immédiate de la gare Saint-Denis Pleyel, ce nouveau quartier est implanté le long de la Seine et de part et d’autre de la Cité du cinéma, ensemble culturel et architectural emblématique du territoire.

Le quartier mixte, d’abord conçu pour répondre aux besoins en logements du territoire et pour développer une activité économique pérenne sera utilisé temporairement pour abriter le Village olympique et paralympique durant l’été 2024.

Thématiques : 
  • Qualité du logement
  • Exploitation
  • Aménagement
  • Économie sociale et solidaire
  • Grand cycle de l'eau
  • Commerces
  • Culture et loisirs
Échelle : 
  • Quartier

Fiche d'identité

marker  Île-de-France / Saint-Denis/Saint-Ouen-sur-Seine/Ile Saint-Denis
Type de territoire : 
  • Métropole
Date de livraison :  28/02/2024
Surface bâtie :  268 000 m²
Coût du projet :  450M€HT
Maîtrise d'ouvrage :  SOLIDEO
Maîtrise d'oeuvre :  Groupement Dominique Perrault
Partenaires associés :  La Fabrique de la Ville, INGEROP, CITEC, Agence TER, Urbaneco SCOP

Distinctions

Labels / certifications :  Ecoquartier BBCA pour la majorité des immeubles E3C2 pour la quasi-totalité des immeubles Biodivercity Bois 100% PEFC – FSC, 30% origine France

Évaluation du projet*

sur la base du déclaratif du contributeur

Critère n°1 : SOBRIÉTÉ

Le projet réalisé en milieu urbain dense sur des sols largement artificialisés permet la création de 7ha d’espaces naturels et végétalisés en milieu urbain.

Cette conception permet une gestion entièrement à ciel ouvert et gravitaire des eaux pluviales. De nombreux espaces naturels sont irrigués et sont ainsi eux-mêmes supports de continuités écologiques.

La palette végétale du quartier a été conçu dans ce sens. Ce sont près de 1000 arbres à haute tige qui vont être plantés à terme dans le quartier.

Un bilan carbone sur la durée de vie de 50 ans a été réalisé par la SOLIDEO pour ses propres ouvrages mais aussi pour les bâtiments réalisés par les opérateurs immobiliers.

A ce titre, une démarche de réemploi et de recyclage ambitieuse a été mise en place en amont. Les déconstructeurs ont procédé à des déposes soigneuses des matériaux qui ont été mis en vente dans trois showrooms présents sur le site du Village des Athlètes. Ce sont déjà plus de 65t de matériaux qui sont entrés dans leur seconde vie : sanitaires, radiateurs, luminaires, etc. Les autres déchets générés par la déconstruction (béton, plâtre, métaux, laine de verre etc.) sont dirigés vers des filières et atteignent aujourd’hui un taux de valorisation de 94%.

Concernant les matériaux biosourcés, 100% des bâtiments de logement de moins de 28 mètres font intervenir du bois en structure (soit poteaux-poutres, soit poteaux-poutres-planchers) avec un minimum 30 % issus des filières de production et de transformation française. 100 % du bois utilisé est issu de forêts éco-gérées bois (PEFC ou FSC, labels de gestion des forêts). Certains ouvrages emploient d’autres types de matériaux biosourcés comme le chanvre sous forme de béton éponyme.

La SOLIDEO s’est donnée pour objectif de réaliser dès aujourd’hui les objectifs fixés pour 2030 dans la Stratégie Nationale Bas Carbone. Des dispositions ont été prises pour diviser par deux les émissions de carbone des lots immobiliers de la ZAC Olympique et Paralympique par rapport à un aménagement classique, avec une approche en analyse de cycle de vie, et en considérant les usages sur 50 ans.

La conception du Village des Athlètes intègre donc d’ores et déjà de nombreuses initiatives technologiques et servicielles destinées à inscrire le projet dans une logique de réduction significative de l’impact carbone de la Ville.

Ces initiatives se traduisent à la fois par la mise en œuvre de prescriptions fortes pour l’ensemble des ouvrages du Village et par des réalisations innovantes remarquables plus ponctuelles et se traduisent par une réduction de l’ordre de 30% du poids carbone dans l’acte de construire et 60% dans le fonctionnement courant du village.

Afin de réduire l’impact carbone des bâtiments sur l’ensemble de leur cycle de vie, la SOLIDEO a imposé des prescriptions fortes qui conduisent à un recours massif au bois et à des matériaux biosourcés ou faiblement carbonés et à des modes constructifs économes en matière. Les ouvrages du Village des Athlètes seront alimentés en chaleur et en froid par un réseau d’énergie alimenté à 70% par des énergies renouvelables, grâce à la création d’une centrale géothermique sur le site. La mise en œuvre de panneaux solaires en toiture, pour l’autoconsommation ou la revente au réseau, est également généralisée.

Les prescriptions en matière bas carbone concernent également les usages, avec une conception des espaces publics et des bâtiments favorisant les modes de mobilité douce, et en particulier le vélo, et le pré-équipement de places de parking en vue d’une croissance de la mobilité électrique.

La SOLIDEO a également invité les opérateurs immobiliers du Village des Athlètes à innover, en particulier en matière de réduction de l’impact carbone, et avec le soutien financier de son Fonds d’innovation, doté à hauteur de 36 millions d’euros. Ainsi, le groupement SCCV QUINCONCES met en œuvre sur son bâtiment dit « Cycle » un recyclage de la totalité de ses eaux usées (eaux noires et eaux grises) permettant d’économiser jusqu’à 60% de sa consommation d’eau potable. Il devient une ressource en eau recyclée pour l’arrosage des espaces verts en période de sécheresse. Le groupement SCCV Saint-Ouen Héritage déploie quant à lui avec EDF l’innovation “Power Play” sur son bâtiment de bureaux, pour préfigurer un acteur de services, engagé sur des objectifs de performance, en charge du pilotage temps réel d’actifs énergétiques à l’échelle du bâtiment. Sur le volet serviciel, un Ecolab sera également mis en œuvre sur le Village au sein du bâtiment Cycle. Il constituera un laboratoire de solutions innovantes et un fournisseur de services à destination des habitants, en vue notamment de la réduction de l’impact carbone de chacun à travers ses usages quotidiens et du développement des principes de l’économie circulaire à l’échelle du territoire.

L’objectif que s’est assigné la SOLIDEO est la réduction des émissions en analyse de cycle de vie et en considérant la maintenance et l’exploitation pendant 50 ans. Ainsi, les actions portant sur le fonctionnement, la maintenance et l’entretien sont valorisées au même niveau que les actions portant sur la construction.

Le déploiement du réseau énergétique basé sur la géothermie permet d’appliquer la sobriété au fonctionnement courant du village.

Par ailleurs, le déploiement de panneaux photovoltaïques au sein des lots immobiliers permet également de couvrir en autoconsommation une grande partie des besoins en la matière.

Critère n°2 : INCLUSION

Le projet a associé avec les habitants depuis son initiation en 2018 de différentes manières :

  • D’abord par des phases de concertation et consultation réglementaires qui ont permis d’affiner la programmation : 1 concertation préalable, 1 enquête d’utilité publique et 3 Participations du Public par Voie Electronique sur certains aspects du dossier sous l’égide de la commission nationale du débat public
  • Mais aussi par des séquences volontaires : avec une consultation avant la sélection des projets immobiliers lauréats ou avec une co-construction des différents espaces publics (mail Finot, berges de Seine et en 2022 parc Ampère) en s’appuyant notamment sur un serious game. Cette maquette en ligne permet, outre la visualisation du futur quartier, de tester et proposer différents aménagements des espaces publics – y compris en temps de crise sanitaire.
  • Enfin les autres parties prenantes ont été associés au projet dans des instances ad hoc : entreprises et établissements scolaires, riverains dans un comité de suivi bi-mensuel, associations des représentants de personnes souffrant de handicap dans un groupe de travail dans le cadre de la stratégie d’accessibilité universelle de la SOLIDEO.

Le projet permettra à terme d’accueillir 6000 habitants et 6000 actifs. Il est donc complètement mixte. Le programme de logement permet par diversité la création d’un parcours résidentiel complet à l’échelle du quartier.

Le projet s’inscrit dans les objectifs d’insertion porté par la charte de développement territorial adoptée en 2018 par le Conseil d’Administration de la SOLIDEO. A ce titre, 10% des heures travaillées sont dédiées à des populations éloignées de l’emploi.

Par ailleurs, le village étant à la fois prévu pour les jeux olympiques et les jeux paralympiques, l’accent est mis sur une accessibilité complète à l’échelle du quartier.

Il est enfin prévu de proposer 31% de logements sociaux (logements familiaux et résidences spécifiques comprises).

(Livraison prévue pour 2024)

Critère n°3 : RÉSILIENCE

Afin de garantir aux usagers du Village des athlètes des niveaux de confort satisfaisants à l’horizon 2050, la SOLIDEO a engagé avec Météo France un travail de simulation de ce climat futur. Les ouvrages sont ainsi mis à l’épreuve de ces fichiers météorologiques issus des simulations pour anticiper le confort offert en 2050 et adapter la conception en conséquence.

La SOLIDEO a fixé pour un grand nombre d’ouvrages des seuils d’inconfort thermique dont les dépassements en heures doivent être limités. Usuellement, cet inconfort correspond au dépassement d’une température intérieure de 28 degrés. Pour les ouvrages recevant du public, les heures d’inconfort ne doivent pas dépasser 2% du temps d’occupation en climat normal, et 3% de ce temps sous le climat de 2050. Pour les logements et les bureaux des Villages, la température intérieure ne doit pas dépasser les 28 degrés plus de 70h en climat actuel et 160h sous le climat de 2050. Des seuils similaires ont également été fixés sur le confort ressenti, avec un inconfort défini par PMV > 1 (Predicted Mean Vote, Kansas State University and the Technical University of Denmark).

La démarche de confort urbain est également poursuivie sur les espaces publics et les abords des ouvrages, où les niveaux de végétalisation et les modes de gestion des eaux doivent permettre de préserver au maximum les capacités de rafraichissement des espaces et diminuer les effets d’ilots de chaleurs urbains. La stratégie de résilience du quartier s’appuie également sur la création d’espaces refuges, lieux ouverts ou fermés, adaptés à l’accueil du public et facilement identifiables. Ils peuvent présenter des caractéristiques telles que l’autonomie électrique grâce à des groupes électrogènes, des espaces rafraichis permettant l’accueil des populations fragiles en cas d’épisode de forte chaleur et peuvent permettre le rassemblement des populations lors de situations de crise diverses. Ces espaces refuges sont conçus au sein des bâtiments de logements et de bureaux, sous la forme d’espaces communs équipés, mais également présents sur les équipements et les espaces publics en extérieur.

Le confort urbain à l’horizon 2050 passe également par la mise en œuvre de mesures destinées à offrir aux usagers des ouvrages un air de qualité. La SOLIDEO a donc fixé pour les ouvrages des objectifs de qualité d’air intérieur, poursuivis grâce à la mise en œuvre de dispositifs de filtration et à un recours à des matériaux de second œuvre vertueux, et des mesures en faveur de la qualité de l’air extérieur, par un suivi fin en phase chantier et une démarche d’innovation.

Un diagnostic holistique des enjeu a été réalisé par le groupement d’AMO environnemental HYSPLEX (Une autre ville/AMOES/Transfair/Elioth).

Critère n°4 : CRÉATIVITÉ

Le 5 juillet 2018, la SOLIDEO a adopté une Charteen faveur de l’emploi et du développement territorial pour les opérations de construction liées à l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024.

La Charte décline ainsi de manière opérationnelle la Charte sociale Paris 2024 pour les travaux liés aux équipements pérennes des Jeux. Elle se donne entre autres les objectifs suivants :

  • Réserver 10% des heures travaillées à l’insertion professionnelle (personnes éloignées de l’emploi, alternants ou résidents des quartiers prioritaires de la politique de la ville) ;
  • Rendre accessible 25% du montant des marchés aux TPE, PME et structures de l’économie sociale et solidaire (ESS);
  • Créer des chantiers socialement exemplaires : lutter contre le travail illégal, les pratiques anticoncurrentielles, les discriminations, garantir la qualité des conditions de travail.

La SOLIDEO a fait de l’innovation un levier majeur de l’atteinte de ses ambitions environnementales et sociétales. Il s’agit tout autant d’innovations visant la massification des meilleures techniques disponibles, et d’innovations de rupture destinées à permettre à des nouveaux acteurs et des nouvelles solutions d’apporter leur contribution aux enjeux de transition de la ville.

A titre d’exemple, le travail sur la résilience et le confort d’été à horizon 2050 a conduit à une innovation méthodologique significative :

Des simulations réalisées par météo France du climat de 2050 ont permis de projeter les conditions de vie en 2050, en année normale comme en période de canicule. La formulation de nos ambitions techniques a permis de poser ce confort d’été des logements comme une valeur mesurable. Et les réponses apportées par les opérateurs de rendre plus tangibles les réponses opérationnelles que devront mettre en place les constructeurs pour assurer l’adaptation de nos villes au climat de demain et d’enrichir nos savoir-faire.

  • Les bâtiments cimes, chacun porteur, et démonstrateur, d’une innovation de rupture
    • Bâtiment Cycle : re-use à 100% [Icade]

L’innovation porte sur le cycle des déchets avec un maximum de retour à la terre des urines et des matières fécales valorisées par la propre station d’épuration du bâtiment, qui organise le tri, le traitement et la valorisation des effluents par étape.

Le projet est une agrégation d’innovations de startups et a reçu 2,2M du Fonds Innovation et Ecologie. Elle est portée par Icade, CDC Habitat et un consortium

d’entreprises [Nereus, spécialiste des membranes céramiques pour la filtration, Toopi Organics, acteur de la valorisation des urines en agriculture…]

  • L’innovation Power Play, mis en œuvre dans le bâtiment E3 de Nexity, a pour objectif de réduire l’empreinte carbone et la facture énergétique des bâtiments de demain qui intégreront des nouveaux actifs énergétiques comme de nombreux véhicules électriques, des capacités de stockage d’énergie, de la production locale d’électricité ainsi qu’une intelligence de gestion énergétique.

Une vision intégrée, dès la conception du bâtiment, selon des scénarios d’usages réels, sur l’ensemble des postes de consommation et en se basant sur la performance réelle en énergie finale et non conventionnelle, est nécessaire pour ne plus considérer ces usages comme une somme de systèmes superposés et silotés, mais comme un ensemble solidaire afin qu’ils puissent mutualiser leurs bénéfices.

Ainsi l’innovation consiste à associer la technologie V2G, les batteries des véhicules servant de stockage, avec des batteries statiques (ex. zinc-air, ion lithium), et du solaire photovoltaïque en autoconsommation sur les toitures. Ce dispositif conduit à des capacités de stockage qui permettent selon les moments : aux batteries de soutenir la recharge des véhicules électriques, aux véhicules électriques de soutenir les usages du bâtiment, aux usages d’anticiper les pics de consommation.

Un pilote énergétique local grâce à l’intelligence artificielle spécialement développé pour le projet intégrant la logique de ces différents cas d’usage, permet d’arbitrer en temps réel cette mutualisation énergétique en fonction des multiples facteurs comme : la priorité donnée aux différents usages, les informations prédictives des besoins et des ressources locales, les informations des réseaux et des marchés de l’énergie. Ces arbitrages auront comme effet d’écrêter les appels de puissance d’électricité au moment où le réseau électrique français fait appel à des moyens de production de pointe carbonés. Ce projet, en permettant l’association d’un bâtiment à des dynamiques collectives et son adaptation à des nouveaux besoins, préfigure de nouveaux acteurs de services, indispensables demain pour rendre les bâtiments maîtres de leur impact carbone, tout en restant connectés au réseau.

  • Un opérateur de la qualité de l’air verra le jour dans le même bâtiment. Ce qui ne faisait jusqu’à présent que l’objet de mesures non évaluées dans le cadre des certifications environnementales va devenir un engagement de qualité effective. C’est avec Dalkia Froid Solutions que se met en place ce dispositif basé sur des outils de mesure et des dispositifs de dépollution pilotés par l’Intelligence artificielle.
  • Le bâtiment sud de l’ilot E5 ‘perspirant’ avec le choix du béton de chanvre, en élargissant son domaine d’emploi, pour ses propriétés de rafraichissement naturel et d’inertie. [Nexity-Eiffage]

 

  • L’espace public fait l’objet d’une démarche d’innovation spécifique, portant sur la prévention des ilots de chaleur, la qualité de l’air et la biodiversité.

La stratégie principale de lutte active contre les phénomènes d’îlots de chaleur repose sur le rafraichissement opéré par l’évapotranspiration de la végétation. Ainsi, en partenariat avec le CEREMA, la SOLIDEO a travaillé sur la simulation des phénomènes d’évapotranspiration à l’échelle du Village et notamment du mail Finot.

La SOLIDEO a également recherché des solutions innovantes de remédiation face aux élévations de la température dans l’espace urbain permettant un rafraichissement relatif de tout ou partie de l’espace public lors d’épisodes de forte chaleur afin de préserver la possibilité de l’occuper dans des conditions de confort acceptables. Ces solutions basées sur la création d’ilots de fraicheurs seront complétées par un travail sur les revêtements utilisés à l’échelle du Village.

Des solutions innovantes d’amélioration de la qualité de l’air dans l’espace public sont également à l’étude.

L’accessibilité universelle aura aussi ses innovations, à la fois dans un mobilier inclusif créé et désigné pour un usage par chacun, quel que soit l’âge, qu’on ait ou pas des problèmes cognitifs, qu’on soit ou non privé d’un sens, et par une signalétique multisensorielle dont nous allons définir la grammaire dans une phase de R&D. Un partenariat d’innovation est lancé pour définir la gamme des nouveaux repères. Une accessibilité naturelle, et donc discrète est inscrite dans la conception du Village des Athlètes.

Critère n°5 : POTENTIEL DE RÉPLICABILITÉ

La SOLIDEO a porté une attention particulière à la réplicabilité de l’ensemble des innovations mises en œuvre. La réplicabilité est une condition de financement par le fonds d’innovation de la SOLIDEO.

Cela se traduit par la réalisation d’ATEX et de guides. La SOLIDEO et la CSTB ont notamment signé un marché de partenariat pour réaliser des guides pour la réalisation de murs et façades à ossature bois avec ETICS et revêtements en céramique qui vont faciliter le passage en technique courante de ce type de façade.

La SOLIDEO a également facilité la mise en œuvre du guide sur l’application des règles incendie réalisé par ADIVBOIS et qui préfigure la future réglementation en la matière.

La SOLIDEO procède à des évaluations régulières et réalisera un RETEX complet de l’ensemble de sa démarche de préfiguration de la ville de 2030.

Formée aux affaires internationales et européennes entre l’Angleterre et la France dans le cadre d’un double diplôme Sciences-Po Lille / Université du Kent, Marion a débuté sa carrière en plaidoyer et relations institutionnelles des organisations non gouvernementales, dans le secteur du commerce équitable (Label Max Havelaar France). Ses expériences sont aussi en lien avec les territoires, avec un passage en coopération décentralisée à l’échelle d’un conseil départemental.

Voir son profil Linkedin

Issue des sciences sociales, de l’histoire de l’art et de l’architecture, après diverses expériences dans la gestion de projets culturels et la production audiovisuelle, Camille a travaillé dans la communication au sein du groupe VINCI : depuis les grands projets à l’international jusqu’à La Fabrique de la Cité, think tank dédié à la prospective urbaine

Voir son profil Linkedin

Carla DONCESCU

Diplômée d’un master 2 en Economie du Développement à Panthéon-Sorbonne, et actuellement en formation alternance du Master 2 Relation Internationale et Action à l’Etranger dans la même Université, c’est à travers ces différents prismes et ses expériences à l’internationale qu’elle approche les problématiques de villes et territoires durables.

Voir son profil Linkedin

 

Manon EXBALIN

Diplômée d’un Master en sociologie de la communication, Manon a travaillé précédemment pour Greenpeace, la Mairie de Paris (en particulier pour venir en aide aux étudiants), et le Ministère de la Transition Ecologique (DGALN – Mission Communication).

Voir son profil Linkedin 

Géographe de formation (Université d’Etat de Saint-Pétersbourg), elle a débuté au poste de géographe économiste à l’Académie d’Économie Agricole (Russie), avant de poursuivre sa carrière en France, en tant qu’assistante administrative et comptable (Air Liquide, Association TGV Provence Côte d’Azur, COFHUAT, Groupe Hervé)

Voir le profil Linkedin

Avant de rejoindre l’équipe FVD, il a occupé plusieurs postes dans la gestion des collectivités  locales. Allant d’élu et adjoint au maire de sa ville natale Besançon, chargé des relations universitaires et de la coopération internationale puis Directeur du Développement économique de la Ville de Pantin, pour ensuite être directeur de cabinet à Montreuil où il a notamment piloté la refonte en profondeur du projet urbain vers davantage d’écologie et de développement durable, Il continue son parcours en tant que Haut Responsable de la Résilience de la Ville de Paris.

Il promeut une vision holistique et systémique du développement durable et apporte son expérience/expertise en résilience territoriale et en transition écologique et sociale.

Voir son profil Linkedin

 

X