Mode sombre

Trilib’

Une réalisation proposée par Citeo

Économie durable

Contributeur

Référent :  Clara Seligmann, Conseillère Affaires réglementaires - Citeo
Contact : 

Descriptif

A Paris, près de 15% des immeubles n’ont pas de bac de tri des emballages et 30% sont dépourvus de bac dédié au tri du verre, principalement faute d’espace disponible suffisant. Afin d’apporter une solution  aux Parisiens et Parisiennes concernés, Citeo a conduit et financé, entre 2016 et 2017, une expérimentation dans certains arrondissements de la capitale : 40 stations Trilib’ (containers de proximité et disponible 24h sur 24) ont été installées. Ce projet mutualise 5 flux (emballages en verre, en métal, bouteilles et flacons en plastique, papiers et cartons et textiles) et comprend une démarche partenariale des acteurs de l’ESS (Le Relais, Carton Plein…) afin de redonner une seconde vie aux textiles et cartons.

Les résultats de cette phase expérimentale se sont avérés positifs et ont conduit à la pérennisation du dispositif. Les stations déployées ont permis de collecter près de deux tonnes de déchets recyclables par mois, avec une très bonne qualité de tri. En 2021, la Ville de Paris dénombre 154 stations.

Au total, 1000 stations seront installées à terme dans tous les quartiers parisiens afin de permettre un accès simple et pratique à des conteneurs de tri de proximité.

Thématiques : 
  • Consommation responsable
  • Économie circulaire
  • Économie sociale et solidaire
Échelle : 

Fiche d'identité

Type de territoire : 
  • Métropole
Date de livraison :  21/06/2017
Maîtrise d'ouvrage :  Citeo
Maîtrise d'oeuvre :  Plastic Omnium et Derichebourg
Partenaires associés :  La mairie de Paris, ECO TLC, Le Relais, ECOTEXTILE, Plastic Omnium, Derichebourg, Paprec et Carton Plein

Évaluation du projet*

sur la base du déclaratif du contributeur

Critère n°1 : SOBRIÉTÉ

Les bornes Trilib ont été installées sur des places de stationnement préexistantes.

Derichebourg assure la collecte emballages collectés dans les stations Trilib’ (sauf pour les modules textiles) et participe à l’entretien des stations de collecte. Chaque module est équipé d’un capteur de remplissage qui permet de gérer au mieux la collecte et ainsi d’éviter des stations trop pleines ou des collectes trop fréquentes.

Critère n°2 : INCLUSION

Une enquête de perception, menée peu après l’installation des stations trilib’, a révélé un fort attrait des usagers pour ces solutions de collecte. En effet, 90% des sondés estiment que ces stations sont pratiques et faciles à utiliser. Pour 50% d’entre eux, les stations trilib’ ont incité à trier davantage. Ces stations sont également équipées d’innovation digitale permettant de mesure les taux de remplissage en temps réel, ces données sont accessibles sur la base de données de la ville de Paris.

Le projet s’adresse en priorité à des habitants qui n’avaient jusque-là pas accès à un bac de tri(en raison dela configuration des immeubles), leur permettant de bénéficier d’une solution  de tri de proximité.

Une enquête de perception effectuée en juin 2017 auprès de 452 répondants a révélé un fort intérêt des usagers pour ce dispositif : 9 personnes sur 10 trouvent ces stations pratiques, facile à utiliser, 3 personnes sur 4 estiment qu’il faudrait davantage de stations à Paris. Ces stations ont également incité à trier davantage pour 50% des usagers.

Critère n°3 : RÉSILIENCE

L’objectif premier de ce projet est de fournir une solution de tri et de proximité à des ménages n’ayant pas accès au tri depuis leur domicile. Cela permet d’éviter la mise en décharges de déchets pouvant être recyclés ou réemployés et ainsi limiter les impacts environnementaux relatifs à cette pratique.

En incluant des acteurs de l’économie sociale et solidaire (Carton Plein, Le Relais…), ce projet participe à la structuration de nouvelles filières et au réemploi de certains déchets tels que le carton ou le textile.

Critère n°4 : CRÉATIVITÉ

 

Ce projet est couplé à un autre outil développé par Citeo et dont la vocation est de faciliter le tri en informant les usagers : le Guide du tri. Cette application permet notamment d’indiquer aux usagers dans quel bac verser leurs déchets.

Afin de suivre les taux de remplissage des stations, la plateforme opendata.paris.fr recense les données et les rend accessible à tous.

Critère n°5 : POTENTIEL DE RÉPLICABILITÉ

En fournissant des solutions de tri et de collecte des déchets à des habitants n’ayant pas accès au bac jaune, les stations trilib’ contribuent à rendre accessible le recyclage et le réemploi à une partie des Parisiens. A travers une collecte 5 flux, ces stations permettent, au-delà du recyclage, de faciliter les solutions de réemploi.

Formée aux affaires internationales et européennes entre l’Angleterre et la France dans le cadre d’un double diplôme Sciences-Po Lille / Université du Kent, Marion a débuté sa carrière en plaidoyer et relations institutionnelles des organisations non gouvernementales, dans le secteur du commerce équitable (Label Max Havelaar France). Ses expériences sont aussi en lien avec les territoires, avec un passage en coopération décentralisée à l’échelle d’un conseil départemental.

Voir son profil Linkedin

Issue des sciences sociales, de l’histoire de l’art et de l’architecture, après diverses expériences dans la gestion de projets culturels et la production audiovisuelle, Camille a travaillé dans la communication au sein du groupe VINCI : depuis les grands projets à l’international jusqu’à La Fabrique de la Cité, think tank dédié à la prospective urbaine

Voir son profil Linkedin

Carla DONCESCU

Diplômée d’un master 2 en Economie du Développement à Panthéon-Sorbonne, et actuellement en formation alternance du Master 2 Relation Internationale et Action à l’Etranger dans la même Université, c’est à travers ces différents prismes et ses expériences à l’internationale qu’elle approche les problématiques de villes et territoires durables.

Voir son profil Linkedin

 

Manon EXBALIN

Diplômée d’un Master en sociologie de la communication, Manon a travaillé précédemment pour Greenpeace, la Mairie de Paris (en particulier pour venir en aide aux étudiants), et le Ministère de la Transition Ecologique (DGALN – Mission Communication).

Voir son profil Linkedin 

Géographe de formation (Université d’Etat de Saint-Pétersbourg), elle a débuté au poste de géographe économiste à l’Académie d’Économie Agricole (Russie), avant de poursuivre sa carrière en France, en tant qu’assistante administrative et comptable (Air Liquide, Association TGV Provence Côte d’Azur, COFHUAT, Groupe Hervé)

Voir le profil Linkedin

Avant de rejoindre l’équipe FVD, il a occupé plusieurs postes dans la gestion des collectivités  locales. Allant d’élu et adjoint au maire de sa ville natale Besançon, chargé des relations universitaires et de la coopération internationale puis Directeur du Développement économique de la Ville de Pantin, pour ensuite être directeur de cabinet à Montreuil où il a notamment piloté la refonte en profondeur du projet urbain vers davantage d’écologie et de développement durable, Il continue son parcours en tant que Haut Responsable de la Résilience de la Ville de Paris.

Il promeut une vision holistique et systémique du développement durable et apporte son expérience/expertise en résilience territoriale et en transition écologique et sociale.

Voir son profil Linkedin

 

X