Mode sombre

Travaux d’installation d’une trame sombre

Une réalisation proposée par Ville de Douai

Conception Réseaux Vie locale

Contributeur

Référent :  M. le Maire
Contact : 

Roger Couillet : rcouillet@ville-douai.fr

Descriptif

Le contexte du projet de la trame sombre de Douai s’inscrit dans un milieu urbanisé. Cette notion de milieu est primordiale et doit être reprise dans le diagnostic préalable sur la pertinence de mise en place d’une trame sombre.

L’éclairage extérieur est généralement installé pour des raisons de sécurité. Il participe à la vie nocturne de la cité avec un rôle sociétal

Concilier les usages, la protection de la biodiversité, la limitation des nuisances lumineuses par le rétablissement de corridors écologiques nocturnes à l’appui d’un indicateur fiable : les chauves-souris, tout en respectant l’optimisation énergétique et la maintenabilité.

Thématiques : 
  • Espaces publics et espaces verts
  • Milieux naturels et aquatiques, biodiversité
  • Énergie
  • Sécurité
Échelle : 
  • Quartier

Fiche d'identité

marker  Hauts-de-France / Ville de Douai
Type de territoire : 
  • > 20 000 < 100 000 habitants
Surface bâtie :  1 034 m²
Coût du projet :  1.7 M€ HT
Maîtrise d'ouvrage :  Ville de Douai
Maîtrise d'oeuvre :  Services techniques Ville de Douai

Médias

Évaluation du projet*

sur la base du déclaratif du contributeur

Critère n°1 : SOBRIÉTÉ

La notion de coût global basé sur le coût de cycle de vie de l’installation a été pris en compte pour ce projet, notamment quant aux durées de vie fonctionnelles de service des luminaires source LED.

L’optimisation photométrique du projet, des profils nocturnes adaptés aux usages permettront des économies d’énergie active d’environ 77%, soit près de 48.94 TEP (sur la 119g CO2 par kWh consommé, donnée Ademe).

Oui, cette logique de sobriété énergétique et lumineuse s’applique à l’ensemble de ce projet, et a été un des axes majeurs du dimensionnement des installations.

Les durées de vie élevées et les protections additionnelles permettront de limiter les déplacements pour les maintenances.

Critère n°2 : INCLUSION

S’agissant d’un projet à caractère innovant d’un point de vue technologique, une concertation a été menée avec un BE spécialisée dans les plans d’action en faveur de la protection de la biodiversité dans le cadre d’une thèse, notamment quant à la gestion des points de conflit éclairage artificiel-impacts sur la biodiversité et les préconisations technologiques.

Oui, des actions de communication sont en cours. Le ressenti des habitants est positif notamment quant à l’amélioration de la qualité de l’éclairage extérieur.

Critère n°3 : RÉSILIENCE

Outils de collecte  par ultra-sons pour l’activité des chauves-souris, utilisation d’une base de données GMAO-SIG de la Ville de Douai.

Critère n°4 : CRÉATIVITÉ

Oui, technologie expérimentale. Voir ce diaporama pour en savoir plus. 

Critère n°5 : POTENTIEL DE RÉPLICABILITÉ

Oui, suivant les dispositions technologiques prévues dans le marché sous réserve d’un diagnostic pour identifier les enjeux et d’une étude d’impact a posteriori

Photo-circulaire-carla

She holds a Master’s degree in Development Economics from the Panthéon-Sorbonne University and is currently studying for a Master’s degree in International Relations and Action Abroad at the same university. She approaches the problems of sustainable cities and territories through these different perspectives and her international experiences.

photo-isabelana

Isabelana is a Mexican journalist who holds a Master’s degree in Digital Communication and Data Analysis from the Sorbonne University. She previously worked in communication and press relations in the cultural sector in France and Mexico. Today, she is interested in ecological actions and solutions to preserve the environment and the biodiversity.

camille-waintrop-boyon-fvd

With a background in social sciences, art history and architecture, Camille has worked in communication within the VINCI group: from major international projects to La Fabrique de la Cité, a think tank dedicated to urban foresight.

A geographer by training (Saint Petersburg State University), she started as a geographer and economist at the Academy of Agricultural Economics (Russia), before pursuing her career in France as an administrative and accounting assistant (Air Liquide, Association TGV Provence Côte d’Azur, COFHUAT, Groupe Hervé)

Trained in international and European affairs between England and France as part of a double degree at Sciences-Po Lille / University of Kent, Marion started her career in advocacy and institutional relations of non-governmental organisations, in the fair trade sector (Max Havelaar France label). Her experiences are also linked to territories, with a passage in decentralised cooperation at the level of a departmental council.

sebastien-maire

Before joining the SCbF team, he held several positions in local government management. From elected official and deputy mayor of his native city Besançon, in charge of university relations and international cooperation, to Director of Economic Development of the City of Pantin, to Chief of staff in Montreuil – where he notably piloted the in-depth redesign of the urban project towards more ecology and sustainable development – he continued his career as Senior Resilience Officer of the City of Paris.

He promotes a holistic and systemic vision of sustainable development and brings his expertise in territorial resilience, ecological and social transition.

X