Mode sombre

Tramayes, une Petite Ville de demain à énergie positive

Bâtiments Conception Économie durable Management et gouvernance

Contributeur

Référent :  ANCT - Petite Ville De Demain

Descriptif

Souvent citée parmi les villes pionnières pour ses actions liées à l’écologie, Tramayes sera bientôt la première municipalité à énergie positive : elle produira plus d’énergie renouvelable qu’elle n’en consomme pour son fonctionnement. Elle espère y arriver d’ici deux ou trois ans.

Les objectifs sont :

  • Permettre à la municipalité de produire plus d’énergie qu’elle n’en consomme
  • Inciter les habitants à s’engager en faveur de la transition écologique
  • Miser sur l’écologie pour favoriser l’attractivité du territoire

Grâce aux travaux de rénovations, la consommation électrique de la municipalité est tombée de 200 000 à 37 000 KwH. Sur l’éclairage public, la consommation a été divisée par 4 en dix ans (extinction de l’éclairage entre 23 h et 6 h ; renouvellement des ampoules).

Prochain objectif : passer d’une municipalité à énergie positive à un territoire à énergie positive, en entraînant les habitants dans la dynamique. Pour y arriver, la commune compte sur le programme Petites Villes de demain.

 

Thématiques : 
  • Rénovation / Réhabilitation
  • Matériaux
  • Qualité du logement
  • Consommation responsable
  • Participation citoyenne
Échelle : 
  • Ville

Fiche d'identité

marker  Tramayes
Type de territoire : 
  • < 20 000 habitants
Surface bâtie :  18,6km2
Coût du projet :  1,476 M€
Maîtrise d'ouvrage :  Maire de Tramayes
Partenaires associés :  : ANCT, Communauté de communes Saint Cyr Mère Boitier, région Bourgogne-Franche-Comté, département de Saône-et-Loire, ADEME , Agence technique départementale de Saône et Loire, CAUE (Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement), CLER (Réseau pour la transition écologique), AMORCE

Distinctions

Labels / certifications :  Petite Ville de Demain

Médias

Évaluation du projet*

sur la base du déclaratif du contributeur

Critère n°1 : SOBRIÉTÉ

Le point de départ est la nécessité en 2003 de transformer le Plan d’occupation des sols (POS) en Plan local d’urbanisme (PLU) incluant un PADD (Plan d’aménagement et de développement durable). Cette démarche a naturellement amené la commune à entamer une réflexion autour d’une stratégie en matière de développement durable, en lien avec les services de l’Etat.

> Installation d’un réseau de chaleur au bois : économie de 140000 litres de fioul par an.

>  La municipalité mise également sur le solaire afin de produire de l’électricité. Elle installe des panneaux photovoltaïques à chaque fois qu’elle rénove un bâtiment.

> Travaux de réhabilitation des bâtiments communaux : 10% d’économies d’énergie.

> Économies réalisées par l’hôpital : 30% par an sur les sept dernières années (sans rénovation thermique).

> S’appuyer sur la disposition des lieux pour créer un réseau de chaleur biomasse

Pour sa production d’électricité, la ville a misé sur un réseau de chaleur pour ses bâtiments municipaux. Une chaudière bois a remplacé celles au fioul. Le réseau chauffe tous les bâtiments municipaux et l’hôpital. Une extension a même été créée pour alimenter plusieurs habitations de particuliers. La municipalité mise également sur le solaire afin de produire de l’électricité. Elle installe des panneaux photovoltaïques à chaque fois qu’elle rénove un bâtiment.

Pour la réduction de la consommation, des projets d’envergure ont été menés. Un bâtiment scolaire à énergie positive a, par exemple, remplacé l’ancienne école.

Critère n°2 : INCLUSION

Le Maire a mené un réel travail de pédagogie afin d’informer et d’échanger avec la population sur l’avancée des travaux. En effet, Michel Maya a multiplié les séquences d’information lors des traditionnels vœux, de réunions publiques et grâce au bulletin d’information municipal. Enfin, au-delà de l’enceinte de la commune, le Maire a pu travailler sur le développement de son projet avec d’autres acteurs de la société civile ainsi que des élus de la région dans le cadre du programme : « Habiter heureux en Bourgogne-Franche-Comté (un programme crée par l’Etat et piloté par l’Agence nationale de l’habitat (Anah), visant à améliorer la performance thermique des logements privés).

> une soixantaine de foyers ainsi que l’hôpitali a vu passer sa facture annuelle d’électricité de 73 000 euros par an avec une chaufferie fioul à 61 000 euros avec une chaufferie bois.

> Le regroupement de l’école maternelle et de l’école élémentaire au sein d’un même bâtiment entièrement rénové afin d’accueillir les élèves dans les meilleures conditions.

Le résultat obtenu en 2021 est remarquable pour une petite commune de la taille de Tramayes, mais la municipalité veut aller plus loin. Actuellement, un projet de rénovation écologique et énergétique d’un corps important de bâtiments est en cours avec l’aide de la communauté de commune.

Critère n°3 : RÉSILIENCE

> Permettre à l’école d’avoir un bâtiment bien isolé, aussi agréable l’hiver que l’été.

> Tramayes produit trois fois plus d’énergie (2000MWh) que ses bâtiments municipaux n’en consomment (600MWh).

Critère n°4 : CRÉATIVITÉ

> Une performance rendue possible aussi par l’installation de deux sites de panneaux photovoltaïques de 60MWh appelés à évoluer pour renforcer l’autonomie énergétique.

> Construction d’une chaudière biomasse

> Une performance en partie rendue possible par un grand plan de rénovation des écoles primaires et maternelles et la transformation de l’ancienne gendarmerie en logements.

Critère n°5 : POTENTIEL DE RÉPLICABILITÉ

Oui

Photo-circulaire-carla

She holds a Master’s degree in Development Economics from the Panthéon-Sorbonne University and is currently studying for a Master’s degree in International Relations and Action Abroad at the same university. She approaches the problems of sustainable cities and territories through these different perspectives and her international experiences.

photo-isabelana

Isabelana is a Mexican journalist who holds a Master’s degree in Digital Communication and Data Analysis from the Sorbonne University. She previously worked in communication and press relations in the cultural sector in France and Mexico. Today, she is interested in ecological actions and solutions to preserve the environment and the biodiversity.

camille-waintrop-boyon-fvd

With a background in social sciences, art history and architecture, Camille has worked in communication within the VINCI group: from major international projects to La Fabrique de la Cité, a think tank dedicated to urban foresight.

A geographer by training (Saint Petersburg State University), she started as a geographer and economist at the Academy of Agricultural Economics (Russia), before pursuing her career in France as an administrative and accounting assistant (Air Liquide, Association TGV Provence Côte d’Azur, COFHUAT, Groupe Hervé)

Trained in international and European affairs between England and France as part of a double degree at Sciences-Po Lille / University of Kent, Marion started her career in advocacy and institutional relations of non-governmental organisations, in the fair trade sector (Max Havelaar France label). Her experiences are also linked to territories, with a passage in decentralised cooperation at the level of a departmental council.

sebastien-maire

Before joining the SCbF team, he held several positions in local government management. From elected official and deputy mayor of his native city Besançon, in charge of university relations and international cooperation, to Director of Economic Development of the City of Pantin, to Chief of staff in Montreuil – where he notably piloted the in-depth redesign of the urban project towards more ecology and sustainable development – he continued his career as Senior Resilience Officer of the City of Paris.

He promotes a holistic and systemic vision of sustainable development and brings his expertise in territorial resilience, ecological and social transition.

X