Mode sombre

Tour Elithis Danube Strasbourg

Une réalisation proposée par Ministère de la transition écologique

Bâtiments Réseaux Vie locale

Contributeur

Référent :  Thierry Bievre
Contact : 

Descriptif

La Tour Elithis Danube de Strasbourg est la première tour résidentielle à énergie positive au monde. Achevée, en 2018, elle démontre par ses résultats que la facture
d’électricité de 0 € avec un bilan carbone neutre peut être atteinte à grande échelle.

La Tour Elithis Danube permet :
1. Un gain de pouvoir d’achat avec une facture à 0 € pour la majorité de ses occupants
2. Un excellent niveau de confort et de bien être à moindre coût
3. La neutralité carbone avec 30 ans d’avance sur la réglementation européenne
4. Une accélération de la transition écologique
5. Une conception/construction durable au même prix que les
standards du marché

➔ Un gain de pouvoir d’achat :
La Tour Elithis Danube (TED) à énergie positive produit plus d’énergie qu’elle n’en consomme. Elle permet un gain de 1 400€ de pouvoir d’achat par an en moyenne à la majorité de ses habitants qui ont une facture énergétique de 0 €. Plus de la moitié d’entre eux perçoivent plus de 30 € /an grâce à la vente de leur surplus d’énergie.

➔ Un niveau de confort et de bien être améliorés :
Les logements de la TED sont chauffés à 22,2°C, spacieux, lumineux, ergonomiques et pilotés par une box domotique permettant une optimisation des consommations d’énergie pour assurer une consommation responsable et promouvoir les comportements exemplaires.

➔ La neutralité carbone atteinte avec 30 ans d’avance sur la réglementation européenne : Avec Elithis, la neutralité carbone est atteinte dès maintenant. Pour
sa surface habitable, la TED permet d’économiser 250 tonnes de CO2 par an. C’est-à-dire l’équivalent de 2,5 millions de kilomètres parcourus en voiture, soit 63 fois le tour de la terre. La production moyenne annuelle d'énergie renouvelable d'origine photovoltaïque dépasse les besoins de la tour couvrant 108 % de ses besoins et de
ceux des ménages occupants.

➔ Une accélération de la transition écologique : La TED est un bâtiment qui contribue à accélérer la transition énergétique. Ainsi, à titre d’exemple, l’énergie économisée chaque année par la Tour Elithis Danube par rapport à un bâtiment du parc existant, pourrait alimenter les réfrigérateurs de 2 043 ménages sur une année.

➔ Une conception/construction durable au même prix que les standards du marché
Les constructions à énergie positive réalisés par Elithis sont au même coût que celles d’immeubles ordinaires. La Tour Elithis Danube lutte contre l’artificialisation des sols : les besoins de surface au sol sont divisés par 4 par rapport à un projet « classique ». La réversibilité d’usage est pensée sur le long terme (plus de 3 générations).

Thématiques : 
  • Construction
  • Qualité du logement
  • Énergie
  • Renforcement du lien social et de la solidarité
Échelle : 
  • Logement

Fiche d'identité

marker  Grand Est / Strasbourg
Type de territoire : 
  • Métropole
Date de livraison :  01/02/2018
Surface bâtie :  4 364 m² SHAB
Coût du projet :  19,9M€
Maîtrise d'ouvrage :  Concepteur et Ingénierie : Elithis Promoteur SCCV TED : Elithis
Maîtrise d'oeuvre :  Architecte X-TU : Architects Promoteur SCCV TED : Elithis
Partenaires associés :  Investisseur Caisse des Dépôts et le Crédit Agricole Alsace Vosges Eurométropole de Strasbourg La SERS Le Pôle de compétitivité Fibres-Energivie

Distinctions

Labels / certifications :  Projet EcoCité – Ville de demain BEPOS Effinergie 2013 - 72%
Concours / récompenses :  Le projet TED a été lauréat de « 200 Bâtisseurs pour demain » dans le cadre du forum « Osons la France, tous visionnaires » qui s’est déroulé au Grand Palais à Paris en décembre 2014. - Le projet a été sélectionné pour participer à MIF EXPO qui s’est déroulé Porte de Versailles en 2015 (Salon des produits Made In France). - TED a obtenu la « Mention Energie & Climats Tempérés » dans le cadre des Green Solutions Awards 2019 France, organisé par CONSTRUCTION 21. - Thierry Bièvre a été invité à se joindre à OSLO à la délégation de la Ville de Strasbourg, figurant parmi les 3 finalistes de EGCA 2021 (CAPITALE VERTE EUROPEENNE), pour présenter la Tour Elithis Danube devant le jury.

Médias

 

Évaluation du projet*

sur la base du déclaratif du contributeur

Critère n°1 : SOBRIÉTÉ

Oui, le projet prend en compte l’impact sur le foncier en favorisant la densité tout en préservant une silhouette élancée. Construire en hauteur impacte positivement les déplacements urbains et extraurbains, en limitant les flux de trafic (gêne acoustique, embouteillage), la pollution (émission CO2, particules fines), et en offrant une alternative pour répondre à la problématique de l’économie des ménages qui sont renvoyés en périphérie des villes par un manque d’offre accessible.

La Tour Elithis Danube puise notamment son énergie dans les ressources biomasses, mises à sa disposition par l’Eurométropole au travers d’un réseau de chaleur fournissant des calories d’origine renouvelables à hauteur de 70% ; ces calories sont réservées au chauffage et à la fabrication d’eau chaude. Aussi, l’enveloppe du bâtiment répond à une étude d’intégration fine et extrêmement poussée des
données urbaines et climatiques du site. Elle maximise les effets du vent en perforant le nord d’une simple arête. Toutes les baies, sans exception, sont orientées de manière à recevoir la course du soleil en toutes saisons.
Les surfaces déperditives sont très limitées (parce qu’énergivores et chères) ce qui renforce l’efficience du bâtiment. L’avantage de cette écoconception se retrouve également en matière d’impact écologique, 30 % de ressources économisées pour bâtir l’immeuble et obtenir un meilleur résultat.

La Tour Elithis vise le logement zéro facture énergétique :

  • Récupération de l’énergie solaire par des panneaux photovoltaïques sur la façade sud et la terrasse ;
  • Respect du bioclimat avec des larges baies vitrées et une orientation idéale à la lumière naturelle ;
  • Consommation énergétique totale du bâtiment (chauffage, ventilation, eau chaude et appareils ménagers compris), évaluée à 100 kwh par an grâce à des solution éco efficaces ;
  • Compteurs de consommation d’énergie ou un interrupteur central pour les appareils et veilleuses qui n’ont pas besoin de rester en tension lors du départ du logement.

Ainsi qu’une sobriété de fonctionnement en privilégiant un usage abondant d’énergies renouvelables et grâce à une programmation exigeante forçant le talent des Ingénieurs et Architectes.

Exclusivement d’origine photovoltaïque, l’énergie renouvelable produite par la Tour n’émet pas de CO2, gaz à effet de serre qui est en majeure partie responsable des dérèglements du climat et du réchauffement de la planète.

La Tour possède des performances hors normes avec une Balance énergétique positive : consommation d’énergie = 80,8 kWhep/ m2.an et / fabrication d’énergie renouvelable = 90,3 kWhep/m2.an, (*)

Ø Dépassement du meilleur label énergétique : face au label Bepos Effinergie 2013 la tour Elithis Danube affiche un gain de 72 %, (**)

Ø Dépassement de la règlementation thermique : face au calcul RT2012 la Tour Elithis Danube divise par 7 ses besoins énergétiques par rapport à des constructions neuves et par 13 par rapport au parc existant moyen

La Tour Elithis présente une balance carbone positive : Par un bilan positif entre fabrication d’énergie et consommations tous usages ; donc une balance carbone positive en exploitation. Les consommations de confort des usagers (chauffage, ventilation, eau chaude sanitaire, éclairage, ascenseurs) mais également les consommations des biens d’équipement (parc électro-ménager et multimédia) sont couvertes par une production d’énergie vertueuse.

Critère n°2 : INCLUSION

Le projet encourage les comportements vertueux :

Le groupe Elithis a inventé et finance un dispositif incitatif pour encourager les comportements vertueux. Ce dispositif a pour nom PrEUVE, pour Prime d’Encouragement aux Usages Vertueux de l’Energie.

ALAD’HUN sera support de ce dispositif, qui pendant 6 ans, durée de l’expérimentation portée par le laboratoire d’Explorations et de Découvertes (R&D) d’Elithis, permettra aux résidents des logements de bénéficier d’un bonus d’encouragement venant les récompenser pour leurs bonnes pratiques environnementales dans l’utilisation énergétique de leur logement et des biens d’équipements de leur ménage. Ce bonus, d’un maximum de 30% de la consommation de référence du logement, sera dégressif sur la base d’une plage d’application allant de 130 % à 90 % de la valeur des consommations énergétiques de référence.  Les locataires qui le souhaitent, via la signature d’une charte, et à condition d’un délai de location de 12 mois a minima, pourront ainsi améliorer leur budget énergie jusqu’à obtenir une facture énergétique inférieure à zéro, et se retrouver avec une recette plutôt qu’une charge. Cette recette sera convertie en « Stücks » la Monnaie Locale Complémentaire Citoyenne (MLCC) de Strasbourg et contribuera à animer l’économie circulaire. Le dispositif PrEUVE a été testé scientifiquement avec la collaboration du laboratoire d’anthropologie de l’Université Catholique de Lille.

Le Coeur Social :

Le développement durable s’appuie sur des initiatives locales, « du local jusqu’au global ». Les architectes ont imaginé un lieu de rencontre, de vie, d’échange : le « Coeur Social ». Situé au sommet de la Tour, cet espace bénéficie de vues sur la ville, permettant à tous les locataires d’en profiter. Ils pourront s’y rencontrer, organiser des ateliers créatifs, des piques niques, ou tout simplement s’y reposer. Le souhait des concepteurs est de laisser les locataires « envahir » les lieux et en définir dans le temps les usages les plus profitables et les plus incitatifs à tisser le lien social. Les performances Environnementale, Energétique, Economique de ce projet sont contributives, et de manière globale, à la diminution de la pression de l’Homme sur la planète, un chemin parmi d’autres pour contribuer au mieux vivre ensemble.

La Tour Elithis Danube à, en son sommet un « coeur social ». Nous avons diminué les surfaces de balcons (Carbone privatif+ ombres portées), au profit d’un espace de rencontre ouvert à tous nos locataires (carbone collectif), avec la meilleure vue sur la cathédrale, l’horizon et les environs. Cet espace peut accueillir un jardin, des tables et chaises pour un repas, des bancs et fauteuils pour une discussion entre amis, un coin bibliothèque/lecture, un espace jeux ou dédié aux activités sportives et de méditation…
Notre souhait a été ici de laisser les locataires « envahir » les lieux et en définir dans le temps les usages les plus profitables et les plus incitatifs à tisser le lien social.
Les performances Environnementales, Énergétiques, Économiques de ce projet sont contributives, et de manière globale, à la diminution de la pression de l’Homme sur la planète, un chemin parmi d’autres pour contribuer au mieux vivre ensemble. La réussite de cet espace à Strasbourg (home cinéma, plancha, …) nous invite à améliorer le concept sur nos projets en cours avec des espaces protégés des intempéries, des espaces chauffés, des espaces à l’air libre (balcon collectif panoramique) …
Nous contribuons à la rencontre et aux échanges entre nos locataires (création de liens) en leur
offrant des espaces exclusifs et de grande qualité.

Toutes les actions de conception, de management de projet, de programmation, de gestion de la réalisation ont été conduites en ce sens, avec pour ultime pensée, permettre à l’usager de pouvoir, enfin, s’affranchir de sa facture énergétique.

Les résultats attendus de ce projet sont prometteurs, nous pouvons parler de logement zéro facture énergétique au vu des consommations finales qui sont tangentes au zéro euro.

Zéro euro, ou presque, c’est un progrès considérable, un pas de géant en matière de pouvoir d’achat, sachant que le coût de construction de ce bâtiment est réalisé à un coût de construction standard (1 300 €/m2 SHON)

Mobiliser l’usager dans son intérêt :

En effet, la question du rôle de l’usager du logement reste posée, et il nous semble responsable de laisser celui-ci franchir la barre du zéro grâce à un éco-comportement adapté, ne le privant aucunement de son confort moderne. Il aurait été facile, et peu coûteux de combler les quelques kWh et € qui nous séparent du zéro réel, mais comment dans ce cas encourager l’usager à faire preuve d’intérêt pour sa dépense énergétique et aux incidences sur l’environnement et le climat, autrement qu’en lui laissant l’initiative de réaliser lui-même cette économie à sa portée.

En effet, rappelons ici que le défi relevé par Elithis intègre non seulement le confort (chauffage/ventilation/éclairage/ECS/ascenseurs) mais aussi l’équipement électro domestique du foyer (cuisson/réfrigération/lave-linge/lave-vaisselle/TV média/ informatique/petit électroménager). Ce dernier est en effet totalement privatif, et c’est une innovation fonctionnelle, le coach numérique ALAD’HUN qui permettra aux ménages d’être accompagnés (sans culpabilisation ou moralisation) et familiarisés aux bonnes pratiques, pour une utilisation efficiente et globale de leur logement et de leurs biens d’équipements

Critère n°3 : RÉSILIENCE

La conception bioclimatique du bâtiment :

Avant même ces dispositifs techniques, technologiques, ou encore numériques, la conception bioclimatique du bâtiment joue un rôle essentiel dans les performances attendues

L’enveloppe effilée du bâtiment :

L’enveloppe du bâtiment répond à une étude d’intégration fine et extrêmement poussée des données urbaines et climatiques du site. Cette Tour est très efficiente, en effet, les surfaces déperditives sont très limitées (parce qu’onéreuses en énergie et en coûts de construction et d’entretien), à savoir 0,92 m2 de surfaces exposées / 1 m2 utile ; la moyenne constatée, sur un échantillon à l’échelle nationale de 50 000 logements neufs étudiés sur les 5 dernières années, est de 1,20 m2 de surfaces exposées /1m2 utiles, soit un gain de plus de 30%. L’avantage de cette écoconception se retrouve également en matière d’impact écologique, vous utilisez 30 % de ressources en moins pour bâtir votre immeuble et obtenir un meilleur résultat.

L’enveloppe du bâtiment offre une plastique propice aux effets du vent en perforant le nord d’une simple arête. Toutes les baies, sans exception, sont orientées de manière à recevoir la course du soleil en toutes saisons.

Capter les énergies gratuites :

L’utilisation des énergies gratuites comme la lumière naturelle (éclairage), le rayonnement solaire en hiver (chauffage), est accrue grâce à la densité des ouvertures vitrées ; 27 % de la surface habitable avec pour les logements sud de généreuses baies ouvrantes de 7,50m x 2m50 donnant la sensation de bénéficier d’un séjour balcon.

Le confort d’été est également soigné, afin de se préserver du rayonnement solaire, des stores à lames orientables permettent de gérer la lumière naturelle. Ces stores connectés à la domotique du logement servent également de rideaux occultants pour la nuit ou l’intimité.

En tant qu’inventeur et concepteur du projet, le groupe Elithis souhaite servir l’intérêt général en
démontrant qu’il est possible de progresser en faisant meilleur usage de ce qu’il définit comme l’énergie du futur : « la matière grise. » Dès la genèse de ce projet, le confort, le bien-être et le mieux vivre sont au coeur des objectifs de celui-ci. Permettre aux ménages de bénéficier de logements plus
sains, plus généreux, plus flexibles, plus vertueux est un leitmotiv permanent pour les ingénieurs et chercheurs du Groupe.
En effet, la question du rôle de l’usager du logement reste posée, et il nous semble responsable de laisser celui-ci franchir la barre du zéro grâce à un éco-comportement adapté, ne le privant aucunement de son confort moderne. Il aurait été facile, et peu coûteux de combler les quelques kWh et € qui nous séparent du zéro réel, mais comment dans ce cas encourager l’usager à faire preuve d’intérêt pour sa dépense énergétique et aux incidences sur l’environnement et le climat, autrement qu’en lui laissant l’initiative de réaliser lui-même cette économie à sa portée. En effet, rappelons ici que le défi relevé par Elithis intègre non seulement le confort (chauffage/ventilation/éclairage/ECS/ascenseurs) mais aussi l’équipement électro domestique du foyer (cuisson/réfrigération/lave-linge/lave-vaisselle/TV média/informatique/petit
électroménager). Ce dernier est en effet totalement privatif, et c’est une innovation fonctionnelle,
notre coach numérique permet aux ménages d’être accompagnés (sans culpabilisation ou moralisation) et familiarisés aux bonnes pratiques, pour une utilisation efficiente et globale de leur logement et de leurs biens d’équipements

Critère n°4 : CRÉATIVITÉ

Valoriser l’économie numérique pour des retombées dans l’économie locale et l’économie solidaire
L’économie numérique est rentrée dans nos foyers, dans notre économie, dans notre culture. Comment faire du digital un levier et non une contrainte. Nos projets sont conçus exclusivement à partir de jumeaux numériques, ce qui permet d’en assurer une meilleure maintenance préventive, organiser et gérer les cycles de vie des différents matériaux et matériels, et de documenter sur un seul et même objet (la maquette numérique) la vie de
l’immeuble.
Mieux, en développant notre coach numérique nous offrons une plateforme connectée sur les aménités de l’immeuble, celles de l’environnement proche de la Tour, et sur les offres de services et informations de la métropole, collectivité, commune.
Cette plateforme est orientée économie solidaire ; elle privilégie les organismes, personnes, entités qui se réclament de l’économie solidaire pour les mettre en relation avec les usagers de la Tour. L’application déployée elle-même et au travers du dispositif de la prime que nous versons, permet à certains usagers de la tour d’être rétribués en monnaie locale citoyenne à proportion de leurs écocomportements en faveur des économies d’énergie réalisées dans leur logement (ce dispositif innovant est mis en oeuvre pendant une durée de 6 ans.

En tant qu’inventeur et concepteur du projet, le groupe Elithis souhaite servir l’intérêt général en démontrant qu’il est possible de progresser en faisant meilleur usage de ce qu’il définit comme l’énergie du futur : « la matière grise. » Dès la genèse de ce projet, le confort, le bien-être et le mieux vivre sont au coeur des objectifs de celui-ci. Permettre aux ménages de bénéficier de logements plus sains, plus généreux, plus flexibles, plus vertueux est un leitmotiv permanent pour les ingénieurs et chercheurs du Groupe.
En effet, la question du rôle de l’usager du logement reste posée, et il nous semble responsable de laisser celui-ci franchir la barre du zéro grâce à un éco-comportement adapté, ne le privant aucunement de son confort moderne. Il aurait été facile, et peu coûteux de combler les quelques kWh et € qui nous séparent du zéro réel, mais comment dans ce cas encourager l’usager à faire preuve d’intérêt pour sa dépense énergétique et aux incidences sur l’environnement et le climat, autrement qu’en lui laissant l’initiative de réaliser lui-même cette économie à sa portée. En effet, rappelons ici que le défi relevé par Elithis intègre non seulement le confort (chauffage/ventilation/éclairage/ECS/ascenseurs) mais aussi l’équipement électro domestique du foyer (cuisson/réfrigération/lave-linge/lave-vaisselle/TV média/informatique/petit électroménager). Ce dernier est en effet totalement privatif, et c’est une innovation fonctionnelle, notre coach numérique permet aux ménages d’être accompagnés (sans culpabilisation ou moralisation) et familiarisés aux bonnes pratiques, pour une utilisation efficiente et globale de leur logement et de leurs biens d’équipements

Critère n°5 : POTENTIEL DE RÉPLICABILITÉ

La réplication du projet était prévu dans l’écoquartier Les Roseaux de Montévrain (Epamarne), Dijon  et à Saint-Etienne . 5 projets sont prévus dans d’autres villes françaises.

Formée aux affaires internationales et européennes entre l’Angleterre et la France dans le cadre d’un double diplôme Sciences-Po Lille / Université du Kent, Marion a débuté sa carrière en plaidoyer et relations institutionnelles des organisations non gouvernementales, dans le secteur du commerce équitable (Label Max Havelaar France). Ses expériences sont aussi en lien avec les territoires, avec un passage en coopération décentralisée à l’échelle d’un conseil départemental.

Voir son profil Linkedin

Issue des sciences sociales, de l’histoire de l’art et de l’architecture, après diverses expériences dans la gestion de projets culturels et la production audiovisuelle, Camille a travaillé dans la communication au sein du groupe VINCI : depuis les grands projets à l’international jusqu’à La Fabrique de la Cité, think tank dédié à la prospective urbaine

Voir son profil Linkedin

Carla DONCESCU

Diplômée d’un master 2 en Economie du Développement à Panthéon-Sorbonne, et actuellement en formation alternance du Master 2 Relation Internationale et Action à l’Etranger dans la même Université, c’est à travers ces différents prismes et ses expériences à l’internationale qu’elle approche les problématiques de villes et territoires durables.

Voir son profil Linkedin

 

Manon EXBALIN

Diplômée d’un Master en sociologie de la communication, Manon a travaillé précédemment pour Greenpeace, la Mairie de Paris (en particulier pour venir en aide aux étudiants), et le Ministère de la Transition Ecologique (DGALN – Mission Communication).

Voir son profil Linkedin 

Géographe de formation (Université d’Etat de Saint-Pétersbourg), elle a débuté au poste de géographe économiste à l’Académie d’Économie Agricole (Russie), avant de poursuivre sa carrière en France, en tant qu’assistante administrative et comptable (Air Liquide, Association TGV Provence Côte d’Azur, COFHUAT, Groupe Hervé)

Voir le profil Linkedin

Avant de rejoindre l’équipe FVD, il a occupé plusieurs postes dans la gestion des collectivités  locales. Allant d’élu et adjoint au maire de sa ville natale Besançon, chargé des relations universitaires et de la coopération internationale puis Directeur du Développement économique de la Ville de Pantin, pour ensuite être directeur de cabinet à Montreuil où il a notamment piloté la refonte en profondeur du projet urbain vers davantage d’écologie et de développement durable, Il continue son parcours en tant que Haut Responsable de la Résilience de la Ville de Paris.

Il promeut une vision holistique et systémique du développement durable et apporte son expérience/expertise en résilience territoriale et en transition écologique et sociale.

Voir son profil Linkedin

 

X