Mode sombre

Six logements participatifs en autopromotion

Une réalisation proposée par MTE

Bâtiments Management et gouvernance

Contributeur

Référent :  Isabel DIAZ, DGALN/DHUP, bureau des stratégies territoriales
Contact : 

, monica-isabel.diaz@developpement-durable.gouv.fr

Descriptif

Ce projet est celui de 6 familles qui se sont réuni pour imaginer ensemble leur lieu de vie. Dans le pavillonnaire de Romainville, c’est aussi un projet de densification.

Et si l’opération s’implante sur une parcelle petite, son échelle s’avère particulièrement adaptée ce type de programme en autopromotion.

Thématiques : 
  • Qualité du logement
  • Participation citoyenne
Échelle : 
  • Bâtiment

Fiche d'identité

marker  Île-de-France / Romainville
Type de territoire : 
  • > 20 000 < 100 000 habitants
Date de livraison :  31/01/2020
Surface bâtie :  Terrain : 772 m²; SHAB privative : 573 m² + 4x25 m² de jardins ; SHAB collective : 68 m² ; Jardins collectifs : 220 m² (RDC) + 200 m² (toit)
Coût du projet :  1075000 €HT
Maîtrise d'ouvrage :  MOA Les futurs habitants constitués en SCIA
Maîtrise d'oeuvre :  MOE Atelier de l’Ourcq (architecte) + Sunsquare (be fluides) + I+A (be structure)

Distinctions

Labels / certifications :  LABELS RT2012
Concours / récompenses :  Lauréat du prix de la première œuvre 2020, Lauréat des albums des jeunes architectes et paysagistes 2016

Médias

Évaluation du projet*

sur la base du déclaratif du contributeur

Critère n°1 : SOBRIÉTÉ

La parcelle est une parcelle en drapeau, issue du découpage d’un ténement ayant servi de lieu de stockage pour des buses de VRD. Le contexte est celui d’une rue pavillonnaire calme qui suit la ligne de crête du plateau de Romainville, anciennement exploité comme carrière de gypse. La position en point haut permet au projet de révéler la géographie francilienne, tout en cherchant à dialoguer avec l’environnement pavillonnaire proche.

Ces considérations géographiques ont également imposé l’idée d’un toit jardin. Monter sur le toit c’est s’extraire de l’ultralocal de la parcelle et se retrouver plongé dans le grand territoire de la banlieue est.

Il s’agit de recyclage urbain amplifiant les qualité du site et le cadre de vie des habitants.

Eléments à rechercher. On pourrait parler d’une architecture frugale. L’expression architecturale est finalement assez sommaire, presque fruste. Mais elle est là pour être poursuivie, pour être enrichie par de nouveaux projets collectifs.

Eléments à rechercher.

NC

Critère n°2 : INCLUSION

Sans l’appui d’aucune collectivité, en parfaite autonomie, sans expérience préalable en matière de montage d’une opération immobilière, un groupe de personnes a souhaité prendre à bras le corps le problème de son logement. Il a souhaité le faire correspondre à un projet de vie où la dimension humaine et collective tient une grande place. Ce projet a demandé une énergie considérable de la part du groupe. Une centaine de réunions a été nécessaire. Chacun s’est investi à tous les niveaux du processus, en montant progressivement en compétence. Le groupe a fait une bonne partie des finitions. D’une part parce que le budget était extrêmement serré. D’autre part car à plusieurs, une énergie porte qui rend les choses moins insurmontables.

De fait

De fait

NC

Critère n°3 : RÉSILIENCE

NC

NC

Critère n°4 : CRÉATIVITÉ

NC

L’enjeu principal de la conception a été d’organiser la vie en commun dans ce projet de 6 logements.  L’objectif a été de trouver les moyens de vivre ensemble, mais séparément : donner des espaces et du souffle à la vie collective, mais aussi ménager la possibilité de s’extraire du groupe pour se reconstruire dans l’intimité. La salle commune et son prolongement en terrasse, est la polarité forte. C’est la place du village, accrochée aux flux quotidiens. C’est là où on se croise sans l’avoir prévu pour échanger deux mots, là où on se donne rendez-vous, là où on peut trouver de l’animation. La vie collective peut ainsi s’épanouir de façon naturelle et non programmé.

Par ailleurs, le projet propose non pas un, mais plusieurs espaces partagés, disséminés sur la parcelle, qui permettent de se réunir en sous-groupe si nécessaire. Aucune pièce principale ne donne directement sur l’espace commun.

Le projet et son montage opérationnel peuvent s’envisager comme un modèle de développement urbain qui se ferait par de petits investisseurs et qui arriverait à se glisser dans le tissu existant sans trop le perturber. Une sorte de densification douce du pavillonnaire.

Critère n°5 : POTENTIEL DE RÉPLICABILITÉ

Cette opération qui a reçu un prix est un modèle qui est réplicable. Le projet et son montage opérationnel peuvent s’envisager comme un modèle de développement urbain qui se ferait par de petits investisseurs et qui arriverait à se glisser dans le tissu existant sans trop le perturber. Une sorte de densification douce du pavillonnaire.

Photo-circulaire-carla

She holds a Master’s degree in Development Economics from the Panthéon-Sorbonne University and is currently studying for a Master’s degree in International Relations and Action Abroad at the same university. She approaches the problems of sustainable cities and territories through these different perspectives and her international experiences.

photo-isabelana

Isabelana is a Mexican journalist who holds a Master’s degree in Digital Communication and Data Analysis from the Sorbonne University. She previously worked in communication and press relations in the cultural sector in France and Mexico. Today, she is interested in ecological actions and solutions to preserve the environment and the biodiversity.

camille-waintrop-boyon-fvd

With a background in social sciences, art history and architecture, Camille has worked in communication within the VINCI group: from major international projects to La Fabrique de la Cité, a think tank dedicated to urban foresight.

A geographer by training (Saint Petersburg State University), she started as a geographer and economist at the Academy of Agricultural Economics (Russia), before pursuing her career in France as an administrative and accounting assistant (Air Liquide, Association TGV Provence Côte d’Azur, COFHUAT, Groupe Hervé)

Trained in international and European affairs between England and France as part of a double degree at Sciences-Po Lille / University of Kent, Marion started her career in advocacy and institutional relations of non-governmental organisations, in the fair trade sector (Max Havelaar France label). Her experiences are also linked to territories, with a passage in decentralised cooperation at the level of a departmental council.

sebastien-maire

Before joining the SCbF team, he held several positions in local government management. From elected official and deputy mayor of his native city Besançon, in charge of university relations and international cooperation, to Director of Economic Development of the City of Pantin, to Chief of staff in Montreuil – where he notably piloted the in-depth redesign of the urban project towards more ecology and sustainable development – he continued his career as Senior Resilience Officer of the City of Paris.

He promotes a holistic and systemic vision of sustainable development and brings his expertise in territorial resilience, ecological and social transition.

X