Mode sombre

Résidence Maldyves

Une réalisation proposée par SARL Maldyves

Bâtiments Économie durable Réseaux

Contributeur

Référent :  Laurent Darviot
Contact : 

contact@maldyves.com

Descriptif

La résidence Maldyves est née d'une constatation de pseudo impuissance et de fatalité sur la construction de logements collectifs, ceux que l'on construit pour les autres. On serait tous volontaires pour moins consommer, mieux vivre ensemble de façon plus saine mais ça n'existerait que pour du logement individuel.

Le défi était tout trouvé : construire un bâtiment expérimental d'habitation collective (5 appartements), en bois (pas vu aux Antilles depuis quelques décennies) , en zone sismique et cyclonique et avec toute la "panoplie"  du durable et la bénédiction du climat tropical de Guadeloupe. C'est donc en centre-ville, dans ce que l'on pourrait qualifier de dent creuse (microfriche de 280m2) qu'a été réalisé en 14 mois la résidence Maldyves.

La démonstration constructive devait également être de la partie, optimiser la préfabrication, minimiser les nuisances en ville, favoriser la production locale. Prémurs en RDC pour les communs et garages, deux niveaux en Murs & Planchers ossature bois préfabriqués localement, balcons et terrasses métalliques rapportés : au total 6 jours de levage (non consécutifs), zéro échafaudage. Hors d'eau Hors d'air en 6 mois. Le second œuvre a été confié à des artisans, un rythme paisible et respectueux, 2 plaquistes peintres, un plombier, un électricien, un menuisier. Les cuisines et l'essentiel du mobilier ont été réalisés sur mesure et sur site, ayant pris le soin d'installer une micro-menuiserie "au solaire" dans les garages pendant 4 mois.

L'immeuble est en autoconsommation de sa propre centrale photovoltaïque, autonome (première nationale), équipé de citernes sur eau de pluie y compris réseau dédié WC et puisage, citernes sur l'eau de ville (coupures récurrentes), mutualisation des abonnements Internet, mutualisation d'un garage, buanderie collective, micro jardin partagé.

Ce projet, bien qu'expérimental et exemplaire, ne se voulait pas futuriste ou ostentatoire, les choix architecturaux, bien que revisités, respectent les codes de la ville caribéenne, base minérale, niveaux d'habitation en bois et balcons métalliques. Une fresque murale et une boite a livres complète l'œuvre et parfait l'adhésion de la population.

 

Thématiques : 
  • Construction
  • Matériaux
  • Économie de la fonctionnalité
  • Consommation responsable
  • Énergie
  • Grand cycle de l'eau
Échelle : 
  • Logement

Fiche d'identité

marker  Guadeloupe / Goyave
Type de territoire : 
  • < 20 000 habitants
Date de livraison :  15/02/2021
Surface bâtie :  300m2
Coût du projet :  650 000 euros
Maîtrise d'ouvrage :  SARL Maldyves / Laurent Darviot
Maîtrise d'oeuvre :  SARL Agence Architectures / Laurent Darviot

Distinctions

Concours / récompenses :  1er prix Trophée Bâtiments résilients 2022

Évaluation du projet*

sur la base du déclaratif du contributeur

Critère n°1 : SOBRIÉTÉ

Oui. Micro foncier, dent creuse, préfabrication optimale.

La parcelle peut être considérée comme une « dent creuse », dans l’analyse des urbanistes, car inutilisée depuis de nombreuses années, bordée par des espaces résidentiels et parfaitement desservie par les réseaux, voiries et services communaux, écoles et collège. Le projet s’intègre donc parfaitement dans la redynamisation du centre bourg, avec des vertus environnementales multiples.

Bien que situé à proximité du littoral, le site n’est pas impacté par les risques naturels de submersion et d’inondations, ni par le vieillissement accéléré des matériaux, notamment dus aux embruns marins. Les nuisances dues aux algues sargasses sont relativement limitées sur la parcelle qui se situe en retrait de la côte.

L’immeuble est en autoconsommation de sa propre centrale photovoltaïque, autonome (première nationale), équipé de citernes sur eau de pluie y compris réseau dédié WC et puisage, citernes sur l’eau de ville (coupures récurrentes), mutualisation des abonnements Internet, mutualisation d’un garage, buanderie collective, micro jardin partagé.

La toiture est munie de 30 panneaux photovoltaïques pour assurer la fourniture d’électricité des logements (éclairage, brasseurs d’air, frigo congélateur, TV et divers domotique / informatique) en autoconsommation y compris stockage par batteries lithium. La revente EDF envisagée initialement n’a pas été effectuée, l’autonomie semble parfaitement fonctionner. Les logements ne sont pas climatisés. L’eau chaude sanitaire est solaire, capteurs communs et ballons individuels sur boucle ECS cuivre.

Le bâtiment est raccordé au réseau d’adduction d’eau potable public, pour des obligations de santé sanitaire, une citerne tampon apportera un confort d’utilisation, pression constante et amortissement des coupures potentielles. La récupération des eaux pluviales sur 100% de la toiture est dédiée à des usages ciblés, arrosage, entretien communs poubelles, lingerie commune, et WC via un réseau surpressé spécifique.

Oui.

Critère n°2 : INCLUSION

Pas de concertation en amont de la conception, par contre, il existe une autogestion des locataires : entretien, communs jardin, buanderie, salle de sport, etc.

Depuis mi février 2021, les appartements ont trouvé leurs premiers usagers. Les 5 couples de Jeunes Guadeloupéens ont adhéré à la « charte Maldyves », laquelle incite a vivre un peu plus écologique, un peu plus ensemble: la décroissance & la sobriété énergétique sans que ce soit une contrainte mais un progrès.

Tout le monde est bien évidement d’accord, mais c’est pas inné: Il faut “apprendre le bon sens”, expliquer par l’exemple, sans que ce soit traduit comme des consignes autoritaires.

Non. Les locataires sont 100% des jeunes Guadeloupéens motivés avec des motivations similaires.

Il s’agit de 5 couples de Jeunes Guadeloupéens, d’horizons divers, devenus amis et solidaires via leur résidence a caractère collectif.

Il existe une bonne ambiance et cohésion entre les résidents.

En savoir plus

Critère n°3 : RÉSILIENCE

Pas le choix, Guadeloupe est un territoire particulier : Sismicité, cyclones,  grèves et de coupures d’eau.

Plutôt que de construire un blockhaus résistant à toutes épreuves, qui serait sollicité quelques heures certaines années (cyclone Antilles) ou avec une période de retour de l’ordre de 50 ans ou plus (sismique 5 plaque Caraïbes), nous avons opté pour une construction ductile, perméable et confortable pour son usage normal et régulier.

Le séisme ne se prédit pas, la construction est donc légère, avec une charge sismique proportionnelle au poids propre et de proportion raisonnable à la conception : 2 niveaux bois, plan rectangulaire régulier, pas d’encorbellement ni de porte a faux.

Le cyclone est prévisible, attendu, préparé. Sa trajectoire et son intensité sont communiqués, la parade, si elle est conçue et préparée est donc possible. La conception de ce bâtiment d’habitation comprend donc des protections classiques (volets aluminium anticycloniques) mais aussi des parades comme les balcons métalliques “bouclier”, et des actions a mener en cas d’alerte ; par exemple, l’arrimage complémentaire des panneaux photovoltaïques.

N’oublions pas : la résilience c’est pendant la crise, mais c’est aussi après la crise ! Premier immeuble collectif autonome non raccordé de France, l’installation et les batteries fourniront de l’électricité pendant la crise (radio, TV, internet), alors que préventivement EDF coupe l’électricité ou que des chutes d’arbres sur les lignes peuvent affecter le réseau. Ces systèmes permettront également d’alimenter le bâtiment après la crise si elle est particulièrement sérieuse : panne de courant et de communication pendant plusieurs jours, ce qui signifie plus d’éclairage, de frigidaire, les congélateurs qui dégivrent… De plus, les garages au rez-de chaussée de l’immeuble pourront accueillir les frigidaires des voisins, le dimensionnement et la puissance de l’installation étant confortable. De même pour la problématique de l’eau, l’immeuble est équipé de citernes sur le réseau AEP mais aussi sur la récupération de l’eau de pluie.

Oui, en quelques sortes, le bon sens perdu / environnement / consommation / partage.

Critère n°4 : CRÉATIVITÉ

Oui, on a mis une boîte à livres !

Utilisation de prémurs Béton en RDC (un peu novateur en Guadeloupe), préfabrication des murs bois, et grosse installation domotique.

Critère n°5 : POTENTIEL DE RÉPLICABILITÉ

C’est exactement le but, être exemplaire. L’imitation est très ambitieuse, çà devrait inspirer pour partie la construction locale.

 

Photo-circulaire-alice

Originally from Savoie, Alice is currently studying a Master’s degree in Sustainable Territorial Development. After having focused her professional life in the tourism sector and the search for a way to reconcile tourism and environmental issues, she joined Sustainable City by France. This organisation, fully committed to the transformation of territories, allows her to discover more about sustainable city, in a theoretical way (working groups and scientific committee) but also in applied way, by territorial workshops.

See her LinkedIn profile 

Photo-circulaire-tara

Currently studying as a second-year Master’s student in International Relations at University Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Tara holds a Bachelor’s degree from INALCO, with a double-major in Hindi language, and International relations / Environmental studies. Her work with us is in line with her former experiences at UNESCO and the Ministry of Europe and Foreign Affairs, thus deepening her professional expertise in the field of environmental diplomacy and international cooperation for sustainable development.

See her LinkedIn profile

Photo-circulaire-carla

She holds a Master’s degree in Development Economics from the Panthéon-Sorbonne University and is currently studying for a Master’s degree in International Relations and Action Abroad at the same university. She approaches the problems of sustainable cities and territories through these different perspectives and her international experiences.

photo-isabelana

Isabelana is a Mexican journalist who holds a Master’s degree in Digital Communication and Data Analysis from the Sorbonne University. She previously worked in communication and press relations in the cultural sector in France and Mexico. Today, she is interested in ecological actions and solutions to preserve the environment and the biodiversity.

camille-waintrop-boyon-fvd

With a background in social sciences, art history and architecture, Camille has worked in communication within the VINCI group: from major international projects to La Fabrique de la Cité, a think tank dedicated to urban foresight.

A geographer by training (Saint Petersburg State University), she started as a geographer and economist at the Academy of Agricultural Economics (Russia), before pursuing her career in France as an administrative and accounting assistant (Air Liquide, Association TGV Provence Côte d’Azur, COFHUAT, Groupe Hervé)

Trained in international and European affairs between England and France as part of a double degree at Sciences-Po Lille / University of Kent, Marion started her career in advocacy and institutional relations of non-governmental organisations, in the fair trade sector (Max Havelaar France label). Her experiences are also linked to territories, with a passage in decentralised cooperation at the level of a departmental council.

sebastien-maire

Before joining the SCbF team, he held several positions in local government management. From elected official and deputy mayor of his native city Besançon, in charge of university relations and international cooperation, to Director of Economic Development of the City of Pantin, to Chief of staff in Montreuil – where he notably piloted the in-depth redesign of the urban project towards more ecology and sustainable development – he continued his career as Senior Resilience Officer of the City of Paris.

He promotes a holistic and systemic vision of sustainable development and brings his expertise in territorial resilience, ecological and social transition.

X