Mode sombre

Protection et confortement de la ceinture verte et de la trame nourricière du centre-ville de Mamoudzou

Une réalisation proposée par ANCT cœur de ville

Bâtiments Conception Management et gouvernance Vie locale

Contributeur

Référent :  Marion Sybillin, Cheffe de projet Action Cœur de Ville Mamoudzou
Contact : 

Descriptif

Le centre-ville de Mamoudzou s’inscrit dans un véritable écrin paysager : de la pointe Mahabou au Parc Batrolo en passant par les promontoires du cœur de ville, la géographie forme un amphithéâtre naturel, boisé et ouvert sur l’océan. 

Le centre-ville est en outre parcouru d’une trame nourricière d’arbres fruitiers et de plantes médicinales, qui s’inscrit autant dans les parcelles privées que sur l’espace public.  

La CADEMA se donne pour objectif, dans le programme Action Cœur de Ville Mamoudzou, de préserver et de conforter ces trames vertes du centre-ville, à travers différentes actions : 

  • Le recensement exhaustif des ensembles paysagers et sujets remarquables qui seront protégés dans le cadre du PLUi en cours d’élaboration (création d’EBC notamment) ; 
  • L’aménagement d’un parcours ludique au sein du quartier M’gombani, gagné sur la mangrove, sur le thème de la découverte de la mangrove. Ce parcours s’achève sur un belvédère qui permet de découvrir la canopée de la mangrove ; 
  • L’aménagement d’un réseau d’ilots de fraicheur dans le centre-ville de Mamoudzou ; 
  • L’aménagement de micro-espaces publics dans les quartiers Boboka et Barakani ; 
  • L’aménagement d’un parc urbain sur les terrains dits Batrolo, à la liaison entre les villages de Mamoudzou et Kaweni. 
Thématiques : 
  • Exploitation
  • Rénovation / Réhabilitation
  • Espaces publics et espaces verts
  • Milieux naturels et aquatiques, biodiversité
  • Paysage
  • Coopérations territoriales
  • Éducation et formation
  • Renforcement du lien social et de la solidarité
  • Patrimoine
Échelle : 
  • Quartier

Fiche d'identité

marker  Mayotte / Mamoudzou
Type de territoire : 
  • > 20 000 < 100 000 habitants
Date de livraison :  23/07/2021
Coût du projet :  6445 k euros
Maîtrise d'ouvrage :  Communauté d’Agglomération Dembeni Mamoudzou (CADEMA)
Maîtrise d'oeuvre :  Atelier ATU, Citadia Conseil
Partenaires associés :  AFD, Ademe, Ville de Mamoudzou

Évaluation du projet*

sur la base du déclaratif du contributeur

Critère n°1 : SOBRIÉTÉ

Oui : ce projet a pour objectif de préserver et de renforcer le couvert végétal dans le centre-ville de Mamoudzou, y compris sur les parcelles privées. Il limite donc de fait les surfaces artificialisées et permet de conserver un certain confort thermique dans un contexte de ville tropicale. 

Peu de matériaux employés dans le cadre de ce projet de préservation de la végétation/renaturation.

Les projets d’aménagement privilégieront les matériaux biosourcés localement, conformément aux objectifs de la « Trajectoire Outre-mer 5.0 » définie par le Ministère de l’Outre-Mer : 1) « zéro exclusion », 2) « zéro vulnérabilité au changement climatique », 3) « zéro carbone », 4) « zéro polluant agricole » et 5) « zéro déchet ».

Le financement par l’AFD des missions de maitrise d’œuvre sur le parc Batrolo, les micro-espaces publics des quartiers Boboka et Barakani et les ilots de fraicheur est conditionné au respect de cette trajectoire.

Les projets d’aménagement privilégieront les matériaux biosourcés localement, conformément aux objectifs de la « Trajectoire Outre-mer 5.0 » définie par le Ministère de l’Outre-Mer : 1) « zéro exclusion », 2) « zéro vulnérabilité au changement climatique », 3) « zéro carbone », 4) « zéro polluant agricole » et 5) « zéro déchet ».

Le financement par l’AFD des missions de maitrise d’œuvre sur le parc Batrolo, les micro-espaces publics des quartiers Boboka et Barakani et les ilots de fraicheur est conditionné au respect de cette trajectoire.

Dans le cadre du programme Action Cœur de Ville, une charte du mobilier urbain a été réalisée, pour harmoniser le mobilier et les traitements de sols avec pour ligne directrice le low tech, la facilité d’entretien et, lorsque possible, l’existence d’une filière locale.

Les aménagements respecteront cette charte.

Critère n°2 : INCLUSION

Le plan guide qui a permis de faire émerger ces projets a fait l’objet d’ateliers de co-construction associant les services de la communauté d’agglomération (CADEMA) et de la Ville de Mamoudzou.

Le projet de valorisation de la mangrove de M’gombani a associé à sa construction les équipes encadrantes des établissements scolaires à proximité (primaire et collège), le conseil citoyen du quartier (représenté aux comités de pilotage des études). Des échanges avec les habitants ont été permis par la présence de l’adulte relais lors de nombreuses visites du quartier.

Une campagne d’instrumentation pour capitaliser sur la création d’ilots de fraicheur est en cours de construction, avec le souhait d’impliquer les collégiens dans le suivi sous forme de sciences participatives.

Ces projets ont vocation à rendre plus attractif l’espace public, favorisant ainsi les échanges et la mixité sociale.

Le projet de valorisation de la mangrove de M’gombani a porté une attention particulière à l’aménagement d’espaces accueillants pour les enfants, au regard de la jeunesse de la population mahoraise (plus de la moitié de la population a moins de 18 ans). L’action en faveur de la jeunesse est une priorité forte des élus de la Ville de Mamoudzou.

Cette attention sera poursuivie sur les autres opérations.

Ces projets ont vocation à rendre plus attractif l’espace public, favorisant ainsi les échanges et la mixité sociale.

Le projet de valorisation de la mangrove de M’gombani a porté une attention particulière à l’aménagement d’espaces accueillants pour les enfants, au regard de la jeunesse de la population mahoraise (plus de la moitié de la population a moins de 18 ans). L’action en faveur de la jeunesse est une priorité forte des élus de la Ville de Mamoudzou.

Cette attention sera poursuivie sur les autres opérations.

Pas encore de retour d’expérience.

Critère n°3 : RÉSILIENCE

La démarche « S’green » de la Banque des Territoires a permis d’évaluer la résilience au changement climatique en termes de confort thermique dans le centre-ville. C’est cette analyse qui a motivé le projet de création d’ilots de fraicheur. 

Ces projets sont issus de l’élaboration d’une vision partagée du devenir du centre-ville de Mamoudzou, dans le cadre du programme Action Cœur de Ville. Ce travail a débouché sur la construction d’un plan guide et d’une stratégie de revitalisation pour le centre-ville.

Les projets développés s’inscrivent dans cette démarche.

Critère n°4 : CRÉATIVITÉ

Dans le cadre du programme Action Cœur de Ville, une charte du mobilier urbain a été réalisée, pour harmoniser le mobilier et les traitements de sols avec pour ligne directrice le low tech, la facilité d’entretien et, lorsque possible, l’existence d’une filière locale afin de participer à leur structuration (Brique de Terre Comprimée – BTC – , bardeaux de bois en couverture, filière de travail du métal, etc.).

Les aménagements respecteront cette charte.

Un protocole de sciences participatives est à l’étude en partenariat avec l’Ademe pour instrumenter les espaces qui seront aménagés en ilots de fraicheur et ainsi permettre une capitalisation et une diffusion des connaissances. 

Critère n°5 : POTENTIEL DE RÉPLICABILITÉ

Le projet est réplicable dans les autres villes mahoraises et potentiellement dans d’autres villes des DOM (aspects culturels de la trame nourricière à vérifier).

Un protocole de sciences participatives est à l’étude en partenariat avec l’Ademe pour instrumenter les espaces qui seront aménagés en ilots de fraicheur et ainsi permettre une capitalisation et une diffusion des connaissances.

Formée aux affaires internationales et européennes entre l’Angleterre et la France dans le cadre d’un double diplôme Sciences-Po Lille / Université du Kent, Marion a débuté sa carrière en plaidoyer et relations institutionnelles des organisations non gouvernementales, dans le secteur du commerce équitable (Label Max Havelaar France). Ses expériences sont aussi en lien avec les territoires, avec un passage en coopération décentralisée à l’échelle d’un conseil départemental.

Voir son profil Linkedin

Issue des sciences sociales, de l’histoire de l’art et de l’architecture, après diverses expériences dans la gestion de projets culturels et la production audiovisuelle, Camille a travaillé dans la communication au sein du groupe VINCI : depuis les grands projets à l’international jusqu’à La Fabrique de la Cité, think tank dédié à la prospective urbaine

Voir son profil Linkedin

Carla DONCESCU

Diplômée d’un master 2 en Economie du Développement à Panthéon-Sorbonne, et actuellement en formation alternance du Master 2 Relation Internationale et Action à l’Etranger dans la même Université, c’est à travers ces différents prismes et ses expériences à l’internationale qu’elle approche les problématiques de villes et territoires durables.

Voir son profil Linkedin

 

Manon EXBALIN

Diplômée d’un Master en sociologie de la communication, Manon a travaillé précédemment pour Greenpeace, la Mairie de Paris (en particulier pour venir en aide aux étudiants), et le Ministère de la Transition Ecologique (DGALN – Mission Communication).

Voir son profil Linkedin 

Géographe de formation (Université d’Etat de Saint-Pétersbourg), elle a débuté au poste de géographe économiste à l’Académie d’Économie Agricole (Russie), avant de poursuivre sa carrière en France, en tant qu’assistante administrative et comptable (Air Liquide, Association TGV Provence Côte d’Azur, COFHUAT, Groupe Hervé)

Voir le profil Linkedin

Avant de rejoindre l’équipe FVD, il a occupé plusieurs postes dans la gestion des collectivités  locales. Allant d’élu et adjoint au maire de sa ville natale Besançon, chargé des relations universitaires et de la coopération internationale puis Directeur du Développement économique de la Ville de Pantin, pour ensuite être directeur de cabinet à Montreuil où il a notamment piloté la refonte en profondeur du projet urbain vers davantage d’écologie et de développement durable, Il continue son parcours en tant que Haut Responsable de la Résilience de la Ville de Paris.

Il promeut une vision holistique et systémique du développement durable et apporte son expérience/expertise en résilience territoriale et en transition écologique et sociale.

Voir son profil Linkedin

 

X