Mode sombre

Passage Amelot

Une réalisation proposée par Action Logement

Bâtiments Vie locale

Contributeur

Référent :  Valérie Fournier , Directrice générale d'Immobilière 3F
Contact : 

Descriptif

Immobilière 3F est à l’origine du projet de reconversion d’un ancien garage Renault du 11e arrondissement de Paris en lieu de vie incluant 138 logements sociaux et de multiples lieux d’activité (salle d’escalade, lieu de vie solidaire, espace coworking, ferme urbaine...). Le parti pris a été de mettre l’économie circulaire au cœur du projet, et d’en faire son fondement. Cette conception vise ainsi à conserver un maximum les bâtiments existants (la halle en métal et verre du début du XXe siècle notamment), réemployer des matériaux issus de la déconstruction des infrastructures du site pour les réintégrer dans le projet ou des réemployer sur d’autres sites, tout en garantissant une excellence environnementale. En effet, ce projet a valu le prix de l’innovation architecturale et bas-carbone à Immobilière 3F, prix remis lors des Trophées de l’innovation HLM. Ce bâtiment a par ailleurs reçu une certification NF, ainsi qu’un label E+C- (Energie Positive et Réduction Carbone).

Le projet développe donc un programme riche :
- création de plus de 3 450 m² d’activités et de commerces, des tréfonds jusqu’au niveau de la rue, avec des espaces de loisirs urbains, portés par ARKOSE (opérateur de salles d’escalade), des espaces de coworking, des commerces dont un incubateur et des services avec une crèche,

- création de 134 logements, dont 84 logements locatifs sociaux (33 PLUS - 25 PLAI -26 PLS), 11 logements intermédiaires ainsi que 39 logements en accession,

- création d’une ferme urbaine en toiture des immeubles et en relation directe avec la rue, gérée par AGRIPOLIS.

Thématiques : 
  • Construction
  • Qualité du logement
  • Commerces
  • Renforcement du lien social et de la solidarité
Échelle : 
  • Bâtiment
  • Quartier

Fiche d'identité

marker  Île-de-France / Paris
Type de territoire : 
  • Métropole
Date de livraison :  31/03/2022
Surface bâtie :  12500m2
Coût du projet :  23 M €
Maîtrise d'ouvrage :  3F Immobilière
Maîtrise d'oeuvre :  Gaëtan Le Penhuel & Associés (Mandataires), Sam Architecture
Partenaires associés :  GEC (BET TCE), Albert&co (BET environnemental), General Acoustics (BET Acoustique), Plateau Urbain (coopérative d’urbanisme temporaire), Cycle-up (Économie solidaire), Arkose (salle d’escalade de bloc), Agripolis (Agriculture urbaine)

Distinctions

Labels / certifications :  Certification NF, Label E+C-
Concours / récompenses :  Prix de l’innovation architecturale et bas-carbone pour 3F (lors des Trophées de l’innovation HLM)

Médias

 

 

Évaluation du projet*

sur la base du déclaratif du contributeur

Critère n°1 : SOBRIÉTÉ

Ce projet conserve en grande partie le bâti existant.  L’artificialisation des sols est réduite en libérant des espaces de pleine terre. Le réemploi est largement favorisé ce qui induit une réduction du bilan carbone de l’opération. Les nouvelles constructions sont en bois et mixte. De plus, une part du terrain va être perméabilisé et ainsi la filtration des eaux se fera sur une partie du terrain.

Oui ; l’économie circulaire et réemploi au cœur de ce projet. Le béton démoli a été réemployé et transformé en dalles et gabions. Le verre à quant à lui été réemployé pour en faire du terrazzo.

Une analyse ACV a par ailleurs été réalisée.

De nombreux éléments concrets vont permettre d’évaluer ce projet au cours de son avancée :
– La certification via l’organisme indépendant Cerqual du label NF Habitat HQE, profil Economie Circulaire : l’obtention de cette certification garantira de manière indéniable l’engagement d’IMMOBILIERE 3F dans une démarche d’économie circulaire pour ce qui concerne cette opération.
– La signature d’un marché de travaux précisant les engagements pris par l’entreprise vis-à-vis du réemploi et la description précise et concrète du projet dans sa dominante réemploi.
– En phase chantier : un contrôle régulier des réalisations opéré l’AMO réemploi Cycle Up. En fin de chantier, un bilan chiffré sur la quantité de matériaux réutilisés in situ et ex situ sera réalisé (tonnage, identité des matériaux), ainsi qu’un bilan sur les bâtis conservés.
– Construction bois et construction mixte

Oui ; en effet, un puits canadien a été construit pour la salle de sport et cela permettra d’éviter de consommer de l’énergie pour produire de la chaleur ou rafraichir les locaux. Par ailleurs, des panneaux photovoltaïques sont mis à disposition pour la production d’une partie de l’électricité des parties communes.

Critère n°2 : INCLUSION

Le projet a été présenté au conseil de quartier et aux riverains et différentes étapes de communication ont eu lieu, notamment avec le maire du 11ème arrondissement.

Oui il y a des logements sociaux intermédiaire et libre et multiples lieux d’activité – salle d’escalade, espace coworking, ferme urbaine, crèche

Oui 134 logements dont 84 sociaux mixte, 11 intermédiaires et 39 en accession. Il y a par ailleurs un lieu dédié aux personnes éloignés de l’emploi dans l’espace coworking

Projet en cours

Critère n°3 : RÉSILIENCE

Dans un esprit de sobriété carbone et écologique et de réduction des nuisances du voisinage, le réemploi a été largement priorisé pour ce projet.

Oui ACV (analyse du cycle de vie)

Dans la manière de concevoir le projet nous avons pris en compte les besoins à l’échelle du quartier pour avoir un projet multi partenarial afin d’envisager la vie du site pendant la conception (faire perdurer les activités existantes) , pendant le chantier (ne pas déranger les riverains) et la vie du futur site : le projet lui est même est holistique

Critère n°4 : CRÉATIVITÉ

Création d’emplois avec la création de coques commerciales + incubateur, activités culturelles et associatives avec notamment la ferme urbaine qui aura une boutique pour vendre ses légumes.

Espace de coworking avec la zone réservée aux personnes éloignés de l’emploi.

Innovations techniques : E+C- et profil économie circulaire (via de la production d’électricité, du chauffage et de l’eau chaude sanitaire assurée par des ENR : installation de PAC, de puits canadiens et de panneaux photovoltaïques en autoconsommation)

Critère n°5 : POTENTIEL DE RÉPLICABILITÉ

Projet unique puisque se base sur de l’existant ; mais un projet similaire pourrait être envisagé.

Forte communication sur ce projet, qui laisse penser qu’il pourra être répliqué :

A l’échelle locale et de l’opération :

– Communication via les panneaux de chantier.

– Communication via la Maison du Projet mise en place sur site

– Organisation en phase chantier d’événements autour du réemploi (ateliers, ressourceries)

A une échelle plus large :

– Communication via les réseaux sociaux.

– Mobilisation de la presse pour faire paraître des articles ou réaliser des reportages

L’intérêt esthétique, médiatique, patrimonial et architectural de cette opération (et pas uniquement sur sa dimension « économie circulaire »), par son originalité, sa complexité et sa localisation, en fait un objet de communication privilégié, à tous les stades du projet.

Formée aux affaires internationales et européennes entre l’Angleterre et la France dans le cadre d’un double diplôme Sciences-Po Lille / Université du Kent, Marion a débuté sa carrière en plaidoyer et relations institutionnelles des organisations non gouvernementales, dans le secteur du commerce équitable (Label Max Havelaar France). Ses expériences sont aussi en lien avec les territoires, avec un passage en coopération décentralisée à l’échelle d’un conseil départemental.

Voir son profil Linkedin

Issue des sciences sociales, de l’histoire de l’art et de l’architecture, après diverses expériences dans la gestion de projets culturels et la production audiovisuelle, Camille a travaillé dans la communication au sein du groupe VINCI : depuis les grands projets à l’international jusqu’à La Fabrique de la Cité, think tank dédié à la prospective urbaine

Voir son profil Linkedin

Carla DONCESCU

Diplômée d’un master 2 en Economie du Développement à Panthéon-Sorbonne, et actuellement en formation alternance du Master 2 Relation Internationale et Action à l’Etranger dans la même Université, c’est à travers ces différents prismes et ses expériences à l’internationale qu’elle approche les problématiques de villes et territoires durables.

Voir son profil Linkedin

 

Manon EXBALIN

Diplômée d’un Master en sociologie de la communication, Manon a travaillé précédemment pour Greenpeace, la Mairie de Paris (en particulier pour venir en aide aux étudiants), et le Ministère de la Transition Ecologique (DGALN – Mission Communication).

Voir son profil Linkedin 

Géographe de formation (Université d’Etat de Saint-Pétersbourg), elle a débuté au poste de géographe économiste à l’Académie d’Économie Agricole (Russie), avant de poursuivre sa carrière en France, en tant qu’assistante administrative et comptable (Air Liquide, Association TGV Provence Côte d’Azur, COFHUAT, Groupe Hervé)

Voir le profil Linkedin

Avant de rejoindre l’équipe FVD, il a occupé plusieurs postes dans la gestion des collectivités  locales. Allant d’élu et adjoint au maire de sa ville natale Besançon, chargé des relations universitaires et de la coopération internationale puis Directeur du Développement économique de la Ville de Pantin, pour ensuite être directeur de cabinet à Montreuil où il a notamment piloté la refonte en profondeur du projet urbain vers davantage d’écologie et de développement durable, Il continue son parcours en tant que Haut Responsable de la Résilience de la Ville de Paris.

Il promeut une vision holistique et systémique du développement durable et apporte son expérience/expertise en résilience territoriale et en transition écologique et sociale.

Voir son profil Linkedin

 

X