Mode sombre

Opération NEO – « Zéro Carbone » CHANTELOUP EN BRIE Lot CHE2B – ZAC du Chêne Saint Fiacre

Une réalisation proposée par Alliance HQE

Bâtiments Conception

Contributeur

Référent :  Karine AUGUSTIN
Contact : 

Descriptif

Situé en entrée de ville de la commune de Chanteloup en Brie (77), l’opération est une construction neuve de 58 logements tout bois et bas carbone en accession sociale. Le programme est composé de 10 logements individuels à R+1 et de 48 logements collectifs à R+2 répartis sur 4 bâtiments et 6 cages d'escalier.

110 places de stationnements dont 60 places en semi-enterré.

Le projet réinterprète la courée briarde et organise les bâtiments autour d'une cour intérieure fermée sur 3 côtés, dédiée aux circulations communes et desservant chaque cage d'escalier, encadrant le jardin commun de la résidence.

La réalisation d'un parking semi-enterré permet de réduire l’impact carbone de l’infrastructure tout en posant les bâtiments sur un socle surélevé de 1,00m qui dessine autour du jardin une terrasse également surélevée posant le jardin comme un théâtre de plein air.

L’opération est particulièrement exemplaire d’un point de vue environnemental et de sa qualité globale :  les bâtiments sont labellisés E3C2 mais également bâtiment biosourcé niveau 3 et certifiés NF Habitat HQE niveau « très performant ».

Le projet s'inscrit dans une démarche bas carbone tant du point de vue des matériaux et des techniques constructives mis en œuvre que du point de vue énergétique, unique projet en France niveau E3C2 en gaz naturel, et à terme en biogaz, avec une forte production d’EnR.

Le projet est conçu entièrement en structure bois – ossature bois – et en conception Passivhaus. Les modules bois ont été fabriqués dans un atelier en Ile France pour réduire le temps de chantier.

L’enveloppe bois permet une très bonne isolation thermique avec un traitement performant des ponts thermiques, participant à la sobriété énergétique du projet. La structure bois plus légère que les bâtiments en maçonnerie permet une réduction importe du poids carbone de la construction et une économie de matière, notamment sur les infrastructures.

Le recours à de la fibre de bois et de coton recyclé pour l'isolation permet de maximiser l’utilisation de matériaux biosourcés.

Dans la démarche bas carbone de la construction, l’utilisation du bois vient compléter une démarche de conception globale.

Fait marquant, les logements ne sont plus équipés de radiateur mais de chauffage par le vecteur air.

Le projet à travers sa conception et les partis pris s'inscrit également dans une démarche de maitrise du confort d’été, de lutte contre les îlots de chaleur et de valorisation de la biodiversité.

L’opération a fait partie du programme d'expérimentation du référentiel E+C- mené par la communauté ACV IdF avec l'ADEME, l'IFPEB, le CSTB.

L’apprentissage et les capitalisations d’expérience pour la maitrise d’ouvrage, les architectes, les bureaux d’étude et l’entreprise générale de construction ont été très riches sur les différents aspects ; conception bas carbone, choix des énergies vertueuses, ACV, mise en œuvre du projet, …

Thématiques : 
  • Construction
  • Qualité du logement
  • Matériaux
  • Renouvellement urbain
Échelle : 
  • Bâtiment

Fiche d'identité

marker  Île-de-France / Chanteloup-en-Brie
Type de territoire : 
  • < 20 000 habitants
Date de livraison :  01/09/2021
Surface bâtie :  4.030m²
Coût du projet :  7.850.000 €
Maîtrise d'ouvrage :  Expansiel Promotion - groupe Valophis SA Coopérative d’Intérêt Collectif ; [email protected]
Maîtrise d'oeuvre :  M'cub architectes et A003architectes
Partenaires associés :  MEHA Charpentes - Oregon - Vpeas - Aida acoustique - Ivoire

Distinctions

Labels / certifications :  E3C2 - NF Habitat HQE niveau très performant - Label Bâtiment biosourcé niveau 3
Concours / récompenses :  Projet pilote dans le programme d'expérimentation du référentiel E+C- mené par la communauté ACV IdF avec l'ADEME, l'IFPEB, le CSTB.

Évaluation du projet*

sur la base du déclaratif du contributeur

Critère n°1 : SOBRIÉTÉ

La surface du terrain aménagé est de 7845m². L’emprise au sol du bâti est de 33% avec plus de 40% du terrain en pleine terre agrémenté de nombreuses plantations avec végétal local, jardins partagés, essences mellifères, zones humides (noues).

Le parking est traité en semi enterré afin d’éviter les excavations de terre et les VRD ont été traitées avec une stabilisation des terres à la chaux (5%).

La gestion de l’eau est réalisée à la parcelle avec la création de noues d’infiltration pour un débit de fuite< 1l/sec.ha sous occurrence décennale.

L’opération est particulièrement exemplaire sur la consommation responsable des matériaux.

Ainsi, elle est labelisée E3C2 et plusieurs ACV ont été réalisées pour garantir l’atteinte de ces niveaux.

L’indicateur des émissions de Gaz à Effet de Serre de produits de construction et des équipements (« EgesPCE ») du projet est particulièrement vertueux car inférieur à 450kgeqCO2/m²sdp pour un EgesPCE  maximum à 750kgeqCO2/m²sdp.

Une part significative de matériaux biosourcés et de plusieurs familles ont été utilisés :

  • Matériau bois en structure, façade et menuiseries,
  • Produits connexes de scierie (panneaux OSB).
  • Isolants fibre de bois, coton recyclé (Métis), laine de verre Ecose (80% verre recyclé),

L’entreprise bois est située dans le Val de Marne (94) et les modules bois y ont été fabriquées dans son atelier.

Le traitement des terres existantes a été réalisé à la chaux en sous couche voirie.

Le parking est traité en semi enterré afin d’éviter les excavations de terre . Les terres excavées ont été réutilisées en déblais/remblais sur site.

Le projet a été conçu avec les standards du Passivhaus avec une conception bioclimatique, doté d’une surisolation thermique et associée à un faible besoin en énergie grâce à des équipements à très haut rendement (Bbio à -80% et Cep<25kWhep/m²).

Les logements ne seront plus équipés de radiateurs mais par un chauffage par air fournis par une pompe à chaleur 3en1 pour les individuels, une chaudière collective à condensation de 20kW centralisée par cage d’escalier (8logts) en collectif pour la production de chauffage et d’eau chaude sanitaire, et une ventilation double flux à récupération de chaleur centralisée. La puissance de 20kW des chaudières à condensation correspond à la puissance utilisée pour un seul logement en France, preuve du faible besoin en énergie des logements.

350 m2 de panneaux photovoltaïques fournissant 70kWc ont été installés pour produire de l’électricité. Des bornes électriques pour recharge de véhicule permettront également de stocker l’ENR produite.

Pour la partie carbone, le niveau « C2 » obtenue pour l’opération tend résolument vers la neutralité carbone avec 1.023kgeqCO2/m².a moyen avec un PCE à 436kgeqCO2/m².a, soit -57%. Ce niveau préfigure la RE2020

– avec 3,25 kgeqCO2/m2.a sur le chauffage et l’ECS (source élec. avec PAC 3 en 1 de chez Nilan) pour les individuels et 7,8kgeqCO2/m2.a pour les collectifs (source gaz chaudière à condensation),

– le PCE <450 kgeqCO2/m2 en ACV statique compris VRD

Alimenté en Biogaz, le projet passerait d’un C2 de 1.023kgeqCO2/m².a à 651kgeqCO2/m².a

Il a été très important pour le maitre d’ouvrage et les maitres d’œuvre de ne pas démultiplier les équipements et d’anticiper les actes de maintenance et de d’entretien.

Ainsi, pour les logements individuels, l’entretien et la maintenance seront facilités en raison de l’unique équipement, une pompe à chaleur 3 en 1 (chauffage, ECS et ventilation).

Pour les collectifs et par cage d’escalier, l’entretien concernera une chaudière gaz à condensation de 20kW qui est un équipement parfaitement fiable maitrisé par les exploitants et d’une CTA double flux centralisée en partie commune pour garantir son accessibilité et les actions de maintenance.

Critère n°2 : INCLUSION

Le projet a été lancé en concours de marché de conception réalisation en partenariat avec la ville et l’EPA MARNE, aménageur de la ZAC.

Le maitre d’ouvrage et le groupement ont travaillé en collaboration étroite avec ces acteurs tout au long de la vie du projet.

Le projet est en accession sociale à la propriété. Ainsi, les logements ont été commercialisés en location accession avec un taux de TVA 5.5%, favorisant les primo accédant notamment.

Tous les logements sont adaptables PMR et desservis par ascenseurs.

Le projet s’adresse à des familles sous plafond de ressource PSLA.

Le système de location accession mis en place pour la commercialisation permet d’encadrer l’acquisition, de bénéficier d’une exonération de TFPB pendant 15 ans. Il permet de ne pas faire d’avance de trésorerie pendant la construction (pas de double loyer), de bénéficier de prêt a taux zéro, de constituer une petite épargne à déduire de l’achat, de bénéficier de l’APL accession dès l’entrée dans les lieux. Le dispositif sécurise l’accédant avec une garantie de relogement et de rachat sous conditions.

Enfin, les acquéreurs sont accompagnés tout au long du processus d’acquisition par les équipes d’Expansiel Promotion, groupe Valophis.

Le programme sera livré en septembre 2021.

Expansiel souhaite recueillir les retours d’expérience des résidents une fois l’opération livrée.

Dans ce sens, une enquête sera réalisée ainsi qu’un « livre mémoire » contenant des photos du projets, des habitants et des acteurs ayant concrétisés l’opération. Ce « livre mémoire » est en cours de réalisation et valorisera les témoignages et la perception des habitants mais également des ouvriers de cette opération.

Critère n°3 : RÉSILIENCE

Les principaux aléas du réchauffement climatique impactant le projet ont été pris en compte dans son élaboration : épisodes météorologiques plus violents, l’élévation des températures et son impact sur le confort d’été, la dégradation de la qualité de l’air.

En réponse, le projet a été doté d’une très forte isolation (triple vitrage), de volets coulissants, de casquettes brises soleil, de façades ventilées (bardage), de toitures ventilées, d’isolants biosourcés (hygro régulation), de ventilation double flux (meilleure QAI) et 75% de logements sont traversants.

La lutte contre les Ilôts de Chaleur Urbain (ICU) a été travaillée par des toitures « cool roof » avec la mise en œuvre de tuiles blanches, matériaux à fort indice de réflexion solaire (IRS) ainsi qu’une végétalisation importante de la parcelle.

Il sera également possible d’ajouter des PAC sur la VMC double flux pour rafraichir les logements.

Le Groupe Valophis détient les compétences de maitre d’ouvrage et de bailleur social. Ainsi, les approches en cout global et holistique sont intrinsèques à son approche et se déclinent sur l’ensemble des opérations de construction neuve.

De plus, Expansiel est certifiée ISO 9001 et est titulaire du droit d’usage de la marque NF Habitat HQE, signe de son professionnalisme et de son approche systémique.

Plus spécifiquement à cette opération, une analyse de site a été réalisée pour identifier les atouts et contraintes dont environnemental du site et du projet. L’aménageur et la ville ont également partagé des éléments de diagnostic qu’Expansiel et le groupement ont pris en compte.

Une démarche Passivhaus a été mise en œuvre mais également bas carbone avec notamment la labélisation E+C- et les ACV qui ont été réalisées.

De plus, différents diagnostics ont été nécessaire pour garantir une intégration de la démarche paysagère dans la gestion de l’eau et la lutte contre les ilots de chaleur ainsi que la valorisation de la biodiversité.

Critère n°4 : CRÉATIVITÉ

L’entreprise MEHA en charge des travaux de construction est la dernière entreprise « construction bois » Val de Marnaise encore présente sur le territoire. Cette opération lui a permis de pérenniser son activité,  créer quelques emplois supplémentaires en interne et de développer encore d’avantage son champs d’action dans le domaine de la construction bois.

La principale innovation technique du projet réside dans la mise au point de système de douche sans ressaut objet de la réglementation applicable à compter du 1er juillet 2021 :

https://chapes-info.fr/residence-zero-carbone-double-ravoirage-pour-douche-sur-solives/

La stabilisation des terres à la chaux en sous couche de voirie peut être également considérée comme une innovation car c’est une technique encore peu utilisée dans le traitement des voiries notamment à l’échelle résidentielle et comme valorisation de la terre dans la construction.

Le niveau « bas carbone » de l’opération reste très ambitieux. Il a nécessité de collectivement être très mobilisé et coordonnée sur ce nouveau sujet, de montée en connaissance sur les principaux postes impactant la construction et l’exploitation, prendre en main les outils d’ACV qui nécessités encore certains développements, la connaissance et le suivi des FDES évolutives.

Sur le mode constructif bois, il a été nécessaire de perfectionner nos outils dédiés à l’estimation des coûts de construction et notre cahier des charges afin de mieux les adapter à ce mode constructif et ses caractéristiques.

Il a été nécessaire de renforcer les outils de communication (plaquette technique, prototype, échantillon) et la pédagogie dans le cadre de la commercialisation du programme pour expliquer les atouts du mode constructif bois et des matériaux biosourcés et parfois déconstruire certains préjugés.

Critère n°5 : POTENTIEL DE RÉPLICABILITÉ

Le projet s’appuie sur une conception Passivhaus pour la maîtrise des consommations énergétiques et des charges en entretien maintenance, modèle qui a fait ses preuves avec plus de 30ans de retours d’expérience dans plusieurs pays d’Europe.

Le système constructif s’appuie sur la construction en ossature bois qui est le mode constructif le plus répandu parmi les entreprises de charpente françaises et qui est aujourd’hui parfaitement normalisé.

Ce projet nous conforte dans notre volonté de poursuivre la démarche bois avec une attention particulière à apporter sur l’optimisation des processus et le perfectionnement des expertises en interne et externes (MOE, BE, entreprises).

Cette opération nous aura également permis de poursuivre le développement de nos outils internes spécifiques au mode constructifs bois : veille réglementaire, chiffrage économique, cahiers des charges spécifiques, ACV simplifiée, plan de contrôle de l’exécution des travaux, supports de communication et d’information pour les futurs occupants.

Les niveaux  « E3 » et « C2 » de cette opération sont particulièrement ambitieux et auront permis, de pousser, collectivement avec les architectes et l’entreprise, les réflexions et les investigations très loin et dans de nombreuses directions. Ainsi, ce projet nous aura permis une montée en connaissance collective sur la construction et les matériaux « bas carbone », permettant d’anticiper la RE 2020.

Les retours d’expérience nous auront permis de mieux identifier les atouts et contraintes d’un site ou d’une programmation en étant conscient de l’impact de certains paramètres ayant une incidence forte sur les émissions carbones du projet que ce soit sur la construction (fondation, niveau de parking en sous-sol, compacité, mode constructif, taille de la parcelle) que l’exploitation avec le choix du ou des énergies (gaz, électricité, ENR, réseau de chaleur, …).

Ces enseignements ont été valorisés depuis sur l’ensemble des opérations « E+C-« et demain soumis à la RE2020.

Formée aux affaires internationales et européennes entre l’Angleterre et la France dans le cadre d’un double diplôme Sciences-Po Lille / Université du Kent, Marion a débuté sa carrière en plaidoyer et relations institutionnelles des organisations non gouvernementales, dans le secteur du commerce équitable (Label Max Havelaar France). Ses expériences sont aussi en lien avec les territoires, avec un passage en coopération décentralisée à l’échelle d’un conseil départemental.

Voir son profil Linkedin

Issue des sciences sociales, de l’histoire de l’art et de l’architecture, après diverses expériences dans la gestion de projets culturels et la production audiovisuelle, Camille a travaillé dans la communication au sein du groupe VINCI : depuis les grands projets à l’international jusqu’à La Fabrique de la Cité, think tank dédié à la prospective urbaine

Voir son profil Linkedin

Carla DONCESCU

Diplômée d’un master 2 en Economie du Développement à Panthéon-Sorbonne, et actuellement en formation alternance du Master 2 Relation Internationale et Action à l’Etranger dans la même Université, c’est à travers ces différents prismes et ses expériences à l’internationale qu’elle approche les problématiques de villes et territoires durables.

Voir son profil Linkedin

 

Manon EXBALIN

Diplômée d’un Master en sociologie de la communication, Manon a travaillé précédemment pour Greenpeace, la Mairie de Paris (en particulier pour venir en aide aux étudiants), et le Ministère de la Transition Ecologique (DGALN – Mission Communication).

Voir son profil Linkedin 

Géographe de formation (Université d’Etat de Saint-Pétersbourg), elle a débuté au poste de géographe économiste à l’Académie d’Économie Agricole (Russie), avant de poursuivre sa carrière en France, en tant qu’assistante administrative et comptable (Air Liquide, Association TGV Provence Côte d’Azur, COFHUAT, Groupe Hervé)

Voir le profil Linkedin

Avant de rejoindre l’équipe FVD, il a occupé plusieurs postes dans la gestion des collectivités  locales. Allant d’élu et adjoint au maire de sa ville natale Besançon, chargé des relations universitaires et de la coopération internationale puis Directeur du Développement économique de la Ville de Pantin, pour ensuite être directeur de cabinet à Montreuil où il a notamment piloté la refonte en profondeur du projet urbain vers davantage d’écologie et de développement durable, Il continue son parcours en tant que Haut Responsable de la Résilience de la Ville de Paris.

Il promeut une vision holistique et systémique du développement durable et apporte son expérience/expertise en résilience territoriale et en transition écologique et sociale.

Voir son profil Linkedin

 

X