Mode sombre

Mission d’accompagnement à l’élaboration et au déploiement de la stratégie numérique responsable de la Communauté d’Agglomération de La Rochelle

Une réalisation proposée par Ville et Communauté d’Agglomération de La Rochelle

Conception Management et gouvernance Réseaux

Contributeur

Référent :  Jérôme Valais, Chef de projets numériques, DTN - Direction de la transformation numérique
Contact : 

jerome.valais@agglo-larochelle.fr

Descriptif

La Communauté d’Agglomération de La Rochelle s’est engagée sur la voie de la neutralité carbone au travers du projet de territoire « La Rochelle Territoire Zéro Carbone ». Le numérique en constitue l’un des volets.

La présente mission porte sur l’élaboration d’une stratégie numérique responsable à l’échelle de la Communauté d’Agglomération de La Rochelle. Elle se décline en :

  • Un diagnostic des impacts du numérique à l’échelle des collectivités de la CA et de la ville, d’une part, et des acteurs du territoire, d’autre part. Ce diagnostic se base sur la réalisation de bilans carbone, d'analyses de cycle de vie et d'évaluation de la maturité numérique responsable de l'Agglo et de plusieurs autres collectivités.
  • Une feuille de route basée sur une stratégie déclinée en actions opérationnelles
  • Un accompagnement à la mise en œuvre.
Thématiques : 
  • Conduite du changement
  • Budgets carbone / Transition
  • Communication (numérique)
  • Digitalisation des services
Échelle : 
  • Territoire
  • Ville

Fiche d'identité

marker  Nouvelle Aquitaine / La Rochelle
Type de territoire : 
  • Communauté d'agglomération
Date de livraison :  22/09/2022
Coût du projet :  60 525 €
Maîtrise d'ouvrage :  Communauté d’Agglomération de La Rochelle
Partenaires associés :  Greenspector, Digital4better

Médias

Évaluation du projet*

sur la base du déclaratif du contributeur

Critère n°1 : SOBRIÉTÉ

NA

Oui, l’impact sur la consommation de matériaux a été prise en compte, en se centrant sur l’impact GES, via la prise en compte de la fabrication du matériel informatique, à la fois sur le site de la ville et l’agglomération, et indirectement pour les réseaux, les prestations, etc.

Le premier élément est de comptabiliser ces consommations et émissions de GES, pour connaître les différents impacts (fabrication / utilisation, postes de travail / serveurs / réseaux, utilisation des services par les citoyens, impact de la visioconférence, etc.)

La deuxième phase du projet consistera à définir un plan d’actions pour réduire ces impacts, avec les acteurs de la ville et l’agglomération.

Oui, via l’allongement de la durée de vie des équipements, la réduction du nombre et de la taille des équipements (notamment les écrans), etc.

Critère n°2 : INCLUSION

En partie, via la mise en place de réunions publiques.

NA

Le sujet de l’inclusion numérique est abordé par la mission (= permettre à l’ensemble de la population d’avoir accès aux services numériques).

Trop tôt pour répondre

Critère n°3 : RÉSILIENCE

Le projet vise à mesurer de la manière la plus holistique possible, et via différents outils (WeNR, bilan carbone) l’impact du secteur du numérique pour la collectivité.

Critère n°4 : CRÉATIVITÉ

Le projet vise à co-construire une feuille de route avec l’ensemble des parties prenantes du numérique sur le territoire. Il contribue donc au dynamisme de l’écosystème du numérique.

Le projet a notamment fait appel à l’outil WeNR développé par l’Institut du Numérique Responsable en mars 2021.

Critère n°5 : POTENTIEL DE RÉPLICABILITÉ

Oui, La Rochelle est un territoire pionnier sur ce sujet qui prend de l’ampleur. Par ailleurs, dans le cadre de la LOI n° 2021-1485 du 15 novembre 2021 visant à réduire l’empreinte environnementale du numérique en France, les collectivités de 50 000 habitants devront définir au plus tard le 1er janvier 2025 une stratégie numérique responsable. Des possibilités peuvent également être envisagées avec des acteurs privés.





















 
close-link

Diplômée du Master en Communication Numérique et Analyse de Données à la Sorbonne Nouvelle, Isabelana est une journaliste mexicaine. Elle a travaillé précédemment dans la communication et relations presse de plusieurs événements culturels en France et au Mexique. Aujourd’hui, elle s’intéresse aux enjeux écologiques et les solutions pour préserver l’environnement et la biodiversité.  

Voir son profil Linkedin 

Formée aux affaires internationales et européennes entre l’Angleterre et la France dans le cadre d’un double diplôme Sciences-Po Lille / Université du Kent, Marion a débuté sa carrière en plaidoyer et relations institutionnelles des organisations non gouvernementales, dans le secteur du commerce équitable (Label Max Havelaar France). Ses expériences sont aussi en lien avec les territoires, avec un passage en coopération décentralisée à l’échelle d’un conseil départemental.

Voir son profil Linkedin

Issue des sciences sociales, de l’histoire de l’art et de l’architecture, après diverses expériences dans la gestion de projets culturels et la production audiovisuelle, Camille a travaillé dans la communication au sein du groupe VINCI : depuis les grands projets à l’international jusqu’à La Fabrique de la Cité, think tank dédié à la prospective urbaine

Voir son profil Linkedin

Carla DONCESCU

Diplômée d’un master 2 en Economie du Développement à Panthéon-Sorbonne, et actuellement en formation alternance du Master 2 Relation Internationale et Action à l’Etranger dans la même Université, c’est à travers ces différents prismes et ses expériences à l’internationale qu’elle approche les problématiques de villes et territoires durables.

Voir son profil Linkedin

 

Manon EXBALIN

Diplômée d’un Master en sociologie de la communication, Manon a travaillé précédemment pour Greenpeace, la Mairie de Paris (en particulier pour venir en aide aux étudiants), et le Ministère de la Transition Ecologique (DGALN – Mission Communication).

Voir son profil Linkedin 

Géographe de formation (Université d’Etat de Saint-Pétersbourg), elle a débuté au poste de géographe économiste à l’Académie d’Économie Agricole (Russie), avant de poursuivre sa carrière en France, en tant qu’assistante administrative et comptable (Air Liquide, Association TGV Provence Côte d’Azur, COFHUAT, Groupe Hervé)

Voir le profil Linkedin

Avant de rejoindre l’équipe FVD, il a occupé plusieurs postes dans la gestion des collectivités  locales. Allant d’élu et adjoint au maire de sa ville natale Besançon, chargé des relations universitaires et de la coopération internationale puis Directeur du Développement économique de la Ville de Pantin, pour ensuite être directeur de cabinet à Montreuil où il a notamment piloté la refonte en profondeur du projet urbain vers davantage d’écologie et de développement durable, Il continue son parcours en tant que Haut Responsable de la Résilience de la Ville de Paris.

Il promeut une vision holistique et systémique du développement durable et apporte son expérience/expertise en résilience territoriale et en transition écologique et sociale.

Voir son profil Linkedin

 

X