Mode sombre

« Ma résidence ? un exemple ! » Dispositif d’accompagnement des ménages à la sobriété énergétique dans 18 copropriétés écorénovées

Une réalisation proposée par Métropole de Lyon / direction environnement, écologie, énergie

Économie durable Management et gouvernance Réseaux Vie locale

Contributeur

Référent :  Anouk Desouches
Contact : 

adesouches@grandlyon.com

Descriptif

L’habitat et le tertiaire représentent à eux seuls plus de 50 % de la consommation finale d’énergie sur le territoire grand lyonnais. Pour accompagner les habitants à la réduction de leurs consommations énergétiques, la Métropole de Lyon a prototypé une méthode dans les copropriétés qui ont bénéficié du dispositif d’aides ECORÉNO’V.

En 2022, 18 copropriétés représentant plus de 2000 ménages sont ciblées. Au final ce sont 700 ménages accompagnés pendant une année complète au moyen d’une rencontre avec des ambassadeurs en porte à porte, d’un suivi téléphonique, de nudges individuels et collectifs, de la présence de volontaires en service civique en pied d’immeuble et de la promotion d’Ecolyo, une application « maison » permettant de suivre ses consommations d’électricité, de gaz et d’eau.

La finalité de cet accompagnement permet d’obtenir rapidement un engagement des ménages à la réalisation d’écogestes sur plusieurs thématiques (énergie, eau, déchets, consommations responsable, mobilité…). Un calculateur permet de convertir chaque écogeste associé à l’énergie en une économie réalisée sur sa consommation, en kWh, en € et en équivalent Carbone.

Thématiques : 
  • Consommation responsable
  • Participation citoyenne
  • Conduite du changement
  • Énergie
  • Grand cycle de l'eau
  • Transport de personnes
  • Renforcement du lien social et de la solidarité
Échelle : 
  • Bâtiment
  • Logement
  • Territoire

Fiche d'identité

marker  Auvergne-Rhône-Alpes / Lyon
Type de territoire : 
  • Métropole
Surface bâtie :  18 copropriétés de taille moyenne
Coût du projet :  200 000 € environ
Maîtrise d'ouvrage :  Métropole de Lyon
Maîtrise d'oeuvre :  E3D Environnement
Partenaires associés :  ALEC Lyon et Psykréa

Médias

Évaluation du projet*

sur la base du déclaratif du contributeur

Critère n°1 : SOBRIÉTÉ

Les kits de nudge envoyés par courrier aux habitants ont pris en compte une fabrication française, notamment pour les supports téléphoniques, incitant à éteindre son portable la nuit, réalisés en bois.

L’analyse ACV n’a pas été demandée mais c’est une suggestion que nous pourrions faire pour compléter l’analyse coût / bénéfice.

Le prestataire retenu étant basé à Aix en Provence, 95 % des échanges sont réalisés en visio. Leurs venues occasionnelles à Lyon s’effectuent en train. Par ailleurs, les ambassadeurs recrutés pour le premier porte à porte ainsi que le Chef d’équipe sont issus du territoire métropolitain, au plus près des copropriétés à couvrir. Ils se sont déplacés à vélo ou en transport en commun. Aucun véhicule thermique ni électrique n’a été loué pour le porte à porte. Les volontaires en service civique se déplacent en véhicule électrique ou en transport en commun.

Critère n°2 : INCLUSION

Ce projet fait intervenir 3 directions issues de délégations distinctes au sein de l’organigramme : direction environnement, écologie, énergie -direction de la prospective et du dialogue public, direction de l’habitat et du logement. Les partenaires prestataires (E3D Environnement, Psykréa) et relais (ALEC) sont impliqués dans tous les Comités techniques. Les représentants des habitants des copropriétés ont été associés au démarrage du projet au processus d’information à l’occasion d’une réunion animée par le Vice-Président en charge de l’énergie, du climat et de la réduction de la publicité et du Vice-président en charge de l’habitat, du logement et de la Politique de la Ville.

Les 2062 ménages ciblés ont été informés de cette opération par un courrier distribué dans les boites aux lettres, courrier signé par ces 2 mêmes VP. Les Conseils syndicaux des copropriétés seront à nouveau sollicités pour la présentation du bilan intermédiaire d’avancement de l’opération ainsi qu’en fin d’opération.

La répartition géographique des copropriétés a constitué l’un des critères principaux de choix des bâtiments, aussi bien à l’est, qu’à l’ouest et au sud de Lyon. Cette répartition permet d’obtenir une mixité sociale si l’on considère l’ensemble des ménages accompagnés. Par ailleurs, l’exhaustivité du porte à porte permet de toucher toutes les CSP, tous les âges, propriétaires et locataires.

Les populations dites vulnérables ne sont pas spécifiquement ciblées dans le cadre de cet accompagnement qui bénéficie à tous les ménages occupant les logements des copropriétés écorénovées.

L’analyse sur le retour d’expérience des usagers n’est encore pas disponible à ce jour. Néanmoins, la présence des volontaires en service civique et l’accompagnement téléphonique permet de recueillir quelques verbatim qui méritent d’être mis en avant :

 

Baptiste L, 47 ans, a décidé de régler son frigo entre 4 et 6°C

« Cette démarche est bonne mais il faudrait que la Métropole se regarde : par exemple éteindre les tours et les grues qui restent allumées toute la nuit. Ou d’autres petits gestes simples ! »

Frederic M, 52 ans, a décidé d’éteindre les appareils électriques

« Les autocollants pour penser à éteindre la lumière fonctionnent très bien. Je fais partie du comité syndical et on est en train de penser à l’installation de panneaux solaires pour la résidence. »

Rais B, 26 ans, éteint systématiquement la lumière

« J’aimerais faire davantage le tri du verre mais je ne trouve pas de poubelles de tri près de chez moi. »

Ines D, 33 ans, s’est engagé à acheter des produits éco-labellisés

« Je ne peux pas régler la température de mon chauffage car je suis en chauffage collectif. »

Mona A, 56 ans, s’est engagé à installer des mousseurs sur son robinet

« J’ai suivi vos conseils, j’éteints mon téléphone portable la nuit maintenant. »

Critère n°3 : RÉSILIENCE

Ce projet a été élaboré sous le précédent mandat politique, alors même que les notions de résilience n’étaient pas encore appliquées ni même bien comprises. Il a d’abord eté conçu pour pallier les éventuels risques d’effets rebond, dont le postulat psychosocial est que les habitants de ces copropriétés peuvent avoir tendance à lever le pied après avoir investi une somme financière importante dans des travaux. Il s’agit donc de pallier un risque comportemental. La finalité étant de réduire les consommations énergétiques, le levier financier peut être utilisé comme argument dans les messages transmis aux habitants.

La première étape du projet, conduite en 2019, a nécessité des outils de diagnostic psychosocial pour approcher au mieux les copropriétés et leur associer des méthodes d’accompagnement les plus adaptées à chaque copropriété. Cette approche, coûteuse et non exhaustive, n’a pas été reconduite en 2022 mais les enseignements de 2019 ont permis d’arrêter une combinaison de méthodes, pour toutes les copropriétés.

Critère n°4 : CRÉATIVITÉ

La phase de mobilisation des habitants a nécessité le recrutement d’un chef d’équipe et de plusieurs ambassadeurs qui ont réalisé le porte à porte. Ces recrutements, certes temporaires, ont été organisés à l’échelle du territoire lyonnais. Par ailleurs, les gestes proposés aux habitants, de manière répétée et de plus en plus engageante, peuvent les conduire, et c’est l’objectif, à se questionner plus globalement sur leurs modes de vie. En cela, les changements peuvent avoir un impact sur la consommation locale, la mise en lien entre les habitants d’une même copropriété… Des échanges humains peuvent naître de cette opération et favoriser une dynamique locale. La transversalité des thématiques abordées (mobilité, consommation, énergie, déchets, eau…) crée des passerelles cognitives qui poussent les habitants à se questionner et à s’ouvrir.

La combinaison des techniques d’accompagnement (porte à porte, téléphone, nudges et volontaires en service civique) est, en soit, une innovation puisque conduite nulle part ailleurs. Elle aboutit à un modèle innovant d’accompagnement des ménages.

 

La conversion de chaque écogeste en une économie d’énergie en kWh a nécessité un travail conséquent qui aboutit à un outil de calcul. Ce calculateur va permettre d’estimer, dans chaque copropriété, les économies réalisées au quotidien puisqu’implémenté dans les prochaines semaines dans l’outil de suivi de l’opération, le « dashboard ». Ces résultats, qui sont générés par des gestes « déclarés », pourront d’ici 2023, être confrontés aux données de consommation réelle, collectées auprès d’Enedis et de GRDF, à l’échelle de chaque bâtiment. Enfin, les habitants les plus sensibles aux questions d’energie, se verront proposés l’application Ecolyo qui permet d’une part de visualiser ses consommations en eau, en électicité et en gaz, et d’autre part d’aller plus loin sur la réalisation des écogestes qui sont proposés par Ecolyo. La complémentarité de ces 3 modes de visualisation des données énergétiques est en soit une innovation.

En termes de gouvernance, le fait que ce projet soit suivi par 3 directions de 3 délégations différentes et donc potentiellement par 3 Vice-Présidents, nous incite à travailler en mode itératif et à remettre continuellement en question notre organisation.

Critère n°5 : POTENTIEL DE RÉPLICABILITÉ

Dès la conception du projet, l’objectif de déploiement par la Métropole a été mis en avant pour ne pas dépendre d’un cadre d’achat contraignant, pour optimiser les coûts et pour répliquer la méthode à une échelle significative. En 2019, la méthode a été expérimentée sur 3 copropriétés. En 2022, ce sont 18 copropriétés qui font l’objet d’un prototypage.

Si l’on veut encore augmenter le nombre de copropriétés dans les années à venir sans passer par un marché classique, il est désormais possible d’internaliser en partie le service en confiant l’accompagnement à des agents de la Métropole ou à des structures relais. Des modules de formation sont désormais prévus par E3D pour que l’accompagnement puisse fonctionner en autonomie, sans passer par les salariés d’E3D.

Notre modèle d’accompagnement au changement peut s’appliquer à différentes thématiques associées à la transition et à la résilience, pas seulement aux économies d’énergie. Il est de ce fait réplicable et utilisable par d’autres services publics.

Photo-circulaire-carla

She holds a Master’s degree in Development Economics from the Panthéon-Sorbonne University and is currently studying for a Master’s degree in International Relations and Action Abroad at the same university. She approaches the problems of sustainable cities and territories through these different perspectives and her international experiences.

photo-isabelana

Isabelana is a Mexican journalist who holds a Master’s degree in Digital Communication and Data Analysis from the Sorbonne University. She previously worked in communication and press relations in the cultural sector in France and Mexico. Today, she is interested in ecological actions and solutions to preserve the environment and the biodiversity.

camille-waintrop-boyon-fvd

With a background in social sciences, art history and architecture, Camille has worked in communication within the VINCI group: from major international projects to La Fabrique de la Cité, a think tank dedicated to urban foresight.

A geographer by training (Saint Petersburg State University), she started as a geographer and economist at the Academy of Agricultural Economics (Russia), before pursuing her career in France as an administrative and accounting assistant (Air Liquide, Association TGV Provence Côte d’Azur, COFHUAT, Groupe Hervé)

Trained in international and European affairs between England and France as part of a double degree at Sciences-Po Lille / University of Kent, Marion started her career in advocacy and institutional relations of non-governmental organisations, in the fair trade sector (Max Havelaar France label). Her experiences are also linked to territories, with a passage in decentralised cooperation at the level of a departmental council.

sebastien-maire

Before joining the SCbF team, he held several positions in local government management. From elected official and deputy mayor of his native city Besançon, in charge of university relations and international cooperation, to Director of Economic Development of the City of Pantin, to Chief of staff in Montreuil – where he notably piloted the in-depth redesign of the urban project towards more ecology and sustainable development – he continued his career as Senior Resilience Officer of the City of Paris.

He promotes a holistic and systemic vision of sustainable development and brings his expertise in territorial resilience, ecological and social transition.

X