Mode sombre

La Maillerie

Une réalisation proposée par Linkcity

Bâtiments Conception Économie durable Management et gouvernance Vie locale

Contributeur

Référent :  Christine Grèzes
Contact : 

c.grezes@linkcity.com - 06 63 37 17 67

Descriptif

La Maillerie est un quartier résidentiel construit sur un site emblématique de la métropole lilloise qu’est celui de l’ancien siège et site logistique des 3 suisses.

En chiffres, La Maillerie c’est : 10ha, 700 logements, 16 000 m² de bureaux, 1 hôtel, 2 résidences avec services, 1 groupe scolaire public, 8000 m² de commerces et services de proximité dont une maison de santé, 1 rue circulée, 2 rues piétonnes, 1 vaste espace vert et un parking de 750 places mutualisées.

A La Maillerie, ce ne sont pas seulement des constructions de bâtiments qui sont souhaitées mais surtout apporter du bien-être aux futurs habitants et visiteurs du site, et réunir les conditions du bien-vivre ensemble.

Le quartier a été pensé par LINKCITY et NHOOD comme un lieu de vie, créateur de lien social, qui associe des initiatives culturelles, sociales et solidaires à des engagements en faveur de la biodiversité et de la mobilité douce. Notre volonté est de proposer une nouvelle manière d’habiter.

Thématiques : 
  • Construction
  • Matériaux
  • Qualité du logement
  • Espaces publics et espaces verts
  • Économie circulaire
  • Budgets carbone / Transition
  • Suivi de performance / Labels, normes et certificats
  • Commerces
  • Santé
Échelle : 
  • Quartier

Fiche d'identité

marker  Hauts-de-France / Villeneuve-d'Ascq
Type de territoire : 
  • Métropole
Surface bâtie :  96 000 m²
Coût du projet :  Coût total aménageur : 11,5M€ - Coût total travaux (lots immobiliers) : 200 M€
Maîtrise d'ouvrage :  Linkcity Nord-Est et Nhood France
Maîtrise d'oeuvre :  Agence Nicolas Michelin et Associés
Partenaires associés :  Nhood France, Métropole Européenne de Lille, Villes de Villeneuve d’Ascq et Croix

Distinctions

Labels / certifications :  Biodivercity ready (échelle quartier)
Concours / récompenses :  Ce quartier a remporté le Prix du Public Quartier et une mention Grand Prix Quartier Durable aux Green Solutions Awards France 2020-21

Médias

Évaluation du projet*

sur la base du déclaratif du contributeur

Critère n°1 : SOBRIÉTÉ

Le projet est en passe d’être labellisé Biodivercity ready (échelle du quartier).

Dans le cadre du Plan Bleu, la Métropole Européenne de Lille va renaturer et rouvrir le bras mort de la branche de Croix du Canal de Roubaix longeant le site. Ce projet permettra de créer une zone humide en lien avec un espace vert de plusieurs hectares, venant renforcer les trames verte et bleue locales.

Une démarche d’économie circulaire inédite de par son envergure a été mise en place sur le projet de la Maillerie. Le projet : une déconstruction sans déchets. Cela a démarré par un diagnostic des ressources disponibles du site tel qu’il était originellement bâti. En lien avec la société de démolition sélectionnée, nous avons appliqué au chantier les principes des 3R : Réduire (un ancien bâtiment logistique est devenu le bâtiment Compact, parking silo avec commerces en RDC et toiture jardin), Réutiliser (réutilisation de près de 10 000 m² de parquet en chêne, de plusieurs kilomètres de rayonnages, de panneaux de cloisonnement, bacs de convoyage et pièces d’atelier), Recycler (30 000 tonnes de béton de démolition ont  concassées et réutilisées dans la construction des nouveaux bâtiments).

L’ensemble des logements du quartier et une partie des bâtiments tertiaires sont raccordés au chauffage urbain métropolitain provenant de l’usine d’incinération de Roubaix. Quasiment 100% des besoins en chaud du quartier sont donc apportés par co-génération.

Par ailleurs, le recyclage des bétons de démolition et la fabrication in situ de béton bas carbone a permis de réduire l’empreinte carbone des constructions neuves (réemploi de granulats et transports par camions évités).

 

Nous avons fait réaliser une modélisation de l’empreinte carbone quartier par Efficacity avec l’outil UrbanPrint, La Maillerie faisant partie des opérations pilotes pour tester cette méthode innovante. Parmi les conclusions, ressort le fait que La Maillerie émet 30% de gaz à effet de serre de moins qu’un projet « Business as usual » (hors la mobilité des occupants). Cette performance est permise grâce au choix de chauffage et production d’eau chaude sanitaire des bâtiments par Réseau de Chaleur Urbain, la réduction des parkings souterrains, les choix de ventilation, de matériaux de construction ainsi que la performance thermique des bâtiments.

Le chauffage urbain permet de réduire le nombre d’équipements. Le réseau arrive ainsi dans chaque sous-station et dessert directement les logements, qui ne comprennent pas de chaudière individuelle par exemple. L’entretien et la maintenance sont optimisés en plus d’être centralisés chez le concessionnaire.

La mutualisation et le foisonnement des places de parking permet également de centraliser et optimiser la maintenance et l’entretien par rapport à une solution classique où chaque lot aurait dû intégrer ses propres places de stationnement (le parking comprend 700 places pour 900 « droits d’usages »).

Critère n°2 : INCLUSION

Gouvernance partagée avec les collectivités via une Convention d’Objectifs et une Convention de projet urbain partenarial.

Gouvernance appropriée, partagée et collective avec les riverains :

Dès 2017, nous avons ouvert la « Maison du Projet », sur le site, mixte dans ses usages :

  • Lieu d’évènements éphémères pour permettre au public de s’approprier les lieux et le projet (mercredis portes ouvertes),
  • Mise à disposition de locaux pour les riverains et associations locales
  • Ouverture d’un estaminet, d’une ressourcerie
  • Organisation régulière de réunions riverains (réunions conviviales et tout public « frites-bière »).

Ont également été mis en place des moyens de communication et de dialogue avec les riverains (réseaux sociaux, numéro vert et adresse contact, Gazette de la Maillerie…).

Mixité sociale :

30% des logements sont des logements locatifs sociaux, répartis dans les différents programmes du quartier.

Mixité fonctionnelle :

Parmi le panel de produits résidentiels, le quartier comprend une résidence pour étudiants, une résidence pour séniors, des logements locatifs libres, des logements en accession libre, des logements en Leasehold ou « propriété pour la vie » développés avec La Française REIM (30% moins chers, 20% plus grands), des logements « prêts à finir ». Le quartier comprend également des bureaux, des commerces (restaurant, halle gourmande/marché couvert, espace évènementiel et popup store), une conciergerie de quartier proposant un panel de services, une maison médicale, un hôtel et une école.

Sont présents à la Maillerie :

  • 2 maisons gérées par l’association Ama Vitae. Ces maisons, d’environ 700m² chacune, sont des habitats partagés inclusifs destinés aux personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.
  • 3 hébergements gérés par l’association Simon de Cyrène, qui développe et anime des maisons partagées à taille humaine où vivent ensemble des personnes valides et des personnes devenues handicapées en cours de vie
  • 1 logement inclusif géré par Homnia destiné à accueillir 6 personnes porteuses de handicap

Le projet est partiellement livré à ce jour (l’ensemble du quartier sera terminé à horizon 2024), mais les retours de nos clients et des collectivités sont satisfaisants. Notamment, l’ouverture du bâtiment « La Maillerie » comportant un restaurant, une halle gourmande et un popupstore est particulièrement apprécié et fréquenté des riverains du quartier et des quartiers alentours.

Critère n°3 : RÉSILIENCE

L’ampleur du projet a conduit à mener des études d’impact très fournies concernant l’environnement, les risques de pollution, d’acoustique, de trafic, de sécurité, etc.  

Oui, en plus des nécessaires études environnementales, de sûreté et sécurité publique, un panel d’entreprises (bureaux d’études, start up) a été sollicité très en amont du projet afin de réaliser des diagnostics sur les sujets de la mobilité, des smart grids, de la biodiversité, de la démolition et du recyclage, entre autres.

Critère n°4 : CRÉATIVITÉ

Le projet est venu ouvrir une friche de plus de 10ha auparavant entièrement fermée au public. Une partie des locaux de cette friche ont été ouverts au public dès 2017 dans le but de créer un lieu de vie créateur de lien au sein du quartier (locaux associatifs, recyclerie, exposition 3suisses, ferme aquaponique…). Quelques mois plus tard, l’Estaminet O’Stam a ouvert dans la cour de la maison du projet. En cours d’agrandissement, il est toujours très fréquenté aujourd’hui. En 2021 ont ouvert les Halles de la Maillerie, le restaurant Heavy toys & Slash Machines ainsi que l’espace évènementiel et pop up de la Maillerie.

Nombre des produits développés à la Maillerie l’ont été pour la première fois sur le territoire. Par ailleurs, nous avons souhaité offrir une conciergerie à l’ensemble des usagers du site. Cette conciergerie sera gérée par SERGIC, syndic initial de l’ensemble des lots de logements libres, aux côtés de NOREVIE, bailleur social du quartier, en lien avec une SCIC (Société Coopérative d’Intérêt Collectif), elle-même propriétaire de plusieurs locaux à destination des habitants.

Critère n°5 : POTENTIEL DE RÉPLICABILITÉ

Le projet de la Maillerie a servi de démonstrateur sur plusieurs sujets :

  • Economie circulaire
  • Déploiement de nouveaux produits résidentiel (Logement pour la vie, logements inclusifs…)
  • Urbanisme transitoire : création de la maison du projet, ouverture du site au public
  • Gouvernance de quartier (SCIC)

En tant que projet de référence pour l’ensemble de ces sujets, l’expérience a pu être répliquée sur d’autres projets Linkcity et Bouygues Construction.

Par ailleurs, La Maillerie fait partie des projets tests du label Biodivercity ready, et participe donc à l’écriture du référentiel de ce nouveau label du CIBI. Il est également projet pilote pour l’élaboration de l’outil de bilan carbone du quartier, UrbanPrint.

Photo-circulaire-carla

She holds a Master’s degree in Development Economics from the Panthéon-Sorbonne University and is currently studying for a Master’s degree in International Relations and Action Abroad at the same university. She approaches the problems of sustainable cities and territories through these different perspectives and her international experiences.

photo-isabelana

Isabelana is a Mexican journalist who holds a Master’s degree in Digital Communication and Data Analysis from the Sorbonne University. She previously worked in communication and press relations in the cultural sector in France and Mexico. Today, she is interested in ecological actions and solutions to preserve the environment and the biodiversity.

camille-waintrop-boyon-fvd

With a background in social sciences, art history and architecture, Camille has worked in communication within the VINCI group: from major international projects to La Fabrique de la Cité, a think tank dedicated to urban foresight.

A geographer by training (Saint Petersburg State University), she started as a geographer and economist at the Academy of Agricultural Economics (Russia), before pursuing her career in France as an administrative and accounting assistant (Air Liquide, Association TGV Provence Côte d’Azur, COFHUAT, Groupe Hervé)

Trained in international and European affairs between England and France as part of a double degree at Sciences-Po Lille / University of Kent, Marion started her career in advocacy and institutional relations of non-governmental organisations, in the fair trade sector (Max Havelaar France label). Her experiences are also linked to territories, with a passage in decentralised cooperation at the level of a departmental council.

sebastien-maire

Before joining the SCbF team, he held several positions in local government management. From elected official and deputy mayor of his native city Besançon, in charge of university relations and international cooperation, to Director of Economic Development of the City of Pantin, to Chief of staff in Montreuil – where he notably piloted the in-depth redesign of the urban project towards more ecology and sustainable development – he continued his career as Senior Resilience Officer of the City of Paris.

He promotes a holistic and systemic vision of sustainable development and brings his expertise in territorial resilience, ecological and social transition.

X