Mode sombre

Îlot « Santé et Bien-Être »

Une réalisation proposée par Bouygues Construction et Linkcity

Bâtiments Conception Économie durable Réseaux Vie locale

Contributeur

Référent :  Virginie Alonzi, Directrice prospective Bouygues Construction
Contact : 

v.alonzi@bouygues-construction.com

Descriptif

EUREKA CONFLUENCE – Le consortium

Le DIVD Eureka Confluence à Lyon, est l’un des 16 Démonstrateurs Industriels pour la Ville Durable lauréat de la première vague lancée le 8 octobre 2015. La candidature du DIVD à Lyon (initialement appelée Lyon Living Lab) a été portée par le groupe Bouygues, la Métropole de Lyon et l’aménageur du quartier de La Confluence, la SPL Lyon Confluence.

SOLLYS – Le projet immobilier

Les innovations sont conduites à l’échelle d’un projet immobilier baptisé « Sollys », qui regroupe 3 îlots (A1 Sud, A1 Nord et A2 Nord) développés par Linkcity et Bouygues Immobilier.

Sollys est conçu pour être à énergie positive et alimenté par des sources d’énergies renouvelables (centrale de cogénération gaz vert et ferme de panneaux photovoltaïques mutualisés).

Les innovations déployées comportent l’autoconsommation collective à l’échelle du quartier (ce qui a nécessité une dérogation et n’avait jamais été réalisé en France auparavant) ainsi qu’un accompagnement par un opérateur de services urbains, EMBIX.

A1 Sud - L’ilot Santé Bien Être

L’îlot A1 Sud, composé de 4 bâtiments et développé par Linkcity, est centré sur la thématique de la santé et du bien-être en ville et cible l’amélioration de la qualité de vie des usagers du quartier.

Bâtiment « Care » - ESPACE DE SANTE ET PREVENTION

Les enjeux vis-à-vis de la santé sont au cœur de la réflexion autour du quartier, avec la constitution d’un espace de santé de proximité innovant, pensé comme un lieu de soins mais aussi comme un « carrefour » de la santé et du bien-être au service des usagers du quartier.

Bouygues Energies et Services explore par ailleurs avec la « Météo du Souffle », un indicateur de bien-être local, basé notamment sur la qualité de l’air confrontée au ressenti des habitants.

Bâtiment « Work #1 » - BATIMENT REVERSIBLE
Le projet comporte également un bâtiment réversible, « Work #1 », parfaitement adapté à l’usage de bureaux centrés sur la qualité de vie au travail pour son premier cycle de vie, mais aussi conçu pour être transformable en logements en s’appuyant sur le concept Office Switch Home imaginé par les équipes R&D de Bouygues Construction.

Thématiques : 
  • Construction
  • Matériaux
  • Aménagement
  • Économie de la fonctionnalité
  • Énergie
  • Santé
  • Renforcement du lien social et de la solidarité
Échelle : 
  • Quartier

Fiche d'identité

marker  Auvergne-Rhône-Alpes / Lyon
Type de territoire : 
  • Métropole
Date de livraison :  30/12/2021
Surface bâtie :  12 000 m²
Coût du projet :  27235 k€
Maîtrise d'ouvrage :  Linkcity Sud-Est
Maîtrise d'oeuvre :  David Chipperfield, Aires Mateus, Vera & Associés
Partenaires associés :  SPL Lyon Confluence, Métropole de Lyon, Cluster santé I-care, Alliance Santé Confluence, Bouygues Bâtiment Sud-Est

Distinctions

Labels / certifications :  Certifications visées : Pour l’ensemble de l’ilot A1 Sud : Biodiversity - Pour le bâtiment K (Work#1) : Well Silver BREEAM Excellent E + C-, Pour le bâtiment H (Work#2) : BREEAM Excellent E+C-, Pour le bâtiment I (Care) Espace de Santé et Prévention : E+C-
Concours / récompenses :  Prix de l’innovation urbaine (7 Avril 2017) « Le Monde – Smart Cities » à l’échelle européenne - Prix de l’innovation urbaine (2 Juin 2017) « Le Monde – Smart Cities » à l’échelle internationale

Médias

Évaluation du projet*

sur la base du déclaratif du contributeur

Critère n°1 : SOBRIÉTÉ

Biodiversité :

L’îlot Santé Bien-Etre (A1 Sud) est construit sur la dalle haute d’un parking public déjà en exploitation. Le cœur d’ilot paysager bénéficiant aux 4 bâtiments sera labellisé Biodivercity. Il comprend notamment :

  • Un jardin thérapeutique
  • Un verger urbain pour redonner une fonction à la nature en ville

Ressource en eau

Une gestion durable des eaux pluviales est également mise en œuvre avec des systèmes de rétention intégrés à la conception paysagère.

Economie du foncier :

Le projet de l’îlot A1 Sud comprend le bâtiment WORK #1, un bâtiment de bureaux sur 8 niveaux intégralement réversible en logement sans intervention structurelle. Pensé par l’ensemble des parties prenantes pour anticiper sur l’obsolescence des bâtiments en facilitant son changement d’usage futur, il permet ainsi d’éviter la construction de futurs immeubles superflus, faisant ainsi le meilleur usage possible du foncier et luttant contre l’artificialisation des sols.

Imaginé par les équipes de R&D de Bouygues Construction et Linkcity, le concept Office Switch Home prend tout son sens dans le quartier en pleine mutation de la Confluence : en effet, d’ici à 2030, le déclassement et la disparition de l’autoroute A7 qui traverse aujourd’hui la ville de Lyon, laissera place à l’aménagement urbain des berges du Rhône. Parfaitement adapté à l’usage « bureaux » pour son premier cycle de vie, ce bâtiment qui marque le début d’un nouveau front de Rhône à dominante tertiaire, pourra aisément devenir à terme un projet unique de logements, situé sur un boulevard urbain apaisé, en plein cœur d’un quartier mixte et évolutif de Lyon.

A l’échelle de Sollys, sur la ZAC CONFLUENCE PHASE 2, les exigences moyennes globales aux 3 ilots sont :

  • Energie grise initiale : < 1700 kWh/m²SDP.an
  • Contenu CO² : <300 kgGES/m²SDP
  • Contenu matériaux biosourcés : > 20 kg.m² SDP

A titre d’exemple, sur A1 Sud :

Le bâtiment de l’espace de santé et prévention est construit en ossature bois (biosourcé et bas carbone), bénéficiant ainsi du savoir-faire du pôle d’expertise bois WeWood au service de Bouygues Construction et Linkcity.

Un des enjeux clés du projet était de mettre en œuvre une solution d’autoconsommation collective à l’échelle du quartier, ce qui n’avait jamais été réalisé en France. Cette réalisation a été le fruit d’un travail collectif entre les différents acteurs du projet.

L’autoconsommation collective d’énergie électrique n’étant pas autorisée, nous avons pu bénéficier d’une dérogation.

Le projet a été repris comme exemple dans les propositions de Sébastien LECORNU et l’arrêté autorisant cet échange d’énergie électrique au niveau d’un quartier a été finalement publié le 21 novembre 2019.

La sobriété sur le projet d’Eureka Confluence a principalement été mise en œuvre avec le volet énergétique et notamment par une vigilance accrue sur les niveaux de charges et la gestion des consommations.

Critère n°2 : INCLUSION

Dans le cadre du DIVD Eurêka Confluence, en mettant à disposition des habitants du quartier un dispositif d’accompagnement de projets (coaching des porteurs de projets, mises en relation avec des influenceurs/facilitateurs, abondement des campagnes de financement participatif), Eurêka Club et son appel à initiatives citoyennes ont porté la concertation bien au-delà de ses prérequis habituels : ici, le citoyen n’est pas seulement mobilisé pour « donner son avis », mais bien pour s’impliquer et agir dans son quartier et contribuer au bien-vivre qui le caractérise.

Concrètement, l’Eurêka Club et son appel à initiatives citoyennes ont été :

– portés par le consortium

– développés puis animés opérationnellement par le TUBA, accélérateur d’expérimentations urbaines de la métropole de Lyon

– soutenus par la Métropole de Lyon et ses élus, membres du jury de sélection des projets lauréats.

Cette démarche participative a permis aux habitants et porteurs d’idées de développer leurs projets d’intérêt général au sein du territoire de la Confluence, autour de 2 problématiques : l’économie circulaire et le « mieux vivre en ville ».

L’îlot dédié « Santé et Bien-être » comprend une diversité programmatique favorisant une mixité sociale et fonctionnelle :

  • Bureaux (dont un immeuble réversible en logements)
  • Logements sociaux et intermédiaires
  • Espace de santé et prévention comprenant une maison de santé et un tiers-lieu dédié à la prévention
  • Commerces, dont une pharmacie et un commerce à destination « Healthy Food »
  • Cœur d’îlot végétalisé

L’ensemble étant construit sur un parking public déjà en exploitation qui concentre l’ensemble des stationnements.

L’îlot « Santé et Bien-être » est novateur dans son traitement de la thématique du bien-être comme de la santé des populations vulnérables.

Au cœur de l’îlot, un espace de santé et prévention dessine un nouveau modèle de médecine  pour les populations en suivant un modèle hybride préventif/curatif. Il se constitue d’une vingtaine de cabinets médicaux et paramédicaux combinés à une offre de service de prévention variés permettant de repousser les limites de l’offre de soin et de l’exercice professionnel médical et de prévention. La présence de la médecine du travail et d’un cabinet d’imagerie médicale assureront le lien entre médecine de ville et santé au travail.   Cette thématique se décline dans les autres programmes de l’îlot :

  • Un hall d’accueil réenchanté, showroom d’innovations santé et espace sensible et interactif pour l’autodiagnostic et la prévention
  • Un espace de formation et de prévention pour tous, accueillant des ateliers de sensibilisation au bien-vivre (stress au travail, alimentation saine, vivre avec son diabète, etc.)
  • Un lieu dédié au care-working et à la collaboration entre les professionnels de santé et de prévention, pour une gouvernance plus collégiale et un meilleur partage des dossiers
  • Un espace de diagnostic et de prévention
  • Un espace de monitoring, de prévention tertiaire, connecté aux logements bienveillants du quartier, pilotée par un « care manager », bras armé du médecin généraliste, chargé de la télésurveillance, du soutien à domicile et du bien-vivre dans le quartier des séniors et patients ALD.

Un centre dédié aux activités physiques et sportives pour tous, ouvert sur la terrasse et le jardin thérapeutique, animé par un médecin du sport prévisionniste.

Le projet est en voie de livraison en 2021.

Critère n°3 : RÉSILIENCE

Le risque de long terme sur la santé et le bien-être lié à la pollution est tout particulièrement exploré dans le projet :

Afin de mieux prendre en compte de la pollution et son incidence sur la santé et le bien-être, mieux comprendre, la collectivité a besoin de pouvoir mieux analyser sa dissémination en ville.

C’est ce qu’explorent ensemble Bouygues Energies & Services et Météo du souffle à Lyon sur le quartier Confluence dans le cadre du démonstrateur industriel pour la Ville durable (DIVD) Eureka Confluence. Le but du projet est de proposer aux citoyens des mesures très locales de qualité de l’air qu’ils pourront confronter à un ressenti et c’est l’ensemble de ces résultats qui pourront être mis à disposition de professionnels de santé pour effectuer une réelle médecine préventive.

Ainsi, des capteurs spécifiques seront installés localement sur le quartier de Confluence et les mesures réalisées seront complétées par les mesures plus globales qui sont déjà existantes.

Par ailleurs, la résilience face au futures mutations urbaines est mise en avant dans le quartier à travers la réalisation du bâtiment « Work #1 », réversible de bureaux en logements, et permettant ainsi de s’adapter aux évènements futurs. Ce travail sur la réversibilité s’inscrit ainsi dans la perspective de transformation de l’autoroute A7 (en bordure du projet) en boulevard urbain en anticipant l’évolution des alentours du projet.

Eurêka Confluence incarne une nouvelle manière de concevoir la ville, plus participative, plus innovante. Constamment enrichi par un consortium de 14 partenaires publics et privés (Grand Lyon, SNCF, la SPL Confluence, EDF, etc.), il a fait de la démarche « Test & Learn » sa signature « Générateur d’innovations urbaines », et de la santé et du bien-être parmi ses ambitions les plus novatrices.

Critère n°4 : CRÉATIVITÉ

Le projet de l’îlot Santé Bien-être contribue à la structuration de la filière Santé sur le territoire. L’implication du Cluster Santé I-care vise en effet à dessiner un nouveau modèle de médecine :

  1. L’offre de soins : en valorisant l’expérience patient et son appréhension holistique médicale et paramédicale ; en travaillant sur le continuum prévention-soins-autonomie pour un parcours santé et bien-être fluide et cohérent.
  2. La pratique médicale : en favorisant la flexibilité horaire et une pratique plus collaborative ; en facilitant l’accueil et la formation des jeunes médecins.
  3. Le rapport au quartier : en travaillant avec les communautés médicales de territoire et du quartier ; En se présentant comme un lieu de vie dans le quartier via notamment le rez-de-chaussée.

Ce projet porte une innovation de gouvernance tout d’abord par la constitution du projet avec un grand nombre de parties prenantes : le DIVD Eureka Confluence à Lyon, est l’un des 16 Démonstrateurs Industriels pour la Ville Durable lauréats de la première vague lancée le 8 octobre 2015. La candidature du DIVD à Lyon (initialement appelée Lyon Living Lab) a été portée par le groupe Bouygues, la métropole de Lyon et l’aménageur du quartier de La Confluence, la SPL Lyon Confluence. Un consortium public/privé réunissant 14 acteurs a été mise en place pour coordonner l’ensemble des projets et acteurs impliqués (plus de 50 au total) dans les innovations envisagées.

Critère n°5 : POTENTIEL DE RÉPLICABILITÉ

L’îlot Santé et Bien-être, en voie d’achèvement (première phase en livraison en 2021), n’a pas encore été répliqué. Certaines innovations concrétisées dans le projet sont documentées en vue d’être répliquées, par exemple, la réversibilité suivant le concept « Office Switch Home ».

L’approche combinée entre médecine curative et préventive a également vocation à être répliquée dans d’autres métropoles.

Photo-circulaire-carla

She holds a Master’s degree in Development Economics from the Panthéon-Sorbonne University and is currently studying for a Master’s degree in International Relations and Action Abroad at the same university. She approaches the problems of sustainable cities and territories through these different perspectives and her international experiences.

photo-isabelana

Isabelana is a Mexican journalist who holds a Master’s degree in Digital Communication and Data Analysis from the Sorbonne University. She previously worked in communication and press relations in the cultural sector in France and Mexico. Today, she is interested in ecological actions and solutions to preserve the environment and the biodiversity.

camille-waintrop-boyon-fvd

With a background in social sciences, art history and architecture, Camille has worked in communication within the VINCI group: from major international projects to La Fabrique de la Cité, a think tank dedicated to urban foresight.

A geographer by training (Saint Petersburg State University), she started as a geographer and economist at the Academy of Agricultural Economics (Russia), before pursuing her career in France as an administrative and accounting assistant (Air Liquide, Association TGV Provence Côte d’Azur, COFHUAT, Groupe Hervé)

Trained in international and European affairs between England and France as part of a double degree at Sciences-Po Lille / University of Kent, Marion started her career in advocacy and institutional relations of non-governmental organisations, in the fair trade sector (Max Havelaar France label). Her experiences are also linked to territories, with a passage in decentralised cooperation at the level of a departmental council.

sebastien-maire

Before joining the SCbF team, he held several positions in local government management. From elected official and deputy mayor of his native city Besançon, in charge of university relations and international cooperation, to Director of Economic Development of the City of Pantin, to Chief of staff in Montreuil – where he notably piloted the in-depth redesign of the urban project towards more ecology and sustainable development – he continued his career as Senior Resilience Officer of the City of Paris.

He promotes a holistic and systemic vision of sustainable development and brings his expertise in territorial resilience, ecological and social transition.

X