Mode sombre

Gestion solidaire de l’eau à destination des publics fragiles

Une réalisation proposée par SUEZ – Maison pour Rebondir Ile-de-France

Réseaux Vie locale

Contributeur

Référent :  Sonia Bencheikh El Fegoun
Contact : 

sonia.bencheikh@suez.com
0689435870

Descriptif

SUEZ a développé un service « préventif » s’adressant principalement aux usagers aux faibles revenus pour qui une surconsommation d’eau peut faire basculer dans la précarité hydrique, voire en situation d’impayé. Le programme est monté en partenariat avec la collectivité, les bailleurs sociaux, les associations de médiation et SUEZ.

Il repose sur un dispositif innovant par sa double vocation, à la fois social et écologique.

  • Augmenter le « reste à vivre » des foyers en les aidant à maitriser leur consommation d’eau chaude et d’eau froide
  • Prévenir des fuites et dégâts des eaux en proposant des réparations de « petite » plomberie gratuites
  • Participer à la préservation des ressources en eau en prévenant les fuites et en renforçant les écogestes

Thématiques : 
  • Logistique et approvisionnement
  • Grand cycle de l'eau
  • Renforcement du lien social et de la solidarité
Échelle : 
  • Bâtiment
  • Quartier

Fiche d'identité

marker  Ile-de-France / Poissy
Type de territoire : 
  • > 20 000 < 100 000 habitants
Coût du projet :  30-35 k€
Maîtrise d'ouvrage :  SUEZ – Maison pour Rebondir Ile de France
Partenaires associés :  Ville de Poissy, GPS&O, SUEZ, EQUALIS, Energies Solidaires, Les Résidences Yvelines Essonne, Vilogia, Toit et Joie, Domnis

Médias

Évaluation du projet*

sur la base du déclaratif du contributeur

Critère n°1 : SOBRIÉTÉ

Le projet a été développé dans un quartier politique de la ville où le bâti existait déjà. En revanche, il contribue à sensibiliser les habitants de logements sociaux à surveiller leur consommation d’eau, à la fois en préventif (éco-gestes, pose de mousseurs, de pommeau de douche économes etc.) et en curatif (détection, réparation de fuites et remontée des signalements aux bailleurs).

Grâce aux 120 kits installés, 438m3 d’eau ont été économisés au total sur l’année, soit 8m3 en moyenne par locataire et 31€ de charges eau annuelles en moins à payer par locataire, soit l’équivalent d’un mois de consommation d’eau économisé.

Aucune ACV n’a été conduite.

Les mousseurs, réducteurs de douche, petite plomberie ne sont pas issus du réemploi.

Le projet n’a pas d’ambition carbone mais une ambition de préservation de la ressource en eau. Néanmoins, en diminuant la consommation d’eau chaude, la consommation associée d’énergie (gaz ou électricité) diminue également, réduisant ainsi les émissions de CO2.

L’empreinte carbone du projet est négligeable.

La logique de sobriété est au cœur même du dispositif : réduire les consommations d’eau, inciter aux éco-gestes, accompagner le changement de mentalité sur l’eau du robinet et l’eau en bouteille etc.

Critère n°2 : INCLUSION

OUI, le projet a réuni au total presque une trentaine de personnes :  ville de Poissy, CCAS, centre social, bailleurs sociaux  Vilogia / Toit et Joie / Domnis / Les Résidences Yvelines Essonnes, association d’insertion EQUALIS, association Energies Solidaires et SUEZ.

La Plomberie Solidaire a été pilotée et déployée par SUEZ en différentes phases tout au long de l’année 2021 avec des réunions préparatoires, des points réguliers avec chaque partenaire, le déploiement et la mesure d’impact

OUI, il a permis créer du lien entre les habitants lors des animations en pied d’immeuble, il a renforcé le lien entre bailleurs sociaux et leurs locataires grâce aux gardiens qui ont joué un rôle fondamental de facilitateur. Le projet a donc favorisé le dialogue social.

OUI, Plomberie solidaire a été entièrement conçue pour les publics vulnérables qui se retrouvent très vite en situation d’impayés de facture d’eau ou de difficulté de paiement. Tout le principe de Plomberie Solidaire est de les accompagner dans la réduction de leur facture, leur proposer des interventions de petite plomberie, et s’ils ont de grosses fuites qui nécessitent de vrais travaux de plomberie, remonter les signalements aux bailleurs.

Le projet Plomberie Solidaire a été unanimement salué par les usagers.

Des enquête usagers à la fin de l’expérimentation ont démontré une satisfaction des habitants :

« Je trouve ça bien et j’en ai directement parlé autour de moi. Les gens étaient surpris que ça existe.”

“C’est super pour dire aux personnes de ne pas gaspiller l’eau.”

« C’est important de participer aux problèmes de l’eau, j’ai été agréablement surpris.”

Critère n°3 : RÉSILIENCE

Le projet Plomberie Solidaire peut s’appuyer sur une cartographie de précarité hydrique réalisée en amont et par une analyse des impayés dans les dossiers clients. Cela permet de mieux percevoir le territoire.

OUI, il a inclus de nombreuses parties prenantes qui ont toutes pu donner leur vision, en amont du projet, pendant et après lors de la mesure d’impact.

L’objectif restait de trouver une solution commune à un défi régulier pour les bailleurs sociaux et pour SUEZ : toucher un large public de locataires, s’adresser aux locataires fragiles et les accompagner.

Témoignage d’un interlocuteur chez un bailleur social :

« C’était un dispositif nouveau de mon côté. Être tous les bailleurs réunis, et avec SUEZ, c’était chouette de pouvoir échanger sur les méthodes de travail de chacun. »

Critère n°4 : CRÉATIVITÉ

La Plomberie Solidaire propose des prestations de médiation, de sensibilisation et de réparation de petite plomberie réalisé en partie par des personnes en parcours d’insertion qui ont pu bénéficier d’une sensibilisation technique dispensée par SUEZ pour leur permettre de monter en compétence sur ces sujets. Si le dispositif venait à se déployer ailleurs, il créerait des emplois supplémentaires dans ces domaines. A l’échelle d’une expérimentation comme celle de Poissy, il n’y a pas eu de création d’emplois spécifiques.

OUI, ce projet multi-partenarial, autour des enjeux de l’eau et des problématiques des populations en difficulté, ainsi que les solutions mises en œuvre, est totalement inédit. Traditionnellement, les impayés de facture peuvent être pris en charge par les Fonds Solidarité Eau et les Chèques eau, un dispositif qu’aucun ménage ne connaît et qui surtout intervient a posteriori sans changer nécessairement les pratiques. Il fallait donc changer d’approche et aller vers les usagers en amont et en préventif.

Critère n°5 : POTENTIEL DE RÉPLICABILITÉ

Le projet est déjà répliqué sur d’autres territoires : Saint-Etienne, Créteil, Brive (en construction). Les interlocuteurs médiation, sensibilisation ainsi que les bailleurs sociaux changent, mais le projet reste le même.





















 
close-link
Photo-circulaire-carla

She holds a Master’s degree in Development Economics from the Panthéon-Sorbonne University and is currently studying for a Master’s degree in International Relations and Action Abroad at the same university. She approaches the problems of sustainable cities and territories through these different perspectives and her international experiences.

photo-isabelana

Isabelana is a Mexican journalist who holds a Master’s degree in Digital Communication and Data Analysis from the Sorbonne University. She previously worked in communication and press relations in the cultural sector in France and Mexico. Today, she is interested in ecological actions and solutions to preserve the environment and the biodiversity.

camille-waintrop-boyon-fvd

With a background in social sciences, art history and architecture, Camille has worked in communication within the VINCI group: from major international projects to La Fabrique de la Cité, a think tank dedicated to urban foresight.

A geographer by training (Saint Petersburg State University), she started as a geographer and economist at the Academy of Agricultural Economics (Russia), before pursuing her career in France as an administrative and accounting assistant (Air Liquide, Association TGV Provence Côte d’Azur, COFHUAT, Groupe Hervé)

Trained in international and European affairs between England and France as part of a double degree at Sciences-Po Lille / University of Kent, Marion started her career in advocacy and institutional relations of non-governmental organisations, in the fair trade sector (Max Havelaar France label). Her experiences are also linked to territories, with a passage in decentralised cooperation at the level of a departmental council.

sebastien-maire

Before joining the SCbF team, he held several positions in local government management. From elected official and deputy mayor of his native city Besançon, in charge of university relations and international cooperation, to Director of Economic Development of the City of Pantin, to Chief of staff in Montreuil – where he notably piloted the in-depth redesign of the urban project towards more ecology and sustainable development – he continued his career as Senior Resilience Officer of the City of Paris.

He promotes a holistic and systemic vision of sustainable development and brings his expertise in territorial resilience, ecological and social transition.

X