Mode sombre

Ecoquartier de Montévrain : un projet urbain organisé autour d’un Cœur Agro Urbain

Une réalisation proposée par Atelier Philippe Madec Architectes

Conception Réseaux Vie locale

Contributeur

Référent :  Antoine Petitjean, Architecte-Urbaniste - APM & associés
Contact : 

apetitjean@madec.net

Descriptif

Le projet consiste à mettre en œuvre un urbanisme alternatif aux logiques propres à la ville nouvelle pour renouer avec les propriétés paysagères, naturelles et agricoles du plateau dans lequel il s’inscrit.

A partir d’une trame viaire préexistante pensée pour le tout-voiture, le projet dévie de la trajectoire « machiniste » des premiers plans d’aménagement (dépendance à la voiture, disparition des pratiques agricoles, effacement des polarités historiques et du patrimoine viaire et paysager, perturbation des régimes hydrauliques, effritement de la biodiversité,…) pour mettre en place des logiques qui renouent avec la proximité (équipements publics, logements, commerces, tertiaire), avec les rythmes naturels (gestion hydraulique à la parcelle, confortement des trames paysagères) et avec les pratiques agricoles. Élément central du projet, le « Cœur Agro Urbain » (20 ha en maraîchage et arboriculture retirés à l’urbanisation) devient le cœur du projet, ancrant l’urbanisation dans une logique intercommunale.

Thématiques : 
  • Aménagement
  • Espaces publics et espaces verts
  • Commerces
  • Éducation et formation
  • Culture et loisirs
Échelle : 
  • Quartier

Fiche d'identité

marker  Île-de-France / Montévrain
Type de territoire : 
  • < 20 000 habitants
Surface bâtie :  150 ha aménagés
Maîtrise d'ouvrage :  Etablissement Public d’Aménagement de Marne-la-Vallée. Mélanie Durand : m.durand@epa-marnelavallee.fr
Maîtrise d'oeuvre :  (APM) & associés Antoine Petitjean / apetitjean@madec.net

Distinctions

Labels / certifications :  Labellisé Ecoquartier, 2018

Médias

Évaluation du projet*

sur la base du déclaratif du contributeur

Critère n°1 : SOBRIÉTÉ

Retrait de 20ha (sur les 150h du périmètre opérationnel) pour pratiques agricoles nouvelles (transition en BIO)

Gestion hydraulique centennale à la parcelle (permettant la recharge de la nappe, et l’irrigation des parcelles cultivées)

Restauration des cours d’eau et des ripisylves associées

Renaturation d’espaces (plaine de reproduction de nicheurs au sol reconstituée sur 1.5 ha)

Anticipation de la mutation d’une zone d’activité commerciale en quartier mixte

Au sein des prescriptions urbaines, architecturales, paysagères et environnementales (fiches de lot de chaque opération), des prescriptions au cas par cas sont émises en fonction des programmes et des opérateurs.

Projet urbain.

Ces objectifs concernent les bâtiments au cas par cas de leur programmation

Cet aspect a surtout été abordé sur l’espace public, pour créer des espaces résilients en anticipation du changement climatique (réduction des effets d’ilot de chaleur, biodiversité), le tout avec des moyens limités de gestion par les collectivités.

Critère n°2 : INCLUSION

Une concertation est menée par l’EPA, confiée à un prestataire extérieur à notre équipe de maîtrise d’œuvre.

Régulière lors des phases « amont » de conception du plan-guide du quartier, ces réunions se sont espacées. Il s’agit d’un domaine où l’amélioration est possible.

Dans le cadre de la programmation de chaque ilot, une mixité fonctionnelle et sociale est prévue

Pas spécifiquement

Les retours sont à ce stade positifs, bien que toutefois difficiles à mesurer objectivement (notre intervention s’étend sur une 15aine d’années. Notre volonté auprès du maître d’ouvrage est de lancer une évaluation fondamentale des aménagements pour mieux aborder cet aspect du projet.

Critère n°3 : RÉSILIENCE

Le projet dans sa résolution aborde la question de la vulnérabilité du territoire en opposant aux logiques fonctionnalistes un projet régénérant les ressources et les structures paysagères du plateau.

Pas spécifiquement

Critère n°4 : CRÉATIVITÉ

Cet aspect est plus particulièrement abordé :

  • Dans le cas de la programmation d’ilots mixtes mêlant logements et locaux d’activité (tertiaire, artisanaux) ;

Dans le cas du Cœur Agro Urbain qui fait émerger de nouveaux profils d’acteurs agricoles, en synergie avec le tissu local

Pas spécifiquement, en dehors du positionnement de l’équipe de maîtrise d’œuvre dans sa relation d’équipe avec la maîtrise d’ouvrage.

Critère n°5 : POTENTIEL DE RÉPLICABILITÉ

Oui. L’EPA s’appuie notamment sur l’expérience du Cœur Agro Urbain pour généraliser une politique agricole à l’échelle de son territoire (politique totalement nouvelle pour cette acteur). En cela, le quartier dans l’ensemble de ses composantes représente une sorte de laboratoire, qui met en avant les réussites mais aussi les obstacles rencontrés.

Photo-circulaire-carla

She holds a Master’s degree in Development Economics from the Panthéon-Sorbonne University and is currently studying for a Master’s degree in International Relations and Action Abroad at the same university. She approaches the problems of sustainable cities and territories through these different perspectives and her international experiences.

photo-isabelana

Isabelana is a Mexican journalist who holds a Master’s degree in Digital Communication and Data Analysis from the Sorbonne University. She previously worked in communication and press relations in the cultural sector in France and Mexico. Today, she is interested in ecological actions and solutions to preserve the environment and the biodiversity.

camille-waintrop-boyon-fvd

With a background in social sciences, art history and architecture, Camille has worked in communication within the VINCI group: from major international projects to La Fabrique de la Cité, a think tank dedicated to urban foresight.

A geographer by training (Saint Petersburg State University), she started as a geographer and economist at the Academy of Agricultural Economics (Russia), before pursuing her career in France as an administrative and accounting assistant (Air Liquide, Association TGV Provence Côte d’Azur, COFHUAT, Groupe Hervé)

Trained in international and European affairs between England and France as part of a double degree at Sciences-Po Lille / University of Kent, Marion started her career in advocacy and institutional relations of non-governmental organisations, in the fair trade sector (Max Havelaar France label). Her experiences are also linked to territories, with a passage in decentralised cooperation at the level of a departmental council.

sebastien-maire

Before joining the SCbF team, he held several positions in local government management. From elected official and deputy mayor of his native city Besançon, in charge of university relations and international cooperation, to Director of Economic Development of the City of Pantin, to Chief of staff in Montreuil – where he notably piloted the in-depth redesign of the urban project towards more ecology and sustainable development – he continued his career as Senior Resilience Officer of the City of Paris.

He promotes a holistic and systemic vision of sustainable development and brings his expertise in territorial resilience, ecological and social transition.

X