Mode sombre

Le coworking social

Une réalisation proposée par Action Logement

Bâtiments Vie locale

Contributeur

Référent :  Didier Jeanneau, Directeur général 3F Résidences
Contact : 

didier.jeanneau@groupe3f.fr

Descriptif

Ouvrir sur la ville et ses habitants un centre d’hébergement de 300 places et créer des emplois dans le cadre de l’expérimentation Territoire Zéro Chômage de longue durée menée par une entreprise à but d’emploi et la mairie du 13ème : tel est le sens du projet d’aménagement d’un Tiers Lieu de près de 200m2 au sein de la Cité de Refuge, résidence emblématique de Le Corbusier, restructurée en 2016 par 3FR et gérée par l'Armée du Salut.

Ce café social issu d’une démarche participative avec les résidents et les habitants offrira un espace de coworking solidaire doté d’outils numériques, une cafétéria et permettra la mise en place d’évènements et d’animations. Il sera ouvert aux habitants du 13ème et aux résidents de la Cité de Refuge et permettra de créer 7 emplois durables dans le quartier. En participant à cette initiative, 3FR valorise son patrimoine, met en pratique son engagement social et illustre le partenariat qu’elle entend mener avec les gestionnaires de ses résidences.

Thématiques : 
  • Rénovation / Réhabilitation
  • Renforcement du lien social et de la solidarité
  • Culture et loisirs
  • Patrimoine
Échelle : 
  • Bâtiment
  • Quartier

Fiche d'identité

marker  Île-de-France / Paris
Type de territoire : 
  • Métropole
Date de livraison :  28/02/2020
Surface bâtie :  200 m²
Coût du projet :  206 016 €
Maîtrise d'ouvrage :  3F Résidences
Partenaires associés :  L’Armée du Salut, 13 Avenir

Médias

 

Évaluation du projet*

sur la base du déclaratif du contributeur

Critère n°1 : SOBRIÉTÉ

Projet sur du patrimoine existant, sans impact sur le foncier.

L’aménagement de l’espace est principalement constitué d’un module en bois construit par un collectif de menuisiers (La Cime).

NC

Un des aspects consiste à proposer une restauration rapide à partir d’invendus pour lutter contre le gaspillage alimentaire et créer un « frigo solidaire ». Par ailleurs, des ateliers « maison » de 13 Avenir auront notamment pour thèmes le DIY et l’upcycling.

Critère n°2 : INCLUSION

Le projet a été coconstruit avec le gestionnaire Fondation Armée du Salut et les résidents de la Cité de Refuge.

La Cité de Refuge entièrement réhabilitée en 2016 a permis de créer des chambres répondant aux besoins actuels des résidents : chambres individuelles en lieu et place des dortoirs collectifs, logements accessibles aux personnes à mobilité réduite, studios pour couples et logements de 3 ou 4 pièces pour des familles. Aujourd’hui cette résidence accueille aujourd’hui 292 personnes. Depuis 2016, l’établissement peut accueillir des familles, en particulier 20 familles monoparentales, et aussi des couples. L’accueil des familles et des femmes isolées s’effectue dans une aile du bâtiment. Accueillir ces nouveaux publics permet à l’établissement de se « rapprocher de la société ».

Chaque personne accueillie est orientée en fonction de ses besoins. Le service éducatif accompagne les personnes dans leur projet d’insertion social et professionnel. Le service emploi, s’appuyant sur l’accompagnement social global, évalue et oriente les résidents vers un accès à l’emploi en collaboration avec les partenaires institutionnels, associatifs et les entreprises ; il s’appuie sur les ateliers techniques de l’établissement pour valoriser les savoir-faire et savoir-être professionnels. Avec le service logement, les résidents bénéficient d’un appui dans leurs démarches de recherche de logements. Le service accueil accompagnent les résidents au quotidien, de l’admission à la sortie, dans tous les domaines de la vie courante (hébergement, restauration…). Et le service qualité de vie organise des animations collectives et des actions concernant la citoyenneté des résidents.

La Cité Refuge est notamment ouverte aux hommes seuls, âgés de 18 à 65 ans.

Expression utilisée pour décrire la cité refuge : “usine du Bien où l’on révise les rouages de la machine humaine usée par la vie”.

A ce jour, le lieu n’est encore ouvert qu’aux résidents et pourra s’ouvrir aux partenaires extérieurs dès la levée des mesures sanitaires.

Critère n°3 : RÉSILIENCE

Le projet est né de l’idée d’ouvrir au quartier le centre d’hébergement et de diminuer ainsi l’isolement des résidents tout en créant des emplois pour l’animation de ce tiers lieu.

Non

Critère n°4 : CRÉATIVITÉ

Ce projet contribue au dynamisme socio-économique local :

  • En créant un espace aménagé et chaleureux équipé du wifi, d’ordinateurs, d’imprimantes et de matériel de travail pour travailler et s’initier à l’informatique.
  • En offrant une possibilité de restauration rapide sur place de 8h30 à 14h, convivial dans son ouverture et ses aménagements et éco-responsable (les plats seront en effet préparés à partir d’invendus afin de lutter contre le gaspillage alimentaire)
  • En créant un frigo solidaire pour collecter et redistribuer gratuitement des produits sauvés du gaspillage alimentaire
  • En ouvrant aux acteurs du quartier et à des partenaires pour développer une programmation d’événements, des rencontres et formations variées.

Ce projet va en outre permettre de créer 7 emplois en CDI pour des demandeurs d’emploi de longue durée du quartier prioritaire.

Innovations sociales et servicielles

Critère n°5 : POTENTIEL DE RÉPLICABILITÉ

Il semble important de noter qu’il s’agit du premier espace de ce type développé au sein de notre parc mais également au sein des 10 territoires sélectionnés dans l’expérimentation territoire zéro chômeur de longue durée (TZCLD).

De plus, il s’agit d’un projet répondant aux besoins des résidents et plus largement du quartier qui prend appui sur une démarche de co-construction tant avec les usagers qu’avec les habitants.

Pour ces raisons, il sera capitalisé en vue d’être déployé d’abord au sein des 10 territoires TZCLD puis certains aspects et notamment le développement d’espaces de coworking en pied d’immeubles pourront être répliqués sur d’autres résidences de notre parc et celles de filiales d’Action Logement.

Photo-circulaire-carla

She holds a Master’s degree in Development Economics from the Panthéon-Sorbonne University and is currently studying for a Master’s degree in International Relations and Action Abroad at the same university. She approaches the problems of sustainable cities and territories through these different perspectives and her international experiences.

photo-isabelana

Isabelana is a Mexican journalist who holds a Master’s degree in Digital Communication and Data Analysis from the Sorbonne University. She previously worked in communication and press relations in the cultural sector in France and Mexico. Today, she is interested in ecological actions and solutions to preserve the environment and the biodiversity.

camille-waintrop-boyon-fvd

With a background in social sciences, art history and architecture, Camille has worked in communication within the VINCI group: from major international projects to La Fabrique de la Cité, a think tank dedicated to urban foresight.

A geographer by training (Saint Petersburg State University), she started as a geographer and economist at the Academy of Agricultural Economics (Russia), before pursuing her career in France as an administrative and accounting assistant (Air Liquide, Association TGV Provence Côte d’Azur, COFHUAT, Groupe Hervé)

Trained in international and European affairs between England and France as part of a double degree at Sciences-Po Lille / University of Kent, Marion started her career in advocacy and institutional relations of non-governmental organisations, in the fair trade sector (Max Havelaar France label). Her experiences are also linked to territories, with a passage in decentralised cooperation at the level of a departmental council.

sebastien-maire

Before joining the SCbF team, he held several positions in local government management. From elected official and deputy mayor of his native city Besançon, in charge of university relations and international cooperation, to Director of Economic Development of the City of Pantin, to Chief of staff in Montreuil – where he notably piloted the in-depth redesign of the urban project towards more ecology and sustainable development – he continued his career as Senior Resilience Officer of the City of Paris.

He promotes a holistic and systemic vision of sustainable development and brings his expertise in territorial resilience, ecological and social transition.

X