Mode sombre

« Bois Debout » – résidence Girard à Montreuil

Une réalisation proposée par Construction 21

Bâtiments Management et gouvernance

Contributeur

Référent :  Stéphane Cochet, Architecte
Contact : 

Descriptif

Le projet Bois Debout est un bâtiment de 6 niveaux entièrement en bois compris cage d’ascenseur qui accueille 17 logements sociaux et 2 locaux d’activité à RdC. Situé en centre ville de Montreuil, derrière la place du Marché, il prend place sur deux anciennes parcelles regroupées dans le cadre d’une opération RHI. L’écriture architecturale s’inscrit dans la trace du découpage parcellaire avec une façade découpée au droit de l’ancienne limite, accueillant en creux, des balcons plein sud. Le bâtiment reprend l’architecture sobre et alignée caractéristique des faubourgs avec un soubassement dédié aux activités et un passage cocher laissant voir le jardin en fond de parcelle depuis la rue. Le traitement des façades en bardage bois pré-grisaillé rythme la façade dont la colorimétrie varie suivant le cycle du soleil.

Ce bâtiment certifié passiv haus est conçu suivant une démarche low tech, les logements n’étant plus équipés de radiateur, de manière à garantir aux habitants à la fois une consommation énergétique limitée et des charges d'entretien maintenance maîtrisées. Il s’inscrit dans une démarche résiliente à même de répondre aux enjeux d’adaptation au dérèglement climatique à la fois dans la prise en compte de la lutte contre les îlots de chaleur et dans la préservation de la biodiversité, et comme construction bas carbone et biosourcée à même de répondre aux enjeux d'épuisement des ressources non renouvelable .

Thématiques : 
  • Matériaux
  • Construction
  • Qualité du logement
  • Partenariats publics/privés
Échelle : 
  • Bâtiment

Fiche d'identité

marker  Île-de-France / Montreuil
Type de territoire : 
  • Communauté d'agglomération
Surface bâtie :  1.040m2
Coût du projet :  1 958 876 euros
Maîtrise d'ouvrage :  CdC Habitat social – Grand Paris Habitat
Maîtrise d'oeuvre :  A003architectes, stéphane Cochet
Partenaires associés :  Bruno Garnier architecte, AMOES bureau d’étude Fluides Thermique, S2t bureau d’étude structure + acoustique , J.Lot économiste

Distinctions

Labels / certifications :  Passiv Haus, BBCA Performant, E2C1, H&E profil A, label bâtiment biosourcé niveau 3
Concours / récompenses :  BePOS/BePAS Ademe IdF 2013, OFF DD 2015, Trophée Bois IdF 2016, Green Solutions Awards 2017, Trophée Logement et Territoire 2017

Médias

 

Évaluation du projet*

sur la base du déclaratif du contributeur

Critère n°1 : SOBRIÉTÉ

La ville sur la ville : le projet s’implante en lieu et place de deux constructions existantes démolies : une maison de ville à R+1+c et un hangar sur deux parcelles distinctes réunies. La nouvelle construction à R+5 a permis de dés-imperméabiliser une partie des sols avec la création d’un jardin de 60m2 soit 17% de la parcelle en pleine terre. Jardin partagé avec carrés potagers, mise en place de compost, plantation d’un arbre fruitier local végétal (poirier), plantations comestibles et mellifères (arbustes de sous bois), végétalisation de la façade nord. Récupération des eaux pluviales pour l’arrosage et l’entretien des parties communes. Pas de parking enterré imposé (à moins de 500m de la station de métro Croix de Chavaux). Parking à vélo.

Bâtiment labellisé biosourcé niveau 3 avec 115kg/m2sdp de matériaux biosourcés.

R+5 100% bois et filière sèche en technique ossature bois. Pas d’échafaudage pour le montage du bâtiment. Bois en structure et menuiseries, fibre de bois, bardage bois. Matériaux issus du recyclage avec Laine de verre Ecose de chez Knauf (80% verre recyclé), plaques Fermacell (20% papier recyclé), panneaux OSB et MFP (produits connexes de scierie). Matériaux récupérés issus de la démolition – charpente – pour reconstitution du mur séparatif et carrés potagers.

Projet pilote pour l’expérimentation E+C- de la communauté ACV Ile de France avec ADEME IdF, IFPEB, CSTB, DRIEA IdF et dans le cadre du Plan Bois 3 avec la FCBA. Projet labellisé E2C1.

Les 115kg/m2 sdp correspondent à un équivalent de 270m3 de produit bois mis en œuvre, soit environ 110 arbres de haute futaie correspondant à 1 hectare de forêt pour 1000m2 de sdp.

Bois PEFC ou FSC.

Le projet est certifié Passiv Haus avec un Cep<50kWhep/m2.a sans ENR et un niveau Bbio de 22 points (-70%).

Le bilan E2C1 base INIES 2018 est de 1269,40kgeqCO2/m2 pour 1710 en C1 et 1067 en C2.

Le PCE de l’opération (base INIES 2018) est de 455kgeqCO2/m2 pour 750 en C2.

Le projet est E2C1 car il ne comporte pas d’ENR et est alimenté en gaz. Il est équipé de récupérateur de chaleur sur eau usée individualisé sur douche et ventilation double flux à récupérateur de chaleur et échangeur adiabatique centralisé.

Le projet est pré-équipé en toiture pour recevoir 30kWc (130m2) sur une toiture en membrane à haut pouvoir de réflectance solaire AlkorSolar (lutte contre le phénomène d’ilot de chaleur).

L’implantation de PV en toiture permet d’atteindre le niveau BePOS Effinergie et le niveau E3C2.

Les nouvelles données INIES + prise en compte de l’ACV dynamique permettrait d’abaisser le niveau PCE.

Le bilan Eges sur consommation Chauffage et ECS est de 8,5kgeqCO2/m2.a donc inférieur aux futures exigences de la RE2022 sur le collectif.

Le projet permet de stocker 315teqCO2 (stockage) et contribue pour 270teqCO2 à l’atténuation du changement climatique (absorption, substitution).

Le projet a été conçu suivant une approche Low Tech :

  • 1 chaudière gaz centralisée de 20kW pour la production EC et ECS des 17 logements,
  • 1 seule boucle EC,
  • 1 ballon ECS à échangeur hydraulique par logement,
  • 1 récupérateur de chaleur statique sur EU douche par logement,
  • 1 CTA double flux à récupération de chaleur et échangeur adiabatique centralisée,
  • Chauffage par batterie eau chaude sur Air Neuf de chaque logement commandé par thermostat individualisé.
  • Pas de radiateur.

Les coûts P1,P2,P3 en phase conception ont été estimés à moins de 1€/m2 shab/an pour une DVR de 30 ans.

Suivant observatoire des charges de CDC habitat sur REX 2017/2018 :

Sur la base de comparatifs de résidences équivalentes (base RT2012 ) du patrimoine CDC Habitat de moins de 10 ans construites entre 2011 et 2017, il en ressort les performances et économies suivantes :

– Consommation d’eau = -25%
– Consommation de chauffage et ECS (P1) = – 60% : 3,25€/m².a contre 8,65€/m².a pour l’équivalent patrimoine CDC
– Consommation P1 + poste P2 entretien maintenance = -35%

Le surcoût sur le P2 s’explique d’une part par la petite taille de l’opération – 17 logements – et par le fait que les équipements VMC double flux, ballons à échangeur hydraulique, sont encore peu courant et n’ont donc pu être intégrés aux contrats cadre de CDC + contrat de maintenance assujetti à une astreinte de veille 24h/24 et 7jrs/7.

Voir lien p140/142 :

https://www.codifab.fr/actions-collectives/bois/limiter-lusage-des-equipements-quelles-solutions-pour-la-construction-bois-2537

Critère n°2 : INCLUSION

Projet présenté aux habitants du quartier lors d’une réunion de présentation avec la Ville.

Le Permis de construire n’a fait l’objet d’aucun recours.

Partenariat réalisé avec l’agence locale de l’énergie (MVE) sur le suivi et l’accompagnement de la livraison de la résidence sur 3 ans en parallèle de l’instrumentation sur 3 ans du bâtiment en partenariat avec l’Ademe IdF.

Réalisation d’un guide d’usage distribué à chaque nouvel habitant de la résidence.

2 locaux d’activité à RdC de 50 et 60m2

Programme mélangeant financements PLS, PLAI et PLUS.

17 logements comprenant 7T1, 4T2, 4T3, 1T4 et 1T5

1 logement adapté PMR.

Suivant retours de l’antenne de Gestion, les habitants semblent satisfaits voire plutôt fiers d’habiter cette résidence tout bois. Pas de plainte et très faible rotation comparativement à d’autres résidences. Pas de tags en façade là où la rue Girard n’en est pas privée.

Voir reportage BFM :

https://www.youtube.com/watch?v=oI-pWzwKkfE&t=1s

Critère n°3 : RÉSILIENCE

Le projet en conception a été testé avec des climats défavorables en prenant les stations météo de Toulouse (confort d’été) et de Trappes (confort d’hiver).

Les dispositifs mis en place pour le confort d’été et la lutte contre les îlots de chaleur sont :

  • 60% des logements traversants (seuls les T1 sont mono-orientés au Sud)
  • Forte isolation – triple vitrage et Uparoi moyen < 0,15W/m2K
  • Façades ventilées,
  • Protections solaires par casquettes brise soleil et volets coulissant ajourés (laissant pénétrer la lumière naturelle),
  • Ventilation double flux avec fonction adiabatique de récupération d’humidité,
  • Toiture « cool roof » avec indice SRI>90
  • Végétalisation de la façade Nord (évapotranspiration).

Possibilité d’ajouter une PAC sur la CTA pour rafraichir l’Air Neuf.

Démarche Passiv Haus.

Critère n°4 : CRÉATIVITÉ

Partenariat avec l’agence locale de l’énergie MVE pendant 3 ans sur l’accompagnement des locataires.

Mise en place pendant deux ans d’une animation locataire avec des paysagistes pour développer l’appropriation du jardin partagé, culture des carrés potagers et mise en place de démarche de compost et sensibilisation à l’agroécologie

Pour CDC HABITAT représenté par Grand Paris Habitat ce projet comporte de nombreuses innovations.

  • Acceptabilité de l’ouvrage pour l’agence de gestion et les futurs locataires. En effet, l’absence de radiateurs dans les logements et l’usage d’un bâtiment bois ventilé en double flux a nécessité une communication et information inhabituelle et des moyens spécifiques pour cette appropriation (plaquettes, livrets, réunion, accompagnement…)

Techniquement en dehors des arbitrages pour la pose d’équipements inhabituels comme la ventilation double flux et le chauffage sur l’air, les récupérateurs de calories sur les douches, le bâtiment tout bois y compris la cage d’ascenseurs…, CDC HABITAT – GPH a pris le partis d’équiper les logements de capteurs pour 3 ans, permettant ainsi un vrai retour

  • des performances du bâtiment.
  • La taille de l’opération, mais aussi sa spécificité et le nécessaire besoin de maîtriser les modalités d’exécution au plus près des entreprises nous ont fait retenir le corps d’états séparés. Cependant nous avons pris le parti de constituer des macro lots pour des ensembles cohérents et limiter le nombre d’intervenants. C’est ainsi qu’un macro lot pour l’enveloppe du bâtiment a été constitué pour la meilleure réalisation possible des assemblages et de l’étanchéités à l’air du bâtiment. Nous avons en interne, beaucoup appris de cette forme de montage pour l’application à d’autres opérations, ceci également en prévision du renforcement de la Maîtrise d’Ouvrage Direct dans le Groupe.
  • Egalement disposition prisent pour confier à l’équipe de Maîtrise d’œuvre la mission exé pour les lots techniques afin d’optimiser le dimensionnement principalement des réseaux et ainsi leur bonne intégration dans le bâtiment.
  • Une réflexion est en cours pour l’adaptation de nos contrats de maintenance à la spécificité de ce type de bâtiment (entretien simplifié, mais aux fréquences modifiées – double flux…)

Critère n°5 : POTENTIEL DE RÉPLICABILITÉ

Le projet à R+5 tout bois en technique ossature bois est l’un des plus haut dans cette technique constructive en France voir en Europe. La technique ossature bois est la moins chère et la plus développée parmi les entreprises de charpente française. Le coût travaux de l’opération et les coûts d’entretien-maintenance, les gains sur les consommations énergétiques réelles des locataires, les charges, ainsi que les retours positifs de l’antenne de gestion qui n’ont à déplorer aucun sinistre notoire, voire une gestion simplifiée du fait de l’absence de radiateur (plaintes froid/chaud ou fuites) ou dommage ouvrage après 5 ans de mise en service en font une opération exemplaire tout à fait reproductible.

Pour CDC HABITAT – GPH après retour d’expérience et appropriation d’une opération bois dans toutes ses composantes, coût d’exploitation, gestion locative etc il est apparu la nécessité d’accélérer sur ces sujets de construction décarbonnées.

GPH fort de ses adhérents (structures diverses confiant des missions d’accompagnements réhabilitation mais aussi constructions neuves) et conscient des enjeux, a signé à l’automne dernier le pacte fi bois pour l’utilisation du bois dans la construction et la réhabilitation. Des échanges ont lieu avec nos 15 adhérents au sein d’une « GPH Académie » et le bois prend tout sa place dans cette organisation. Une publication sur le sujet (ci-joint le lien)

https://groupe-cdc-habitat.com/actualites/cooperer-la-lettre-de-grand-paris-habitat-et-de-ses-adherents-numero-special-construction-bois/

Ainsi en se fixant des objectifs d’emplois du bois et groupant la démarche avec ses adhérents, ce bâtiment en tant que précurseur chez CDC HABITAT – GPH trouve toute sa place comme modèle et guide pour reproduire tout ou partie des enseignements de sa construction et de son exploitation.

Formée aux affaires internationales et européennes entre l’Angleterre et la France dans le cadre d’un double diplôme Sciences-Po Lille / Université du Kent, Marion a débuté sa carrière en plaidoyer et relations institutionnelles des organisations non gouvernementales, dans le secteur du commerce équitable (Label Max Havelaar France). Ses expériences sont aussi en lien avec les territoires, avec un passage en coopération décentralisée à l’échelle d’un conseil départemental.

Voir son profil Linkedin

Issue des sciences sociales, de l’histoire de l’art et de l’architecture, après diverses expériences dans la gestion de projets culturels et la production audiovisuelle, Camille a travaillé dans la communication au sein du groupe VINCI : depuis les grands projets à l’international jusqu’à La Fabrique de la Cité, think tank dédié à la prospective urbaine

Voir son profil Linkedin

Carla DONCESCU

Diplômée d’un master 2 en Economie du Développement à Panthéon-Sorbonne, et actuellement en formation alternance du Master 2 Relation Internationale et Action à l’Etranger dans la même Université, c’est à travers ces différents prismes et ses expériences à l’internationale qu’elle approche les problématiques de villes et territoires durables.

Voir son profil Linkedin

 

Manon EXBALIN

Diplômée d’un Master en sociologie de la communication, Manon a travaillé précédemment pour Greenpeace, la Mairie de Paris (en particulier pour venir en aide aux étudiants), et le Ministère de la Transition Ecologique (DGALN – Mission Communication).

Voir son profil Linkedin 

Géographe de formation (Université d’Etat de Saint-Pétersbourg), elle a débuté au poste de géographe économiste à l’Académie d’Économie Agricole (Russie), avant de poursuivre sa carrière en France, en tant qu’assistante administrative et comptable (Air Liquide, Association TGV Provence Côte d’Azur, COFHUAT, Groupe Hervé)

Voir le profil Linkedin

Avant de rejoindre l’équipe FVD, il a occupé plusieurs postes dans la gestion des collectivités  locales. Allant d’élu et adjoint au maire de sa ville natale Besançon, chargé des relations universitaires et de la coopération internationale puis Directeur du Développement économique de la Ville de Pantin, pour ensuite être directeur de cabinet à Montreuil où il a notamment piloté la refonte en profondeur du projet urbain vers davantage d’écologie et de développement durable, Il continue son parcours en tant que Haut Responsable de la Résilience de la Ville de Paris.

Il promeut une vision holistique et systémique du développement durable et apporte son expérience/expertise en résilience territoriale et en transition écologique et sociale.

Voir son profil Linkedin

 

X