Mode sombre

BARACHER MATHAT

Une réalisation proposée par ANCT cœur de ville

Bâtiments

Contributeur

Référent :  Christine POULLIN
Contact : 

[email protected]
02 48 52 65 63

Descriptif

Le projet concerne un ancien site industriel situé à proximité de l’artère principale de la Ville et jouxtant le théâtre municipal de la ville, datant du début 20ème siècle.

Le site est composé de 2 bâtiments formant en L en limite de propriété sur la rue créant ainsi une cour intérieure en cœur d'îlot. Le bâtiment est constitué de poteaux en brique et plancher bois, sur 2 niveaux plus combles. Il y a d’importantes différences de hauteurs de planchers dans les étages en raison des différentes phases de construction de l’ensemble ainsi que des spécificités de son ancien usage.

L’entreprise « Baracher Mathat », dernière activité commerciale qui occupait ce site, a quitté les locaux pour la zone d'activité de l'Aujonnière en périphérie. Spécialisée depuis plus de cent ans dans le commerce interentreprises de fournitures et équipements industriels divers, elle a été rachetée en 2010. Les locaux du centre-ville n’étaient plus adaptés à la fréquence des livraisons et les normes d’accessibilité du 21ème siècle.

Friche commerciale, cet ensemble immobilier jouxte l’emprise du théâtre du Mac-Nab dont l’entrée principale est située au centre de l’axe du centre-ville de Vierzon, l’avenue de la République. Cette avenue relie la Gare de Vierzon à la mairie.

Chaque année, le Mac-Nab est victime de son succès. Théâtre municipal au cœur de la Ville, il est un des 3 piliers de l'action culturelle municipale. Il comprend une salle de 498 places, un espace bar le « Mac-Nab Café », un hall d'accueil avec mezzanine pouvant accueillir des expositions temporaires et un espace plus intime baptisé « la Pergola ».

Cette réalisation concerne l’opération d’aménagement d’un ensemble immobilier en tiers lieu sur le thème “restauration et culture”.

Les orientations programmatiques tendent à faire émerger un projet de type tiers lieu afin de faire naître un lieu branché pour boire, manger et se cultiver.

Un concept de « restauration culturelle », à la fois comptoir gourmet et lieu d’événements culturels qui s’intègrera avec l’offre déjà mise en place par le théâtre du Mac-Nab et la valorisation de la gastronomie locale au travers des cinq AOC existantes en Berry. Ce lieu intégrera les artisans et producteurs locaux volontaires sous la forme de halle gourmande avec des activités de production et de transformation, voire de co-working culinaire et d’activités de services.

La finalité d’un tel lieu à Vierzon est de qualifier les flux existants provoqués par une démarche culturelle qui sera complétée par une offre de service gastronomique conviviale et participative. Les espaces s'articuleront autour d'une zone de convivialité propice aux repas comme à la discussion ou au travail. Un espace marchand et un espace pédagogique permettront de faire la promotion de la culture culinaire et viticole locale et de ses filières ; mais également de mener des actions éducatives et pédagogiques en direction de tous les publics (scolaires, familles, adultes...).

Les enjeux sont :

  • Mêler des activités de destination avec l’offre de proximité,
  • Assurer l’élaboration et la concrétisation de concepts attractifs et singuliers, qui généreront des flux de visiteurs au-delà de l’échelle de la commune : concepts culturels, évènementiels et commerciaux
  • Assurer l’équilibre économique de l’ensemble du dispositif, y compris les travaux de réhabilitation et l’acquisition des locaux
  • Doter le territoire d’un site structurant de taille intermédiaire (300 à 500 m²)
  • Diversifier l’offre, pour développer des démarches d’innovation
  • Renforcer l’image et la notoriété du territoire
Thématiques : 
  • Construction
  • Matériaux
Échelle : 
  • Bâtiment

Fiche d'identité

marker  Centre-Val de Loire / Vierzon
Type de territoire : 
  • > 20 000 < 100 000 habitants
Surface bâtie :  693 m²
Coût du projet :  600 000 € HT
Maîtrise d'ouvrage :  VILLE DE VIERZON Place de l’hôtel de ville BP 337 18103 Vierzon Cedex
Maîtrise d'oeuvre :  SERERO Architectes Urbanistes 136, Avenue Parmentier 75011 PARIS
Partenaires associés :  Café O’Berry , Les Fourmis Vierzonnaises , association « Energie Citoyenne

Distinctions

Labels / certifications :  Création d‘un tiers-lieu dans l’ancienne usine Baracher Mathat : Appel à manifestation d’intérêt « Réinventons nos cœurs de ville », Banque des Territoires, 2019

Évaluation du projet*

sur la base du déclaratif du contributeur

Critère n°1 : SOBRIÉTÉ

Le projet consiste en l’aménagement d’une friche industrielle en cœur de ville, l’ancienne usine Baracher Mathat d’une superficie de 693 m².  Par conséquent, l’impact foncier est clairement identifié comme étant celui de limiter l’artificialisation des sols en centre-ville en réhabilitant un immeuble vide. La réunion d’associations citoyennes fondées sur le modèle de l’économie sociale et solidaire permet de prévenir les externalités négatives en favorisant la conscience citoyenne autour des principes d’entraide et d’échanges notamment intergénérationnels, de circuits courts, d’alimentation saine et de consommation raisonnée des ressources.

La mise à disposition à titre gracieux des locaux par la Ville doit permettre de pérenniser les actions des associations.

La réhabilitation du lieu par le Cabinet SERERO Architecture, retenu dans l’appel à projet de la Ville intervient dans ce cadre, en insistant principalement sur la réhabilitation du bâtiment.

Dans le projet, la Ville entend également laisser un espace aux résidences artistiques : le logement de l’étage ainsi que la pièce attenante et les espaces libres permettront aux artistes de développer leur créativité, en lieu avec ce lieu emblématique de la Ville, les associations présentes, leur modèle économique, et les habitants.

La réhabilitation de l’immeuble porte sur la réhabilitation des locaux et une consommation raisonnée des ressources.

Les associations ont aménagé leurs espaces et les locaux à partir de meubles et matériaux recyclés.

Aucune étude ACV n’a été conduite mais le projet s’inscrit dans le cadre d’un Appel à projet ACV « Réinventons nos cœurs de Ville » dont Vierzon a été lauréate.

Mesures mises en œuvre :

Le bâtiment sera réhabilité et renforcé sur le plan thermique pour améliorer le confort intérieur de ses occupants.

La logique de sobriété est le principe de fonctionnement du lieu, qui doit pouvoir fonctionner sur la base de la consommation raisonnée, du remploi des matériaux et du recyclage.

Le projet fonctionne sur l’idée de liens entre les associations, entre ces dernières et la Ville (Institution) et entre les associations, la Ville et ses habitants, augmenté du lien à venir avec les artistes qui prendront résidence dans les locaux mis à leur disposition dans l’immeuble.

Pour la maintenance et l’entretien, la Ville appuie les associations dans leur fonctionnement : loyers à titre gracieux, grosse maintenance et entretien par les services techniques municipaux.

Le projet repose sur l’idée d’une économie responsable, et doit emmener les habitants vers la réflexion de leur investissement vers une consommation économique solidaire et citoyenne.

Critère n°2 : INCLUSION

Les associations sont appelées à donner leur avis et à transmettre leurs observations sur le projet développé par l’architecte lors de la réhabilitation de l’immeuble et du bâti.

Les projets des associations renforcent le lien entre ces dernières et les habitants, et entre les artistes en résidence, les associations et les habitants.

Il s’agit « d’inventer » ce que doit devenir ce lieu, selon les projets, les usages et les habitants qui viendront investir et s’investir dans cet espace.

Oui, le projet repose sur le principe de mixité sociale, générationnelle et son fonctionnement doit amener tous les publics à venir partager l’utilisation du lieu : utilisation associative, citoyenne, culturelle.

Le projet porte une attention particulière aux populations les plus vulnérables en ce qu’il s’adresser à tous les habitants et que ces lieux d’accueil (Café O Berry et Les Fourmis vierzonnaises notamment) accueillent déjà (avant la fermeture du lieu pour raison sanitaire COVID) en mixité l’ensemble des populations de la ville.

A ce stade, le peu de recul et l’ouverture sur un temps court du lieu pour cause de COVID19 ne permet pas de s’avancer sur un retour d’expérience avéré.

En revanche, les premiers retours permettent de penser que ce lieu sera un lieu central de la vie vierzonnaise, mixant associations, passages des habitants dans un lieu convivial, et lieu culturel de créativité, en lien avec le théâtre municipal situé juste à côté et les autres lieux de culture du territoire vierzonnais.

Critère n°3 : RÉSILIENCE

La création du lieu a émergé à la suite de demandes concomitantes des associations désormais locataires, ayant un objet social fondé toutes trois autour de l’économie sociale et solidaire.

La création de ce lieu a été l’occasion pour la municipalité de démontrer davantage encore son soutien aux initiatives citoyennes, à l’économie sociale et solidaire, tout en revitalisant son cœur de ville dans le périmètre Action cœur de ville et NPRU.

La création de ce lieu de culture vierzonnaise (au sens large) accompagne donc la revitalisation commerçante et économique du cœur de ville.

Non, pas de diagnostic de ce genre

Critère n°4 : CRÉATIVITÉ

  1. Café O’Berry –  Ce café associatif a pour objet d’animer le lieu en partenariat avec les habitants, les associations locales et en particulier les étudiants, les jeunes, les seniors, les structures dédiées à la vie en collectivité et Favoriser ainsi les rencontres et les échanges et les activités intergénérationnelles participant au développement de l’animation socio-culturelle. De fait, l’association contribue à la création d’une activité associative tournée vers les rencontres entre et envers les habitants, et la mixité sociale et générationnelle.
  2. « Les Fourmis Vierzonnaises » – est une association qui promeut pour sa part l’alimentation saine, de qualité et accessible à tous, en créant notamment une épicerie coopérative participative, et en favorisant les circuits courts de distribution tout en aidant au développement d’une agriculture locale respectueuse de l’environnement et des producteurs. Cette initiative est donc vertueuse en elle-même et de par l’importance et l’influence qu’elle doit gagner parmi les habitants, elle doit pouvoir d’une part renforcer la mixité et le lien social avec les quartiers où elle s’implantera mais aussi participer au développement de nouvelles cultures et d’un nouveau mode de consommation mais aussi de production sur le territoire
  3. L’association Energie Citoyenne en pays de Vierzon promeut et accompagne accompagner des projets citoyens pour la production d’énergies renouvelables, l’économie d’énergies, le stockage et la distribution d’énergies et sensibilise ales citoyens à l’impact de leur consommation d’ énergie, et de diffuser les expériences des projets citoyens. C’est donc une nouvelle économie qui est ici intégrée, sur le principe de ses deux « colocataires »  et de l’économie sociale et solidaire qui encourage un modèle économique raisonné et citoyen.

Le projet est en soi innovant car il constitue une réponse à un appel à manifestation d’intérêt ANCT  (ACV).

Il fait appel à de nouveaux outils et méthodes en ce qu’il oblige à un travail en mode « projet » de l’ensemble des acteurs de la ville : collectivité, associations, artistes au service des habitants.

Son fonctionnement flexible permet de s’adapter extrêmement rapidement aux demandes nouvelles et aux besoins qui seraient formulés par les habitants.

Critère n°5 : POTENTIEL DE RÉPLICABILITÉ

Ce projet est réplicable en ce qu’il repose sur le principe d’existence et de fonctionnement des « tiers lieux ».

Il est en revanche intrinsèquement vierzonnais de par son organisation et ses modalités d’ouverture aux habitants, car lié évidemment au territoire où il est implanté et où doit se développer.

Formée aux affaires internationales et européennes entre l’Angleterre et la France dans le cadre d’un double diplôme Sciences-Po Lille / Université du Kent, Marion a débuté sa carrière en plaidoyer et relations institutionnelles des organisations non gouvernementales, dans le secteur du commerce équitable (Label Max Havelaar France). Ses expériences sont aussi en lien avec les territoires, avec un passage en coopération décentralisée à l’échelle d’un conseil départemental.

Voir son profil Linkedin

Issue des sciences sociales, de l’histoire de l’art et de l’architecture, après diverses expériences dans la gestion de projets culturels et la production audiovisuelle, Camille a travaillé dans la communication au sein du groupe VINCI : depuis les grands projets à l’international jusqu’à La Fabrique de la Cité, think tank dédié à la prospective urbaine

Voir son profil Linkedin

Carla DONCESCU

Diplômée d’un master 2 en Economie du Développement à Panthéon-Sorbonne, et actuellement en formation alternance du Master 2 Relation Internationale et Action à l’Etranger dans la même Université, c’est à travers ces différents prismes et ses expériences à l’internationale qu’elle approche les problématiques de villes et territoires durables.

Voir son profil Linkedin

 

Manon EXBALIN

Diplômée d’un Master en sociologie de la communication, Manon a travaillé précédemment pour Greenpeace, la Mairie de Paris (en particulier pour venir en aide aux étudiants), et le Ministère de la Transition Ecologique (DGALN – Mission Communication).

Voir son profil Linkedin 

Géographe de formation (Université d’Etat de Saint-Pétersbourg), elle a débuté au poste de géographe économiste à l’Académie d’Économie Agricole (Russie), avant de poursuivre sa carrière en France, en tant qu’assistante administrative et comptable (Air Liquide, Association TGV Provence Côte d’Azur, COFHUAT, Groupe Hervé)

Voir le profil Linkedin

Avant de rejoindre l’équipe FVD, il a occupé plusieurs postes dans la gestion des collectivités  locales. Allant d’élu et adjoint au maire de sa ville natale Besançon, chargé des relations universitaires et de la coopération internationale puis Directeur du Développement économique de la Ville de Pantin, pour ensuite être directeur de cabinet à Montreuil où il a notamment piloté la refonte en profondeur du projet urbain vers davantage d’écologie et de développement durable, Il continue son parcours en tant que Haut Responsable de la Résilience de la Ville de Paris.

Il promeut une vision holistique et systémique du développement durable et apporte son expérience/expertise en résilience territoriale et en transition écologique et sociale.

Voir son profil Linkedin

 

X