Mode sombre

Aménagement dunaire au service de la lutte contre la submersion marine

Une réalisation proposée par Lorient Agglomération

Conception Management et gouvernance Vie locale

Contributeur

Référent :  Lorient Agglomération
Contact : 

O.PRIOLET – opriolet@agglo-lorient.fr

Descriptif

Gâvres est une presqu’ile littorale reliée au continent par un tombolo, le secteur urbain de la grande plage en façade océanique est très exposé aux submersions marines avec des évènements majeurs en 2001 et 2008.

L’élévation du niveau de la mer, l’augmentation de la fréquence et de l’intensité des tempêtes engendrent une érosion côtière et des risques de submersions marines accrus sur le secteur urbanisé de la grande plage de Gâvres

Afin de protéger les biens et les personnes face aux risques d’érosion et de submersion marine Lorient Agglomération a mis en œuvre une opération s’appuyant sur des solutions fondées sur la nature.

Cette opération avait pour objectif de limiter l’érosion et la submersion marine en retenant et stabilisant le sable sur site : optimisation des épis existants, restauration de secteurs dunaires, stabilisation du haut de plage, canalisation du public, pose de nouveaux épis en rondin de bois perpendiculaires à la plage. Développer une culture du risque et assurer un suivi des ouvrages avec l'implication des citoyens.

Thématiques : 
  • Aménagement
  • Milieux naturels et aquatiques, biodiversité
  • Participation citoyenne
  • Coopérations territoriales
  • Sécurité
Échelle : 
  • Territoire

Fiche d'identité

marker  Bretagne / Gâvres
Type de territoire : 
  • < 20 000 habitants
Coût du projet :  Lorient Agglomération a investi près de 515 000 €.
Maîtrise d'ouvrage :  Lorient Agglomération
Maîtrise d'oeuvre :  Lorient Agglomération
Partenaires associés :  Commune de Gâvres, Université de Bretagne Sud (UBS)

Distinctions

Concours / récompenses :  Lauréat de la catégorie « Réduction des risques climatiques » - Trophées d'adaptation au changement climatique Life Artisan 2022

Médias

➡ Consulter la fiche du projet

Évaluation du projet*

sur la base du déclaratif du contributeur

Critère n°1 : SOBRIÉTÉ

S’agissant d’un milieu naturel sous l’influence des marées et des tempêtes saisonnières, certains agencements peuvent être ponctuellement détériorés. Les suivis continus offrent la possibilité d’analyser les dynamiques naturelles sur site et de procéder à des adaptations au cas par cas, notamment en fonction des accrétions de sable. Cette surveillance est renforcée pendant les périodes météorologiques plus agitées (octobre à avril) pour permettre un ajustement des aménagements.

LES TRAVAUX SUR LA PLAGE INTERTIDALE ET L’ESPACE DUNAIRE SE SONT DÉCOMPOSÉS EN QUATRE PHASES :
1. Une optimisation des épis existants pour une meilleure circulation sédimentaire.

2. Une implantation de trois épis hydrauliques en rondins de bois contribuant à réduire l’effet érosif et permettant une accumulation homogène du sédiment en amont comme en aval des épis.

3.Une mise en place d’alignement, de casiers de ganivelles et d’algobox © pour canaliser la fréquentation et fixer le sable et la végétation.

4.Une restauration d’un espace dunaire dégradé à l’extrémité de la digue de promenade afin d’accroître la réserve de sable et la fonction « pare-chocs » naturels contre les assauts de la mer

Critère n°2 : INCLUSION

Un suivi mensuel des aménagements intègre deux outils participatifs et de sensibilisation des populations :
> Le dispositif Coast Snap : les usagers réalisent des photos de la plage transmises à la base de données de l’UBS pour mesurer l’évolution de la plage au fil des mois (Lauréat des Trophées de l’ingénierie territoriale 2021) ;
> L’Observatoire citoyen du littoral : une équipe de bénévoles gâvrais réalise un suivi des aménagements en s’appuyant sur un protocole de l’UBS.

Critère n°3 : RÉSILIENCE

L’observatoire du littoral et de l’érosion côtière (Lorient Agglomération) et l’Université de Bretagne Sud (UBS) ont réalisé un suivi mettant en évidence la très forte fragilité du littoral marin de Gâvres due à un transit sédimentaire d’ouest en est. Des études de modélisation de l’évolution du trait de côte ont permis d’identifier les impacts climatiques futurs. Ces enjeux motivent une stratégie à long terme pour préserver à la fois les personnes, mais également les biens, les infrastructures et la nature.

Les différentes études ont permis de mieux comprendre la façon dont le sable se déplace sur la plage en fonction des marées mais aussi des phénomènes météorologiques et notamment des tempêtes et de proposer ces solutions concrètes d’aménagement mises en œuvre aujourd’hui.

  • Captation et stockage des volumes de sable qui transitent sur la plage pour fixer la dune et modérer l’érosion marine : Sur certains secteurs, des gains jusqu’à un mètre de sable supplémentaire ont été constatés en moins d’une année. L’augmentation progressive du volume de sable disponible et de l’altitude du profil de la plage a favorisé un développement rapide d’une végétation diversifiée.

La dune constitue ainsi le premier rideau d’absorption de l’énergie de l’océan et protège ainsi les zones basses de Gâvres.

 

  • Essor et implantation d’une faune et flore spécifiques des milieux dunaires :
    > expansion de l’oyat, la giroflée ou le panicaut maritime, espèce emblématique protégée des dunes ;
    > nidification du gravelot à collier interrompu, inscrit sur la liste rouge des espèces menacées, favorisée par les agencements doux
    réalisés.

Critère n°4 : CRÉATIVITÉ

La qualité et l’intégration paysagère des aménagements pour prendre en compte les différents usages touristiques du secteur (nautiques, balnéaires, récréatifs), levier majeur pour l’économie du territoire, et contribuer à affirmer ce site comme porte d’entrée du grand site dunaire de Gâvres-Quiberon.

Le projet d’aménagements s’appuie sur des solutions d’adaptation fondées sur la nature (SafN), offrant ainsi une maîtrise des coûts et une réversibilité des actions réalisées par rapport à des solutions classiques. Le choix des SafN a permis :

de garantir une faculté du milieu naturel à affronter des évènements météorologiques majeurs :
• pour protéger les personnes, les biens et les infrastructures face au changement climatique
• pour restaurer des secteurs naturels dégradés et redonner à la nature sa capacité de résilience (nourrir la dune, permettre le transit sédimentaire…) ;

> de renforcer la culture du risque chez les Gâvrais et de les rendre acteurs de la protection de leur territoire, tels des sentinelles du littoral (outils participatifs) ;

> d’accroître l’attractivité des paysages.

Critère n°5 : POTENTIEL DE RÉPLICABILITÉ

Oui, en procédant à des adaptations au cas par cas.

Photo-circulaire-alice

Originally from Savoie, Alice is currently studying a Master’s degree in Sustainable Territorial Development. After having focused her professional life in the tourism sector and the search for a way to reconcile tourism and environmental issues, she joined Sustainable City by France. This organisation, fully committed to the transformation of territories, allows her to discover more about sustainable city, in a theoretical way (working groups and scientific committee) but also in applied way, by territorial workshops.

See her LinkedIn profile 

Photo-circulaire-tara

Currently studying as a second-year Master’s student in International Relations at University Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Tara holds a Bachelor’s degree from INALCO, with a double-major in Hindi language, and International relations / Environmental studies. Her work with us is in line with her former experiences at UNESCO and the Ministry of Europe and Foreign Affairs, thus deepening her professional expertise in the field of environmental diplomacy and international cooperation for sustainable development.

See her LinkedIn profile

Photo-circulaire-carla

She holds a Master’s degree in Development Economics from the Panthéon-Sorbonne University and is currently studying for a Master’s degree in International Relations and Action Abroad at the same university. She approaches the problems of sustainable cities and territories through these different perspectives and her international experiences.

photo-isabelana

Isabelana is a Mexican journalist who holds a Master’s degree in Digital Communication and Data Analysis from the Sorbonne University. She previously worked in communication and press relations in the cultural sector in France and Mexico. Today, she is interested in ecological actions and solutions to preserve the environment and the biodiversity.

camille-waintrop-boyon-fvd

With a background in social sciences, art history and architecture, Camille has worked in communication within the VINCI group: from major international projects to La Fabrique de la Cité, a think tank dedicated to urban foresight.

A geographer by training (Saint Petersburg State University), she started as a geographer and economist at the Academy of Agricultural Economics (Russia), before pursuing her career in France as an administrative and accounting assistant (Air Liquide, Association TGV Provence Côte d’Azur, COFHUAT, Groupe Hervé)

Trained in international and European affairs between England and France as part of a double degree at Sciences-Po Lille / University of Kent, Marion started her career in advocacy and institutional relations of non-governmental organisations, in the fair trade sector (Max Havelaar France label). Her experiences are also linked to territories, with a passage in decentralised cooperation at the level of a departmental council.

sebastien-maire

Before joining the SCbF team, he held several positions in local government management. From elected official and deputy mayor of his native city Besançon, in charge of university relations and international cooperation, to Director of Economic Development of the City of Pantin, to Chief of staff in Montreuil – where he notably piloted the in-depth redesign of the urban project towards more ecology and sustainable development – he continued his career as Senior Resilience Officer of the City of Paris.

He promotes a holistic and systemic vision of sustainable development and brings his expertise in territorial resilience, ecological and social transition.

X