Mode sombre

ABC – Autonomous Building for Citizens

Une réalisation proposée par La ville de Grenoble, Bouygues Construction, SUEZ et le Ministère de la Transition Ecologique

Bâtiments Économie durable Réseaux Vie locale

Contributeur

Référent :  LINKCITY Sud Est
Contact : 

Roseline Legrand - [email protected]

Descriptif

Primée aux Trophées de la Construction de BatiActu le 15 septembre 2020, la résidence ABC (Autonomous Building for Citizens) livrée à l’été 2020 par les équipes de Linkcity et Bouygues Bâtiment Sud-Est, accueille depuis septembre 2020 les locataires des 62 logements intermédiaires et sociaux, acquis et gérés par Grenoble Habitat.

Issu des programmes de R&D menés par Bouygues Construction et développé par Linkcity, en partenariat avec SUEZ et Valode et Pistre architectes, ce concept est une première en France.
Concentré d’innovations, ce bâtiment vise l’autonomie en eau, en énergies et l’optimisation de la gestion des déchets. En effet, les eaux de pluie sont collectées et rendues potables, les eaux grises traitées et réutilisées. L’énergie produite par les voiles photovoltaïques est stockée grâce à des batteries et alimente en électricité l’immeuble, les logements et le chauffage. ABC propose une autre manière de penser et vivre l’habitat. Les déchets sont triés et valorisées via le compostage. Intégré à son environnement naturel, il y puise les ressources nécessaires à son fonctionnement.

Thématiques : 
  • Construction
  • Qualité du logement
  • Économie circulaire
  • Consommation responsable
  • Énergie
  • Grand cycle de l'eau
  • Digitalisation des services
Échelle : 
  • Bâtiment

Fiche d'identité

marker  Auvergne-Rhône-Alpes / Grenoble
Type de territoire : 
  • Métropole
Surface bâtie :  5085m² SDP
Coût du projet :  10,8M€HT (coût de construction)
Maîtrise d'ouvrage :  Linkcity : [email protected]
Maîtrise d'oeuvre :  Valode et Pistre Architectes : [email protected]
Partenaires associés :  Grenoble Habitat (propriétaire exploitant et gestionnaire), Bouygues Bâtiment Sud-Est (conception -construction), Suez , Région Auvergne Rhone Alpes, Ville de Grenoble, Grenoble Alpes Métropole, SEM InnoVia, GEG ENeR (Gaz électricité de Grenoble), Atelier POP CORN, Banque des territoires – groupe Caisse des Dépôts, ADEME, Etat – Programme d’investissements d’avenir - Grand Plan d’Investissement

Distinctions

Labels / certifications :  WELL logement – niveau Gold, E+C- (E3 C1), Bâtiment énergie environnement – logement neuf, BEPOS « tout usage »
Concours / récompenses :  Démarche EcoCité et du PIA Ville de demain - appel à projet « Innovations » de la Région Auvergne Rhône Alpes - Trophées de la construction - Top 10 Projet EcoCité Bim d’Or 2018 – Le Moniteur - 2nd place SUEZ Innovation Awards 2021(sur 150 projets soumis) – Catégorie 100% circular Green Solutions Awards, Construction 21 (En cours)

Évaluation du projet*

sur la base du déclaratif du contributeur

Critère n°1 : SOBRIÉTÉ

  • Foncier : Composé de deux bâtiments compacts en terrasses de R+4 à R+8, la densité du projet permet de limiter l’artificialisation des sols. L’absence de places de stationnement aussi d’éviter toute artificialisation superflue, et permet aux usagers de bénéficier de locaux vélos.
  • Biodiversité : la résidence comporte 360m² de jardins partagés, animés avec l’association Cultivons nos Toits et à destination des habitants.
  • Ressource en eau : objectif de consommation d’eau du réseau divisée par 3. Pour y parvenir :

L’eau de pluie est récoltée sur les 1130m² de toiture et potabilisée afin d’être utilisée pour la consommation courante. En complément, le recyclage d’eau grise propre est utilisée pour les WC et l’arrosage des plantes extérieures. Enfin, les équipements hydro-économes sont utilisés pour réduire la consommation, notamment une douche à recyclage type orbital. Ce dispositif s’appuie sur une centrale de traitement de l’eau mise en place par les équipes de Suez.

La construction utilise du béton bas carbone Vicat afin de limiter l’impact carbone de la construction.

Un isolant liège Weber a été mis en place dans une logique de matériaux bio-sourcés.

Une analyse ACV a été conduite de type E+C- (E3 C1).

Le bâtiment vise l’objectif ambitieux d’autonomie annuelle en énergie de 70% :

– La résidence comprend une ferme solaire de 688 panneaux photovoltaïques (soit 1130m²) l’électricité produite par la ferme solaire, gérée par GEG ENeR est stockée dans des batteries pour être disponible le soir, lorsque les habitants sont présents dans leurs logements ;

– Une partie de l’énergie nécessaire aux habitants est également récupérée sur les eaux

Grises : récupération de chaleur.

–  L’énergie dégagée par les batteries est également récupérée grâce à une pompe à chaleur.

Le projet tend à la passivité énergétique : BEPOS tout usages. 60 kWh/an/m²SHAB tout usage.

En complément, différents dispositifs techniques conduisent à une sobriété de fonctionnement :

  • Triples vitrages
  • Ventilation individuelle et collective double-flux
  • Radiateurs à batterie Lancey
  • Douches à recyclage
  • Application de suivi des consommations

Pré-équipement des cuisines en appareils éléctroménagers A+++

Les dispositifs cités dans le paragraphe précédent permettent d’appliquer la sobriété énergétique au fonctionnement du bâtiment.

De plus, le bâtiment dispose de compteurs individuels par logement : compteurs d’eau chaude, eau froide, eaux grises, comptage d’électricité par appareil éléctroménager, afin d’évaluer au plus près les consommations des habitants. Un bilan des résultats techniques et des usages réels est ensuite régulièrement effectué lors de 2 comités de pilotage par an pendant 5 ans.

Critère n°2 : INCLUSION

L’implication des habitants joue un rôle central dans la réussite de cette résidence conçue comme un véritable démonstrateur. À terme, son fonctionnement repose sur leur engagement et la capacité du collectif à adopter de nouvelles façons d’habiter sur la gestion des énergies, le tri des déchets, les déplacements et le vivre ensemble.

À ce titre, un dispositif spécifique de sensibilisation a été mis en place par Grenoble-Habitat dès la phase de commercialisation, soutenu par les équipes de Linkcity, à travers la mise en place de réunions d’informations, d’opérations portes-ouvertes, de visites de logements témoins, et de temps de découverte des installations pour favoriser l’adhésion des futurs habitants au concept ABC.

Cette démarche d’accompagnement portée par Grenoble Habitat se poursuit en 2021 et 2022 :

– déploiement de sessions de formation aux habitants pour la prise en main des équipements ;

– ateliers participatifs pilotés par les équipes de Grenoble Habitat et l’atelier Pop-Corn, spécialisé dans l’accompagnement des habitants. Ils ont pour vocation de guider et soutenir les habitants dans la réduction de leurs consommations, le tri des déchets et à favoriser la co-construction d’actions collectives ;

– animation et aide à la prise en main des 360 m² de jardins partagés avec l’association Cultivons nos Toits à tous les habitants ;

– showroom pédagogique de 50 m² expliquant le concept ABC, en libre accès pour les habitants du démonstrateur et accessible à tous dans le cadre des visites organisées par la Ville de Grenoble ;

– application digitale développée par les équipes de Bouygues Construction qui permet à chaque habitant de suivre en temps réel sur son smartphone les consommations de son logement et le comportement de son immeuble. Des capteurs mesurent en temps réel la performance des bâtiments.

Comprenant 42 logements intermédiaires et 20 logements sociaux ainsi qu’un local de quartier SEM Innovia, le projet favorise la mixité sociale et fonctionnelle dans une certaine mesure. En complément, le projet showroom pédagogique de 50 m² expliquant le concept ABC, en libre accès pour les habitants du démonstrateur et accessible à tous dans le cadre des visites organisées par la Ville de Grenoble.

Le projet comprend 42 logements intermédiaires et 20 logements sociaux exploités par Grenoble Habitat, et de ce fait se destine directement aux populations vulnérables.

Afin d’accompagner les habitants les plus vulnérables, une démarche d’accompagnement portée par Grenoble Habitat se poursuit en 2021 et 2022 :

– déploiement de sessions de formation aux habitants pour la prise en main des équipements ;

– ateliers participatifs pilotés par les équipes de Grenoble Habitat et l’atelier Pop-Corn, spécialisé dans l’accompagnement des habitants. Ils ont pour vocation de guider et soutenir les habitants dans la réduction de leurs consommations, le tri des déchets et à favoriser la co-construction d’actions collectives ;

Une enquête sociologique au niveau des habitants est en cours en 2021, menée par Bouygues Construction afin d’évaluer les retours d’expérience et les pistes d’amélioration possibles, mais ses résultats ne sont pas encore disponibles.

Un travail est en outre réalisé en concertation avec l’Université de Grenoble pour évaluer les changements de comportement des utilisateurs en termes d’usages et de consommations énergétiques.

Critère n°3 : RÉSILIENCE

Au lancement du projet en 2014, le diagnostic de résilience n’était pas prévu à notre connaissance. Le projet ABC est pensé dans une logique d’Atténuation du changement climatique (empreinte carbone, GES, prélèvement d’eau : assèchement de nappes).

Une étude réalisée en 2014-2015 par le CEA a permis de diagnostiquer le productible local. Le potentiel du site pour différentes énergies renouvelables a été évalué : solaire, éolien, hydrolien, système de cogénération, biomasse. Les modes de production d’énergie renouvelables ont été adoptés au productible local par la sélection de la production solaire.

Critère n°4 : CRÉATIVITÉ

Le projet contribue au dynamisme social à travers l’émulation de la vie sociale locale à travers différents moyens :

ateliers avec les habitants, émulation, jardin potager (réseau social)

  • Un local mutualisé situé dans le bâtiment est mis à disposition de la ville par la SEM pour organiser des activités culturelles et associatives ;
  • Les jardins mutualisés sont destinés à une activité partagée entre les habitants ;
  • Un showroom est mis à disposition des habitants de l’immeuble pour organiser des réunions ;
  • De plus, les acteurs du projet ont souhaité répondre à un besoin d’accompagnement des usagers dans la vie des bâtiments, des jardins partagés et du local mutualisé. L’Atelier POP CORN joue un rôle d’interface entre les habitants et les gestionnaires du bâtiment. Ces missions ont été construites par itération avec Grenoble Habitat qui expérimente la compétence d’un AMU afin de mettre en œuvre des innovations sociales. L’Atelier POP CORN a été missionné pour 5 ans, de l’amont des travaux jusqu’à 2 ans après la livraison du bâtiment. Une démarche de suivi évaluation de ces actions sera ensuite mise en place.

En 2014, le projet a mobilisé des séances de créativité et de focus groupe avec un panel représentatif des futurs habitants afin de tester en amont des innovations, et de tester leur degré d’acceptabilité, car ces innovations ont un impact sur les comportements au quotidien.

En outre, la participation au projet de l’Etat, de différentes échelles de gouvernance publique locale (commune, intercommunalité, région), d’entreprises privées (Bouygues Construction notamment) a démontré la possibilité pour ces acteurs d’innover conjointement au service d’un démonstrateur ambitieux.

Critère n°5 : POTENTIEL DE RÉPLICABILITÉ

Le démonstrateur ABC de Grenoble est pensé pour tester les dispositifs réplicables dans de futurs projets

  • Des livrets pédagogiques ont notamment été constitués dans ce but.

Le suivi des résultats techniques et des usages lors de 2 comités de pilotage par an pendant 5 ans permet de construire une base solide de retours d’expérience afin de préparer les prochaines étapes du projet.

Formée aux affaires internationales et européennes entre l’Angleterre et la France dans le cadre d’un double diplôme Sciences-Po Lille / Université du Kent, Marion a débuté sa carrière en plaidoyer et relations institutionnelles des organisations non gouvernementales, dans le secteur du commerce équitable (Label Max Havelaar France). Ses expériences sont aussi en lien avec les territoires, avec un passage en coopération décentralisée à l’échelle d’un conseil départemental.

Voir son profil Linkedin

Issue des sciences sociales, de l’histoire de l’art et de l’architecture, après diverses expériences dans la gestion de projets culturels et la production audiovisuelle, Camille a travaillé dans la communication au sein du groupe VINCI : depuis les grands projets à l’international jusqu’à La Fabrique de la Cité, think tank dédié à la prospective urbaine

Voir son profil Linkedin

Carla DONCESCU

Diplômée d’un master 2 en Economie du Développement à Panthéon-Sorbonne, et actuellement en formation alternance du Master 2 Relation Internationale et Action à l’Etranger dans la même Université, c’est à travers ces différents prismes et ses expériences à l’internationale qu’elle approche les problématiques de villes et territoires durables.

Voir son profil Linkedin

 

Manon EXBALIN

Diplômée d’un Master en sociologie de la communication, Manon a travaillé précédemment pour Greenpeace, la Mairie de Paris (en particulier pour venir en aide aux étudiants), et le Ministère de la Transition Ecologique (DGALN – Mission Communication).

Voir son profil Linkedin 

Géographe de formation (Université d’Etat de Saint-Pétersbourg), elle a débuté au poste de géographe économiste à l’Académie d’Économie Agricole (Russie), avant de poursuivre sa carrière en France, en tant qu’assistante administrative et comptable (Air Liquide, Association TGV Provence Côte d’Azur, COFHUAT, Groupe Hervé)

Voir le profil Linkedin

Avant de rejoindre l’équipe FVD, il a occupé plusieurs postes dans la gestion des collectivités  locales. Allant d’élu et adjoint au maire de sa ville natale Besançon, chargé des relations universitaires et de la coopération internationale puis Directeur du Développement économique de la Ville de Pantin, pour ensuite être directeur de cabinet à Montreuil où il a notamment piloté la refonte en profondeur du projet urbain vers davantage d’écologie et de développement durable, Il continue son parcours en tant que Haut Responsable de la Résilience de la Ville de Paris.

Il promeut une vision holistique et systémique du développement durable et apporte son expérience/expertise en résilience territoriale et en transition écologique et sociale.

Voir son profil Linkedin

 

X