Mode sombre

4 logements sociaux en béton de chanvre

Une réalisation proposée par Construction 21

Bâtiments Conception Réseaux

Contributeur

Référent :  Christine Désert, Co-fondatrice de North by Northwest architectes
Contact : 

Descriptif

Le projet se développe en plein cœur du quartier faubourien dit « Château Rouge », en pleine mutation urbaine, et cherche à s’insérer discrètement dans le paysage de la rue, en mettant l’usager et son confort au premier plan. Le plan masse est constitué d’un volume de 10mx12m implanté à l’alignement de la voie et ménageant à l’arrière un jardin partagé orienté au Sud, qui permet d’encourager une sociabilité entre voisins grâce à des potagers individuels hors-sol.

Ce bâtiment discret par son programme de 4 logements est exemplaire par sa technique innovante : ossature primaire métallique, ossature secondaire en bois avec remplissage en béton de chanvre. L'utilisation du béton de chanvre permet une sobriété énergétique, une sobriété constructive et une sobriété environnementale. Il se situe ainsi dans la tradition constructive parisienne d’une architecture à pans de fer et de bois et d’une esthétique faubourienne de façade lisse à la chaux.

Thématiques : 
  • Construction
  • Qualité du logement
  • Matériaux
  • Espaces publics et espaces verts
  • Énergie
Échelle : 
  • Bâtiment

Fiche d'identité

marker  Île-de-France / Paris
Type de territoire : 
  • Métropole
Date de livraison :  15/01/2014
Surface bâtie :  522m2
Coût du projet :  1 489 279,75 € HT
Maîtrise d'ouvrage :  RIVP
Maîtrise d'oeuvre :  North by Northwest Architectes – [email protected]
Partenaires associés :  LM Ingénieurs, MDETC

Distinctions

Labels / certifications :  BBC, H&E
Concours / récompenses :  Lauréat des Trophées Bâtiments résilients et prix Habitat collectif

Évaluation du projet*

sur la base du déclaratif du contributeur

Critère n°1 : SOBRIÉTÉ

  • Consommation annuelle d’eau de pluie récupérée :38,00 m3
  • Chauffage : Chaufferie gaz à condensation
  • ECS : Chaufferie gaz à condensation + Solaire thermique
  • Rafraîchissement : Aucun système de climatisation
  • Ventilation : VMC hygroréglable (hygro B)
  • Energies renouvelables : Solaire thermique
  • Production d’énergie renouvelable :2 150,00 %

Le projet est conçu en béton de chanvre projeté sur un fond de coffrage en Fermacell, plaqué sur une ossature secondaire en bois, elle-même fixée à une ossature primaire en acier. Matériau non structurel, conjuguant les qualités du chanvre et de la chaux, le béton est produit localement (Franche-Comté) et est issu d’une agriculture raisonnée (rotation des cultures, régénération des sols).

Le béton de chanvre étant plus qu’un isolant puisqu’il permet d’équilibrer l’humidité intérieure des logements, il dote le projet d’un grand confort thermique et d’usage. Il permet ainsi une réduction importante des déperditions, la mise en place d’un chantier propre et l’établissement d’un bilan carbone positif.  Ainsi, l’immeuble du 37, rue Myrha atteint le « profil A performance » et est un « Bâtiment Basse Consommation ».

 

Consommation énergétique :

  • Consommation d’énergie primaire :49,00 kWhep/m2.an
  • Consommation d’énergie primaire pour un bâtiment standard :101,30 kWhep/m2.an

Méthode de calcul : RT 2005

​Nous avons comparé trois typologies constructives et leur influence en termes d’émission de CO2 :
Un projet traditionnel en béton, isolation minérale respectant la RT 2005 :

  • Emissions liées à la construction : 494 kgeqCO2/m²
  • Emissions liées à l’utilisation : 1764 kgeqCO2/m²

Un projet traditionnels en béton, isolation minérale respectant la RT 2012 :

  • Emissions liées à la construction : 619 kgeqCO2/m²
  • Emissions liées à l’utilisation : 588 kgeqCO2/m²

Le projet structure acier, ossature bois et béton de chanvre respectant la RT 2012 et le Plan Climat :

  • Emissions liées à la construction : 218 kgeqCO2/m²
  • Emissions liées à l’utilisation : 588 kgeqCO2/m²

Les émissions liées à la construction et l’utilisation sont réduites par trois entre un projet traditionnel type RT 2005, et le projet béton de chanvre réalisé.

NC

Critère n°2 : INCLUSION

Le projet a fait l’objet d’une co-construction, impliquant un vrai travail d’équipe entre architectes et bureau d’études, de sorte à concevoir le projet le plus pertinent, innovant, et rationnel écologiquement. La confiance et le soutien de la maîtrise d’ouvrage dans cette équipe a permis la réalisation de ce projet ambitieux en termes de développement durable.

Le plan masse (jardin partagé à l’arrière orienté au sud avec des potagers) et le dessin des espaces intérieurs communs (hall généreusement dimensionné, éclairé naturellement) encourage une sociabilité entre voisins, la rencontre entre les habitants de l’immeuble.

Oui dans le sens où ce projet est projet de logement social.

Le confort thermique et d’usage permis par le béton de chanvre qui régule le taux d’humidité des pièces et donc le ressenti du froid et du chaud, a permis de baisser les charges des habitants.

Critère n°3 : RÉSILIENCE

L’utilisation du béton de chanvre permet par son bilan carbone positif, sa légèreté, sa facilité de mise en œuvre de répondre largement à l’enjeux climatique actuel. Plus spécifiquement, l’enjeu du chantier rue Myrha, et des situations parisiennes et de centre-ville plus généralement, est celui de la fragilité du sous-sol, des dimensions réduites de la parcelle, de l’étroitesse de la rue, et enfin de la présence du voisinage et la préservation de son confort pendant le chantier. Le béton de chanvre possède les qualités pour répondre à tous ces enjeux urbains : il permet en effet un chantier très peu nuisible : sa mise en œuvre est rapide, ne fait pas de bruit, prend peu de place, une simple bétonnière suffit, et ne demande pas d’acheminement de matériaux par des véhicules imposants et bruyants. Enfin sa légèreté permet des fondations peu profondes et peu coûteuses.

Non

Critère n°4 : CRÉATIVITÉ

Le chanvre est une fibre végétale qui est produite localement (dans certaines régions françaises comme la Franche-Comté, la Normandie et maintenant l’Ile-de-France) et, en étant issu d’une agriculture raisonnée (rotation des cultures, régénération des sols), son utilisation encourage le développement de cette agriculture ainsi que des filières d’exploitation, et des entreprises qui cherchent à innover par l’utilisation de ce matériau.

Le projet a mobilisé des innovations techniques par l’utilisation de trois différents matériaux (métal, bois, béton de chanvre), associés pour une grande performance technique et environnementale. Le travail d’équipe entre architectes et ingénieurs a permis d’expérimenter et de trouver des solutions adaptées (rapidité, chantier propre et peu nuisible, bilan carbone positif) pour répondre aux enjeux d’un contexte urbain contraignant.

Critère n°5 : POTENTIEL DE RÉPLICABILITÉ

Le projet est réplicable dans sa méthode : celle-ci répondant aux enjeux de la construction en centre-ville dense, elle est tout-à-fait reproductible dans des situations similaires. Elle a été appliquée avec succès pour le projet de 15 logements sociaux en béton de chanvre à Boulogne-Billancourt de North by Northwest Architectes pour I3F. Si l’ossature primaire n’est plus métallique mais en béton, l’ossature secondaire en bois et le remplissage en béton de chanvre constitue une nouvelle fois le cœur du projet, et cela pour répondre à des enjeux similaires (densité, parcelle étroite, attention portée au voisinage).

Formée aux affaires internationales et européennes entre l’Angleterre et la France dans le cadre d’un double diplôme Sciences-Po Lille / Université du Kent, Marion a débuté sa carrière en plaidoyer et relations institutionnelles des organisations non gouvernementales, dans le secteur du commerce équitable (Label Max Havelaar France). Ses expériences sont aussi en lien avec les territoires, avec un passage en coopération décentralisée à l’échelle d’un conseil départemental.

Voir son profil Linkedin

Issue des sciences sociales, de l’histoire de l’art et de l’architecture, après diverses expériences dans la gestion de projets culturels et la production audiovisuelle, Camille a travaillé dans la communication au sein du groupe VINCI : depuis les grands projets à l’international jusqu’à La Fabrique de la Cité, think tank dédié à la prospective urbaine

Voir son profil Linkedin

Carla DONCESCU

Diplômée d’un master 2 en Economie du Développement à Panthéon-Sorbonne, et actuellement en formation alternance du Master 2 Relation Internationale et Action à l’Etranger dans la même Université, c’est à travers ces différents prismes et ses expériences à l’internationale qu’elle approche les problématiques de villes et territoires durables.

Voir son profil Linkedin

 

Manon EXBALIN

Diplômée d’un Master en sociologie de la communication, Manon a travaillé précédemment pour Greenpeace, la Mairie de Paris (en particulier pour venir en aide aux étudiants), et le Ministère de la Transition Ecologique (DGALN – Mission Communication).

Voir son profil Linkedin 

Géographe de formation (Université d’Etat de Saint-Pétersbourg), elle a débuté au poste de géographe économiste à l’Académie d’Économie Agricole (Russie), avant de poursuivre sa carrière en France, en tant qu’assistante administrative et comptable (Air Liquide, Association TGV Provence Côte d’Azur, COFHUAT, Groupe Hervé)

Voir le profil Linkedin

Avant de rejoindre l’équipe FVD, il a occupé plusieurs postes dans la gestion des collectivités  locales. Allant d’élu et adjoint au maire de sa ville natale Besançon, chargé des relations universitaires et de la coopération internationale puis Directeur du Développement économique de la Ville de Pantin, pour ensuite être directeur de cabinet à Montreuil où il a notamment piloté la refonte en profondeur du projet urbain vers davantage d’écologie et de développement durable, Il continue son parcours en tant que Haut Responsable de la Résilience de la Ville de Paris.

Il promeut une vision holistique et systémique du développement durable et apporte son expérience/expertise en résilience territoriale et en transition écologique et sociale.

Voir son profil Linkedin

 

X