Mode sombre

Interview croisée : Virginie Alonzi et Bruno Hervet

La Vice-Présidence pour le collège des entreprises est désormais représentée par un binôme Bruno Hervet (Directeur Suez Consulting et Vice-Président Smart and Resourceful cities Suez) et Virginie Alonzi (Directrice prospective, Bouygues Construction). 

Interview croisée sur leur engagement pour FVD et les raisons de cette alliance au service des entreprises.

FVD – Pouvez-vous revenir sur les fondements de votre engagement au sein de France Ville Durable ?

BH. Suez est engagé dans l’association depuis ses balbutiements, à l’époque de l’Institut pour la Ville Durable (IVD), dès 2016, où nous comptions moitié moins d’adhérents et que l’action commençait à se structurer avec les moyens et ressources humaines alors disponibles.

Au titre de Suez, j’ai fait le pari de nous investir dans cette association car il nous fallait un lieu de dialogue et partage d’expertises entre professionnel publics et privés pour avancer sur le sujet de la ville durable. A l’époque déjà, nous pensions que la clé de la transformation des territoires résidait dans une approche intégrée des enjeux, et cela n’est possible qu’avec toutes les parties prenantes au tour de la table. J’ai alors œuvré à la tête du collège des entreprises pour faire connaître l’association auprès des acteurs privés, pour étoffer nos forces vives et le panel des expertises disponibles.

VA. Le groupe Bouygues a également été partie prenante à l’époque de l’Institut pour la Ville Durable (IVD) mais c’est surtout au cours de ces dernières années que le groupe a renforcé sa participation en complément de COLAS déjà investi dans l’association. Bouygues Construction a rejoint France Ville Durable en 2020 et je me suis investie très vite sur le co-pilotage de groupes de travail – Numérique et résilience, santé et urbanisme – qui faisaient parfaitement échos à nos démarches en prospective, avec l’opportunité de partager nos visions, croiser les regards et tester nos pistes d’actions auprès des acteurs publics et privés réunis au sein de FVD. Nous avons tout de suite perçu la valeur ajoutée de l’association, et avons renforcé notre adhésion en 2021 avec l’arrivée du groupe Bouygues et ses filiales, ce qui nous a permis de jouer un rôle au sein du Conseil d’administration.

FVD – La Vice-Présidence du collège des entreprises était jusqu’alors assurée par Bruno Hervet, quels sont les éléments qui ont motivé votre candidature conjointe pour ce nouveau mandat ?

BH. Ce duo pour la Vice-présidence du collège des entreprises atteste de la bonne santé et de la croissance de l’association ! Quand l’IVD ne comptait qu’une soixantaine de membres, aujourd’hui le collège des entreprises de France Ville Durable c’est déjà une cinquantaine d’acteurs privés. C’est le premier collège de l’association au regard du nombre d’adhérents, et de nouveaux acteurs de toutes tailles continuent de nous rejoindre. Un autre facteur est important aussi, la démultiplication et décentralisation de nos actions, en régions, avec les ateliers territoriaux de France Ville Durable qui rencontrent un vrai succès – mais aussi à l’international. Nous avons décidé de combiner nos efforts avec Virginie, en appui à la mobilisation des expertises et à la prospection des entreprises puisque nous cherchons toujours à renforcer nos effectifs.

VA. Nos synergies sont communes, nos expertises complémentaires et nous souhaitons œuvrer ensemble pour les mêmes objectifs : l’accélération de la transformation durable des villes et territoires. Cela fait sens de s’allier pour mutualiser nos efforts en ce sens et contribuer à renforcer encore la notoriété et la visibilité de cette association qui œuvre pour l’intérêt général, et s’écarte des logiques concurrentielles habituelles.

FVD – Quelle est votre ambition partagée pour France Ville Durable et ses entreprises adhérentes pour ces 3 prochaines années ?

VA. Poursuivre cette dynamique de coopération autour d’enjeux communs et contribuer à accélérer la transformation de nos modèles avec l’appui et l’expertise de nos entreprises adhérentes ainsi qu’avec l’ensemble des parties prenantes de l’association. Dans ce cadre, Bruno l’a évoqué, nous voulons continuer à capter de nouvelles expertises, en particulier sur les secteurs moins représentés à l’heure actuelle (acteurs de la mobilité par exemple) pour renforcer cette position unique de FVD en tant qu’ensemblier des expertises pour la ville durable. Les travaux de l’association sont en accès libre, et donc toujours dans cette logique d’intérêt général nous allons œuvrer pour faire connaître les méthodologies et solutions opérationnelles que nous identifions au fil des GT et ateliers territoriaux. Je finirai d’ailleurs par ce dernier point : faire connaître et renforcer la participation des acteurs privés dans ces ateliers territoriaux ou « décentralisés » qui sont des espaces privilégiés de rencontre avec les collectivités adhérentes, pour dégager des pistes de solutions et apporter une vraie contribution au projet de territoire et à la stratégie de résilience territoriale. 

BH. En complément, nous allons aussi renforcer nos liens avec les autres collèges, et notamment celui des experts, et notamment avec le comité scientifique de France Ville Durable pour favoriser les regards croisés de nos entreprises avec le monde académique et intégrer les perspectives de la Recherche action. Enfin, la feuille de route internationale s’annonce aussi très riche, avec le succès de la première délégation en Pologne en Novembre 2022, où une dizaine d’entreprises se sont mobilisés, aux côtés des élus et représentants de l’Etat et opérateurs publics qui ont fait le déplacement pour promouvoir la vision et les expertises français et renforcer les coopérations entre professionnels français et polonais. Nous allons donc poursuivre et renforcer nos actions à l’international en soutien à la diplomatie économique française sur la filière ville durable.

 

Photo-circulaire-Quentin

Motivated by climate issues and planetary boundaries, Quentin decided to study land use planning at the Ecole Nationale des Ponts et Chaussées. His experience in associative field at the Fresque du Climat, helped him to better understand the stakes of the ecological bifurcation. Between his native Haute-Savoie and his home town Rennes, where he gained expertise in mobility and sustainable agriculture, he is now based in Paris to deploy the Sustainable City by France’s territorial workshops throughout the country.

Photo-circulaire-alice

Originally from Savoie, Alice is currently studying a Master’s degree in Sustainable Territorial Development. After having focused her professional life in the tourism sector and the search for a way to reconcile tourism and environmental issues, she joined Sustainable City by France. This organisation, fully committed to the transformation of territories, allows her to discover more about sustainable city, in a theoretical way (working groups and scientific committee) but also in applied way, by territorial workshops.

See her LinkedIn profile 

Photo-circulaire-tara

Currently studying as a second-year Master’s student in International Relations at University Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Tara holds a Bachelor’s degree from INALCO, with a double-major in Hindi language, and International relations / Environmental studies. Her work with us is in line with her former experiences at UNESCO and the Ministry of Europe and Foreign Affairs, thus deepening her professional expertise in the field of environmental diplomacy and international cooperation for sustainable development.

See her LinkedIn profile

Photo-circulaire-carla

She holds a Master’s degree in Development Economics from the Panthéon-Sorbonne University and is currently studying for a Master’s degree in International Relations and Action Abroad at the same university. She approaches the problems of sustainable cities and territories through these different perspectives and her international experiences.

photo-isabelana

Isabelana is a Mexican journalist who holds a Master’s degree in Digital Communication and Data Analysis from the Sorbonne University. She previously worked in communication and press relations in the cultural sector in France and Mexico. Today, she is interested in ecological actions and solutions to preserve the environment and the biodiversity.

camille-waintrop-boyon-fvd

With a background in social sciences, art history and architecture, Camille has worked in communication within the VINCI group: from major international projects to La Fabrique de la Cité, a think tank dedicated to urban foresight.

A geographer by training (Saint Petersburg State University), she started as a geographer and economist at the Academy of Agricultural Economics (Russia), before pursuing her career in France as an administrative and accounting assistant (Air Liquide, Association TGV Provence Côte d’Azur, COFHUAT, Groupe Hervé)

Trained in international and European affairs between England and France as part of a double degree at Sciences-Po Lille / University of Kent, Marion started her career in advocacy and institutional relations of non-governmental organisations, in the fair trade sector (Max Havelaar France label). Her experiences are also linked to territories, with a passage in decentralised cooperation at the level of a departmental council.

sebastien-maire

Before joining the SCbF team, he held several positions in local government management. From elected official and deputy mayor of his native city Besançon, in charge of university relations and international cooperation, to Director of Economic Development of the City of Pantin, to Chief of staff in Montreuil – where he notably piloted the in-depth redesign of the urban project towards more ecology and sustainable development – he continued his career as Senior Resilience Officer of the City of Paris.

He promotes a holistic and systemic vision of sustainable development and brings his expertise in territorial resilience, ecological and social transition.

X