Valorisation de la croix ferroviaire et des gares du Grand Clermont

Body

Plusieurs Métropoles ou agglomérations (Nantes, Mulhouse, Saint Etienne, Toulouse…) ont  cherché à  mieux  organiser  leurs  dessertes urbaines et périurbaines en s’appuyant sur les réseaux ferroviaires (service ferroviaire cadencé, nouveau maillage des haltes ferroviaires,  tarification intégrée SNCF /  opérateur  urbain…), mais  également en  cherchant à  valoriser l’urbanisation à proximité des gares ou haltes ferroviaires.

 

En 2016, les Rencontres Citoyennes de la Mobilité portées par Clermont Auvergne Métro‐pole ont  fait  (ré)‐émerger le  projet de créer un réseau ferroviaire d’agglomération. Cette idée  part du  constat que le  territoire  clermontois  est maillé  par  des infrastructures  ferroviaires. 

 

Une volonté conjointe Région / Métropole de réinvestir les gares viserait à proposer un service ferroviaire de plus grande qualité (parking en gare, cadencement…), mais également une meilleure articulation avec les services locaux de transport (jalonnement automobile vers les parkings des gares, maillage voies cyclables, optimisation des connexions bus / train…) ainsi qu’un développement urbain renforçant ces quartiers de gares.  

 

En 2017, les élus de la Métropole ont engagé une étude de programmation pour le réaménagement de la gare ferroviaire du Cendre (qui fait partie des gares les plus fréquentées dans le  département du  Puy‐de‐Dôme). Au vu des conclusions de cette étude, une première tranche de travaux sera engagée courant 2019 pour améliorer la qualité des espaces publics de ce secteur. D’autres travaux, dont l’horizon est plus lointain porteraient sur des programmes immobiliers à proximité immédiate de la gare, ainsi qu’à l’édification d’une nouvelle passerelle.

La présente étude porte sur les 14 gares existantes à l’échelle du Grand Clermont.

 

 Leur potentiel est abordé aux travers de 5 critères (les besoins de mobilité, l’offre et la fréquentation, l’infrastructure ferroviaire, le développement urbain, l’équipement des gares), qui ont fait l’objet d’une hiérarchie, partagée entre techniciens d’horizon divers (Métropole, Région, Etat, SNCF…). 

 

L’objectif de l’étude est de :

Proposer une connaissance et une analyse des gares et des corridors,

Identifier les gares avec le meilleur potentiel de développement, qui pourront faire l’objet d’un investissement de la Métropole,

Définir les conditions de valorisation des « quartiers de gares » par une approche intégrée de développement urbain (nouveaux quartiers à côté des gares) et du ferroviaire (développement de l’offre en zone périurbaine).