Un réseau de distribution alimentaire coordonné

 
Fort du soutien du Ministère de l’Europe et des affaires étrangères, France urbaine, en partenariat avec RESOLIS, a décidé de réaliser une étude intitulée « Les villes face aux défis de la précarité alimentaire ». Celle-ci rassemble 21 contributions de métropoles, grandes villes et agglomérations, qui permettent d’identifier, à travers des initiatives concrètes, de quelle manière elles agissent contre la précarité alimentaire.
 
La fiche « Un réseau de distribution alimentaire coordonné » présente la stratégie d’alimentation solidaire de la Ville de Reims.
Avant 2011, 3 000 personnes bénéficiaient d’une aide alimentaire auprès d’une multitude d’acteurs associatifs sur le territoire rémois. De ce constat et afin d’apporter une aide appropriée aux foyers, qui va au-delà de l’aide alimentaire, il s’est avéré nécessaire de construire un projet afin de fédérer les acteurs locaux et orienter les familles en situation de précarité vers les travailleurs sociaux.
 
A cet égard, l’épicerie sociale constituait un outil à même de favoriser une démarche commune.
Les publics secourus sont, soit exposés au risque de désinsertion sociale du fait de la précarité de leur situation par rapport à l’emploi, aux revenus, au logement ou à la santé, soit déjà en voie de marginalisation. Il apparaît donc essentiel, au-delà des aides ponctuellement accordées, de favoriser la restauration des liens sociaux autour d’un projet, grâce à un outil structurant qui privilégie les dimensions éducatives et de soutien.
 
Parallèlement et en général, la distribution des aides faites sous forme de colis implique une absence totale de choix des produits reçus et une relative négation de la dignité des personnes. L’épicerie sociale permet au contraire ce choix dans les produits à disposition avec une participation financière modique.

Consulter d'autres publications