Lumière sur...

Ressource(s) associée(s): 

Fight Covid-19 : Renforcer la résilience. Accélérer la reprise.

Fight Covid-19 : Renforcer la résilience. Accélérer la reprise.
Dans le contexte de la crise sanitaire du COVID-19, ENGIE s’est engagé pour assurer la santé et la sécurité de toutes les parties prenantes, pour maintenir l’approvisionnement en énergie et les services essentiels, assurer le bon fonctionnement des transports publics, des bâtiments et surtout des hôpitaux.
 
Les autorités médicales doivent en effet faire face à une situation sans précédent et des actions ont déjà été prises pour optimiser et renforcer la capacité des infrastructures essentielles, mobiliser l’ensemble du personnel et réduire les taux d’occupation des hôpitaux en reportant les actes chirurgicaux et traitements non urgents.
 
Les métiers d’ENGIE permettent une réponse de crise multidimensionnelle en soutien aux professionnels de santé et autorités publiques :
  • La solution « Hospitel » propose une transformation, réversible et rapide, des infrastructures existantes en extensions d’hôpitaux, actuellement réalisable dans une vingtaine de pays, pour permettre de réduire la charge sur les hôpitaux et augmenter la capacité d’accueil des patients dans des établissements temporaires ;
 
  • ENGIE propose également de concevoir et de réaliser en moins de 10 jours la transformation - réversible – des blocs opératoires et éventuellement des salles de réveil en unités de soins intensifs afin de répondre à la demande croissante ;
 
  • L’expertise d’ENGIE sur les lignes de production peut être mise à profit pour faire face à l’augmentation de la demande de respirateurs et médicaments en appui aux industries pharmaceutiques
 
  • Des solutions numériques permettent enfin une gestion intégrée des risques et la protection des infrastructures essentielles, mais également d’assurer la continuité du lien social pour les malades isolés et personnes vulnérables.

REACTIV’cities

REACTIV’cities
Résilience urbaine face aux risques en contexte de changement climatique.
 
Objectif général : Le projet a pour objectif de simuler les impacts des décisions sur les sujets relatifs à l’énergie et au changement climatique pour fournir des plans d’actions énergie / climat étayés en milieu urbain.

Objectifs opérationnels : Le projet vise à réaliser un cas d’étude axé sur la prospective de l’évolution de l’occupation du sol et l’analyse de ses impacts sur la consommation d’énergie. Le terrain d’étude est la Métropole Nice Côte d’Azur, caractérisée par une vulnérabilité au changement climatique – augmentation des températures estimée à +2,1° C en 2030 et +3,1° C en 2050, coups de mer, épisodes pluvieux intenses générant ruissellement et/ou inondation. Cette vulnérabilité se double d’une fragilité électrique aggravée par une forte croissance de la demande.

Les Matinales « résilience » du Think Tank « Atelier, Energie et Territoires »

Les Matinales « résilience » du Think Tank « Atelier, Energie et Territoires »
Le Think Tank « Atelier, Energie et Territoires »
Créé en 2012 par EDF, l’Atelier Énergie et Territoires est un laboratoire d’idées, d’études et de recherches.
 
A la fois lieu de rencontres et de débats, il invite les acteurs des villes et des collectivités à mieux comprendre les mutations territoriales à l’œuvre et suggère des propositions concrètes.
 
Avec l’appui de son comité scientifique, l’Atelier offre une longueur d’avance aux décideurs territoriaux. Il donne, en effet, carte blanche à des experts et des chercheurs sur un sujet –  depuis 2019, la « résilience » – et ouvre des fenêtres inédites sur le rôle de l’énergie dans la ville, détecte les signaux faibles et travaille en prospective
 
La résilience au cœur des territoires
La crise sanitaire du Covid19 a immanquablement renvoyé les territoires à la notion de « résilience », concept « en vogue » s’il en est un… et sujet de recherche depuis plus d’un an de l’Atelier.
Dans le cadre des Matinales organisées par l’Atelier Énergie & Territoires, des grands témoins ont été accueillis pour nourrir la réflexion sur la résilience et son ancrage dans la question territoriale.
Qu’ils soient experts des questions sociales, urbanistes, énergéticiens, ingénieurs, économistes ou encore élus locaux, les acteurs des territoires ont pu présenter la diversité des enjeux stratégiques pour imaginer des villes résilientes.
Afin d’étudier la résilience sous toutes ses formes, les membres de l’Atelier Energie et Territoires ont débattu avec :
Les membres du Comité Scientifique ont également défini leur approche de la résilience à l’occasion d’une série d’entretiens à retrouver sur le site de l’Atelier Energie & Territoires.
 
 
Une série de livres dédiée à la résilience
Chaque Matinale de l’Atelier se voit enfin prolongée par la publication d’un livret présentant les réflexions issues de l’audition des grands témoins.
Mis bout à bout, l’ensemble de cette production permettra de donner à voir la polysémie du terme « résilience » et ses déclinaisons dans les territoires.

Émergence et croissance d'un marché de l'habitat adapté et résilient par et pour les habitants de la Région Nord du Burkina Faso

Émergence et croissance d'un marché de l'habitat adapté et résilient par et pour les habitants de la Région Nord du Burkina Faso

La région du Nord reste l’une des régions les plus pauvres du Burkina Faso : en 2009, 64,6% de la population régionale vivait en dessous du seuil de pauvreté. En 2014, la situation s’est dramatiquement détériorée, contraignant de nombreuses personnes à migrer, essentiellement vers le Mali ou la Côte d'Ivoire, et à l'intérieur du Burkina de manière saisonnière.
En réponse à cet enjeu et aux difficultés rencontrées par la jeunesse burkinabaise (chômage, manque de formation…), AVN, partenaire de longue date de l’organisation AKGNS (Union Naam de Gomponsom, province de Yako) qui fédère la jeunesse paysanne, a initié une dynamique collective visant à déployer sa méthodologie auprès des unions Naam pour stimuler le marché de l’habitat adapté et résilient au Sahel.
Ce sont en tout 15 communes de la région Nord du Burkina qui ont pu bénéficier de cette initiative, 12 Unions Naam ayant rejoint AVN et l’AKGNS en 2017, suivies par la Fédération Nationale des groupements Naam (FNGN) puis 2 autres Unions en 2018. Depuis lors, un programme de déploiement sur la Région Nord du Burkina Faso se met en place, au travers de plusieurs initiatives et grâces à différents bailleurs.
La FNGN a par ailleurs créé en son sein une Unité d’Appui/Habitat Adapté/Energies Renouvelables (UA-HA-ER) en charge d’accompagner les actions de déploiement du marché des voutes nubiennes (VN) sur les territoires des Unions. Chacune des 15 Unions mobilisées ont, quant à elles, créé une Commission Habitat Adapté et nommé, en responsabilité de ces commissions, un point focal et un suppléant.
Outre la FNGN et les 15 Unions Naam conventionnées, d’autres partenaires se sont associés au projet : UBETEC (Institut de Microfinance de la FNGN) et Viim Baoré (coopérative agricole de la FNGN).
La volonté affichée de la FNGN et d’AVN est de permettre, dans le temps, à un maximum d’Unions Naam de rejoindre cette dynamique de collaboration.