Lumière sur...

Ressource(s) associée(s): 

Ground Control version 2018, nouveau lieu éphémère de SNCF à Paris

Ground Control version 2018, nouveau lieu éphémère de SNCF à Paris

Après le site du dépôt de la Chapelle dans le 18e arrondissement de Paris et Grand train en 2016, la SNCF accueille Ground control sur l’ancien site de tri postal de Charolais dans le cadre de la démarche « Urbanisme transitoire by SNCF Immobilier ». Le projet a pour objectif de faire vivre de manière éphémère l’espace ferroviaire inutilisé, en réponse aux nouveaux usages et besoins de la ville dans l’attente d’une reconversion urbaine. Pour SNCF, il s'agit bien d'en faire une plateforme d’échange et d’expérimentation ouverte aux initiatives citoyennes, écologiques et solidaires en accueillant des acteurs qui inventent le monde de demain. Les 4 500 m2 de l’espace intérieur accueillent ainsi les visiteurs, avec une dizaine de comptoirs culinaires et un espace culturel et artistique jusqu’à début 2020, date de sa reconversion résidentielle et tertiaire puisque le site accueillera le nouveau quartier urbain Gare de Lyon-Daumesnil. « Inventer la ville de demain, pour nous qui sommes un opérateur de mobilité, est particulièrement important. Capter l’air du temps, comprendre la manière dont les habitants réagissent à des propositions de mobilité, de création de la ville, c’est pour nous une sorte de laboratoire vivant », précise Benoît Quignon, directeur général de SNCF immobilier alors qu'en 2025, un quartier écologique de 6 ha, accueillant 600 logements, des commerces et près de 45 000 m2 de bureaux, devrait voir le jour sur ce même espace.

La culture et le patrimoine, accélérateurs de la reconversion industrielle du Bassin minier Nord – Pas de Calais

Reconversion industrielle du Bassin minier Nord
La cité des Électriciens est construite par la Compagnie des mines de Bruay au 19ème siècle pour loger les familles des mineurs. Il s’agit de la plus ancienne cité minière subsistant dans le Bassin minier du Pas-de-Calais. Elle témoigne de l’architecture des premiers corons.
 
En 2008, la cité est progressivement vidée de ses habitants et laissée à l’abandon depuis l’arrêt de l’activité minière à Bruay-La-Buissière. En 2012, elle bénéficie de l’inscription du Bassin Minier du Nord-Pas-de-Calais à l’UNESCO au titre de « paysage culturel évolutif ».
 
En 2013 démarrent des travaux de réhabilitation et de transformation de la cité en un centre d’interprétation dédié à la découverte du paysage et de l’urbanisme minier. Le tout s’inscrit dans un environnement de places et de jardins reflétant l’importance du jardinage dans la vie des mineurs et le respect des valeurs de solidarité.
 
Réhabilitée par l’Agence d’architecture Philippe Prost associée à l’agence de paysagisme FORR, aux muséographes de l’agence Du&Ma et à Villar+Vera pour la signalétique, la Cité des Électriciens est un exemple de la compatibilité entre patrimoine bâti et développement durable. En conservant l’existant, en lui affectant de nouveaux usages, le projet préserve et adapte la Cité aux nouveaux modes d’habiter comme aux problématiques environnementales.
 
Par ailleurs, trois barreaux restent la propriété de Maisons & Cités (bailleur social) qui les a rénovés en dix logements sociaux, permettant de maintenir l’usage initial de la cité.

Projet d’appui à la valorisation du patrimoine culturel tunisien

Projet d’appui à la valorisation du patrimoine culturel tunisien
Le projet Patrimoine Tunisie s’inscrit dans le cadre du programme Tounes Wijhetouna (« Tunisie : notre destination ») d’appui à la diversification du tourisme en Tunisie.
 
Consacré à la valorisation de sites patrimoniaux, le projet se divise en deux composantes principales :

1. Appui à l'appropriation, la préservation et la valorisation des patrimoines bâtis tunisiens,
2. Appui à la modernisation du Musée de Carthage et à la valorisation de son environnement.

De façon transversale, ce projet veille à mettre en place des actions de renforcement de capacités et de transferts de savoir-faire, en particulier dans le domaine de la gestion patrimoniale.
 
Parmi les résultats attendus :

• Au moins 15 bâtiments remarquables seront réhabilités, reconvertis ou restaurés, notamment dans les centres anciens.
• Les porteurs de projets sélectionnés pour l'occupation des bâtiments réhabilités seront accompagnés pour la mise en place d'activités durables et soutenables.
• Les acteurs concourant à l'inventaire, la réhabilitation et la conservation du patrimoine (dans les collectivités locales notamment) bénéficieront d’actions de formation et de renforcement de capacités.
• Le musée de Carthage et son environnement immédiat (dont la Place de l'Unesco) seront rénovés.
• Un centre d'interprétation valorisant les richesses du site de Carthage auprès du public sera créé.